Prix Mélanos (L) : Irrésistibles et inapprochable

Courses / 05.09.2020

Prix Mélanos (L) : Irrésistibles et inapprochable

Prix Mélanos (L)

Irrésistibles et inapprochable

Composé de quatre unités, ce Prix Mélanos (L) avait cependant fière allure avec la présence surtout de Gardons le Sourire (Fame and Glory), lauréat du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Mais le représentant du haras de Saint-Voir n’a rien pu faire contre le fougueux Irrésistibles (Nom de D’La), qui a effectué un véritable cavalier seul. Lors de ses sorties précédentes, ce dernier avait toujours été monté à l’arrière-garde, avant de très bien finir. Johnny Charron, qui le découvrait vendredi, n’a pas voulu se battre avec lui : il a annoncé la couleur en prenant du champ dès le départ. Après seulement deux obstacles, Irrésistibles comptait déjà une vingtaine de longueurs d’avance sur son plus proche poursuivant, Al Cuarto (Nicaron). Les trois rivaux du fuyard se sont rapprochés dans le tournant final, mais ils n’ont jamais pu se montrer menaçants : Irrésistibles est reparti de plus belle en pleine piste, non sans pencher à gauche au franchissement de l’ultime difficulté, et s’est imposé de cinq longueurs, sans avoir reçu un seul coup de cravache. Longtemps en dernière position, Gardons le Sourire a bien terminé en dehors pour s’emparer de la deuxième place. Malgré une faute à l’avant-dernière haie, Al Cuarto a bien fini également pour conclure troisième à deux longueurs et demie, tandis que Born to Hold (Born to Sea) a encore déçu en terminant dernier, à dix longueurs.

Un cheval perfectible. Irrésistibles a fait un drôle de truc vendredi, lui qui faisait sa rentrée après quinze mois d’absence. Le représentant du haras de la Haie Neuve avait gagné ses deux premières courses au mois d’avril l’année dernière, sur les haies d’Angers et de Compiègne. Il avait ensuite conclu quatrième du Prix Stanley (L), puis troisième du Prix Aguado (Gr3). Son jockey, Johnny Charron, a dit au micro d’Equidia : « L’entraîneur du cheval, Joël Boisnard, m’avait dit de partir devant sans m’occuper de personne. Et j’ai dit à tout le monde que j’allais partir dernier ! C’est un cheval perfectible, je pense ; il déroule par bêtise. Heureusement qu’il a de la classe parce qu’il accélère, mais bon… Il a besoin de courir, ce cheval-là. Il est un peu idiot ; il lui faut 1.000m pour se caler, et après, c’est bon. »

Gardons le Sourire fait sa valeur. Gabriel Leenders, entraîneur de Gardons le Sourire, nous a dit : « Il court très bien, d’autant que nous ne l’avions pas trop affûté pour cette course-là. Il avait besoin de se retonifier. Il était même un petit peu mou pendant le parcours, mais il a bien fini. Le gagnant a fait son jeu : c’est un vrai cheval de haies, contrairement au mien qui est un cheval de steeple, à la base. Gardons le Sourire fait sa valeur. Je ne sais pas ce qu’il va courir, il faut que je regarde le programme. Je ne veux absolument pas le courir avec du poids, car je pense qu’à bon niveau, dans des courses rythmées, cela fait du mal aux chevaux. Si je suis obligé de l’emmener avec du poids sur une préparatoire [au Prix Maurice Gillois, ndlr], je le présenterai peut-être en haies encore une fois. »

Une première victoire black type pour Nom de D’La. Élevé au haras du Mazet – pour le compte de Dorothée et Tangi Saliou – Irrésistibles est le premier gagnant black type issu de Nom de D’la (Lost World). Stationné cette année à l’élevage Figerro, Nom de D’La fera la monte au haras de la Baie en 2021. Au moment de la conception d’Irrésistibles, il officiait au Mazet et il est le premier lauréat de Listed à avoir grandi dans le haras de Mathieu Talleux. Irrésistibles est le premier produit de sa mère, Insolite (Literato), qui a gagné trois courses à 2ans sur 1.200m et 1.400m. La poulinière a ensuite donné Illicite (Martaline), invaincue en deux sorties cet été sur les haies de Clairefontaine-Deauville. Insolite a une 2ans, Indécise (Dabirsim), une yearling, Imprévisible (Whitecliffsofdover), et une foal, Inattrapable (Pedro the Great). Elle a été saillie en 2020 par Taj Mahal (Galileo).

La deuxième mère, Tambura (Kaldoun), a gagné en fin d’année de 2ans sur le mile de Saint-Cloud. À 3ans, elle a conclu cinquième des Prix d’Angerville et Aymeri de Mauléon (Ls). Tambura a donné cinq black types : Ximb (Septième Ciel), lauréat à 2ans du Prix du Haras de la Huderie (L, 1.400m) et troisième du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1), Welcome Millenium (Kendor), gagnante à 2ans du Critérium du Béquet (L, 1.200m) et placée des Prix des Réservoirs, d’Aumale et de la Grotte (Grs3), Kambura (Literato), lauréate à 2ans du Critérium de Lyon (L, 1.600m) et deuxième du Prix Miesque (Gr3), Verba (Anabaa), placée du Miesque et gagnante à 4ans du Prix Altipan (L, 1.600m), et Tadorne (Inchinor), trois fois placée de Listed à 2ans et à 3ans sur le mile. Cette dernière est la mère de Pinson (Halling), vainqueur du Prix Guillaume d’Ornano (Gr2, 2.000m). Tambura est aussi la deuxième mère de Native Khan (Azamour), lauréat des Solario Stakes et des Craven Stakes (Grs3) et troisième des 2.000 Guinées (Gr1).

Last Tycoon

Lost World

Last Tango

Nom de D’La

Simply Great

Newness

Néoménie

IRRÉSISTIBLES (H4)

Kendor

Literato

La Cibeles

Insolite

Kaldoun

Tambura

Belle du Brésil