Qatar Prix Foy (Gr2) : Anthony van Dyck, lauréat d’une préparatoire… à l’Australie

Courses / 13.09.2020

Qatar Prix Foy (Gr2) : Anthony van Dyck, lauréat d’une préparatoire… à l’Australie

Parislongchamp, dimanche

Après sa (courte) victoire dans le Derby d’Epsom (Gr1), Anthony van Dyck (Galileo) fut considéré comme l’un des moins bons lauréats du classique depuis des décennies, un jugement confirmé par les ratings… et la suite de sa carrière. Entre le Derby et le Qatar Prix Foy (Gr2), il a couru sept fois sans parvenir à s’imposer. Une chose est certaine, c’est un cheval qui affectionne les terrains bons à fermes. C’est dans ces conditions qu’il a réalisé ses trois meilleures performances et c’est sur une piste à 3,2 qu’il renoue avec la victoire dimanche à ParisLongchamp. Dès lors, tout pousse à croire qu’il ira en Australie, lui qui est engagé dans le Cox Plate et dans la Caulfield Cup (Grs1), mais qui est aussi le top weight de la longue liste pour la prochaine Melbourne Cup (Grs1).

Bravo Barza. Mickaël Barzalona est le grand artisan de la victoire dans ce Prix Foy, en empêchant le favori de faire parler sa tenue et permettant à Anthony van Dyck de ne pas être bousculé par les autres... ce qu’il déteste ! Le jockey a laissé avancer son partenaire en début d’épreuve. Une fois en tête, après 600m de course il a progressivement ralenti le train. Anthony van Dyck a ainsi galopé librement, dans un train peu sélectif, avec Skyward (Camelot) dans son sillage. Le favori, Stradivarius (Sea the Stars), a galopé à la hanche du futur lauréat.

Anthony van Dyck a attaqué le premier, au moment de sortir du tournant. À 450m du but, il s’est retrouvé attaqué de toutes parts, par Skyward du côté du rail intérieur et par Stradivarius côté piste. Mais le représentant de madame Magnier, Michael Tabor et Derrick Smith n’a pas faibli, repartant même fort de 400m à 200m.

Le grand stayer de John Gosden a poursuivi son attaque grâce à sa longue accélération, mais ce fut insuffisant et il n’a fait que repousser vers l’avant Anthony van Dyck qui s’impose d’une encolure… sans trembler. Encore dernier à 250m du but, Nagano Gold (Sixties Icon) termine bien pour s’emparer de la troisième place à peu plus d’une longueur.  

Mickaël Barzalona a déclaré au micro d’Equidia : « Je me suis dit que j'allais le monter à son rythme et essayer d'enrouler petit à petit. J'ai eu un peu de mal à le détendre. Mais ensuite, quand Stradivarius est venu me pousser, il s'est bien ressaisi. Je n'étais pas spécialement inquiet. Stradivarius, comme on peut le voir à chaque course, vient très facilement sur la ligne des chevaux de tête avant de repartir sur une accélération. Il ne vient jamais en progression. Anthony van Dyck a tout à fait sa place au départ d'un Arc... Il donne l'impression de ne pas vouloir être trop bousculé dans un parcours. Il a besoin de rester sur une ligne. »

Stradivarius vers l’Arc. Bjorn Nielsen, éleveur et propriétaire de Stradivarius, était à ParisLongchamp. Il a déclaré : « Ils sont allés au pas et Frankie pense qu'il aurait dû aller devant. La course s'est jouée sur un sprint et il est battu d'une encolure. Je ne sais pas s'il va courir l'Arc : il faut que j'en parle avec John Gosden mais, étant donné le déroulement de course, je ne fais pas une croix dessus. L'état du terrain le jour J ne jouera pas dans la décision : il est mieux en bon terrain mais a montré se sortir des pistes assouplies. » Un peu plus tard dans l’après-midi, John Gosden a déclaré à la presse anglaise : « C’était une préparatoire à la française : il n’y pas eu beaucoup de train. Dans ces courses, vous pouvez aller devant, faire courir un lièvre… ou attendre. J’ai déjà vu des préparatoires françaises se dérouler encore plus lentement qu’aujourd’hui, car ils sont finalement allés assez régulier. Je suis satisfait de la manière dont il a terminé sa course. Ses derniers 200m sont les meilleurs. De ce point de vue, il a bien couru sa préparatoire pour l’Arc et c’est là que nous devions aller. »

Pas d’Arc pour Nagano Gold. Vaclav Luka, entraîneur du troisième, Nagano Gold, nous a confié : « Encore une fois, Nagano Gold a réalisé une bonne performance. Ce n’est pas un cheval de tous les jours mais quand la course va dans son sens, il peut faire de grandes choses. Je suis très heureux de sa prestation de dimanche. C’est assurément un cheval de Gr1. Lui trouver un programme n’est pas si évident. Nous ne l’avons pas engagé dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). L’année dernière, il se classait huitième de cette épreuve : le niveau était trop relevé pour lui. À présent, nous pourrions viser un Gr2 en France ou alors prendre la décision de voyager. J’ai besoin de parler avec Christophe Soumillon pour prendre ma décision. »

Une souche pleine de vitesse ! Élevé par Orpendale, Chelston & Wynatt, Anthony van Dyck correspond à la formule favorite des Irlandais de Coolmore : Galileo (Sadler’s Wells) sur une jument pleine de vitesse. La mère, Believe’n’Succeed (Exceed and Excel), est un produit de l’antenne australienne de Darley, mais elle a fait carrière sous les couleurs d’un syndicat, remportant notamment les Blue Diamond Prelude (Gr3, 1.100m) à 2ans. M.V. Magnier l’a achetée pour 1,1 million de dollars australiens lors de la dispersion de Patinack Farm. Elle avait alors déjà produit Bounding (Lohnro), champion sprinter lors de la saison 2013/2014 en Nouvelle-Zélande et notamment gagnante des Sistema Railway Stakes (Gr1). Believe’n’Succeed est une propre sœur du gagnant de Gr2 sur 1.000m en Australie Kuroshio (Exceed and Excel), lequel réalise des débuts au haras en Irlande intéressants, pour le compte de Compas Stallions. La deuxième mère, November Snow (Storm Cat), a gagné huit courses aux États-Unis dont les Alabama Stakes (Gr1, 2.000m, dirt) et les Test Stakes (Gr1, 1.400m, dirt).

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Sadler’s Wells

 

 

 

 

Fairy Bridge

 

Galileo

 

 

 

 

 

Miswaki

 

 

Urban Sea

 

 

 

 

Allegretta

ANTHONY VAN DYCK (M4)

 

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Exceed and Excel

 

 

 

 

Patrona

 

Believe'n'Succeed

 

 

 

 

 

Gone West

 

 

Arctic Drift

 

 

 

 

November Snow


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’36’’53

1.000m à 600m : 23’’47

600m à 400m : 11’’47

400m à 200m : 10’’68

200m à l’arrivée : 11’’12

Temps total : 2’33’’27

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.