« September Derby », une certitude et des risques

International / 04.09.2020

« September Derby », une certitude et des risques

Le grandissime favori Tiz the Law (Constitution) n’entrera pas dans la maudite boîte 17 car il y a eu les forfaits de King Guillermo (Uncle Mo) et de Finnick the Fierce (Dialed In). « Tiz » aura donc le 15, même si son tapis de selle reste le 17… Bon : ce changement de stalle est peut-être un signe du destin, puisque des chevaux ont gagné le Kentucky Derby en partant de la boîte 15, alors qu’aucun ne l’a jamais fait depuis la 17 !

Sa cote est bien maigre et dépend beaucoup du décalage de la course de quatre mois et des nouvelles conditions. Le pensionnaire de Barclay Tagg arrive au rendez-vous après avoir gagné la dernière étape de la Triple Couronne, les Belmont Stakes (Gr1), courus le 20 juin, c’est-à-dire deux semaines après la date traditionnelle, et les Travers Stakes (Gr1), qui au contraire ont été anticipés de deux semaines. Quatre mois de Covid ont provoqué un vrai bouleversement aux States…

En plus de son chapelet de victoires, Tiz the Law a la chance d’avoir perdu ses deux rivaux les plus dangereux, les pensionnaires de Bob Baffert Charlatan (Speightstown) et Nadal (Blame). Le premier samedi de mai, jour canonique du Kentucky Derby quand le Covid ne s’en mêle pas, les deux Baffert avaient remporté les deux divisions de l’Arkansas Derby (Gr1). Mais ils se sont accidentés avant les Belmont.

La décision de reporter au premier samedi de septembre le Kentucky Derby a été prise le 16 mars, avant tous les grands trials, et l’hippodrome de Churchill Downs a changé le calendrier de ses phases d’antepost betting (on offre là-bas la possibilité de parier à l’avance en mode mutuel, en ouvrant et en refermant des fenêtres de paris) en ajoutant trois étapes.

Le baromètre de l’antepost betting. L’évolution de la cote de Tiz the Law est aussi celle de la génération 2017, que notre grand confrère John Sparkman a baptisée The Lost Generation (la génération perdue). Le 1er décembre, après la campagne de 2ans, Tiz the Law était déjà le plus joué. Il avait gagné en patron les Champagne Stakes (Gr1) et, après avoir fait l’impasse sur la Breeders’ Cup Juvenile (Gr1), avait perdu par la faute d’un parcours cauchemardesque les Kentucky Jockey Club Stakes (Gr2). Il faut savoir que, dans les premiers tours de l’antepost, 23 chevaux – les plus en vue – ont une chance individuelle et tous les autres 3ans de la planète (même ceux dont il ne sera jamais question au départ du Kentucky Derby !) sont réunis dans une écurie, numéro 24. Or cette écurie virtuelle, constituée de candidats fantômes, était toujours favorite lors des trois premiers tours. Cela signifie que les têtes d’affiche n’avaient guère convaincu…

Le junior Tiz the Law était la meilleure chance individuelle à 11,9/1 au deuxième tour (9 février), après son succès pour sa rentrée dans les Holy Bull Stakes (Gr2). Mais la victoire de Nadal dans les San Vicente (Gr2) avait impressionné plus encore les parieurs, qui ont joué le Baffert à 8,5/1 avec Tiz the Law à 8,8/1.

Quand les enjeux ont été fermés pour le troisième tour (8 mars), Tiz the Law attendait le Florida Derby (Gr1) et il était à 7,2/1 avec le Baffert Authentic (Into Mischief), à 6,4/1 après son succès dans les San Felipe (Gr2). Tiz the Law s’est promené dans le Florida Derby le 31 mars, quand la nouvelle date du Derby était annoncée, et il a repris son rôle de favori à 5,8/1. Mais les autres grands trials qui étaient annoncés avant le quatrième tour ont été reportés. Les trois tours supplémentaires sont arrivés après les forfaits de Charlatan et de Nadal… et après le succès de Tiz the Law dans les Belmont, dont la cote est logiquement tombée à 2,2 faute de combattants. Il est remonté à 2,6/1 au sixième tour, après la victoire d’Authentic dans les Haskell (Gr1). Mais sa cote a fondu à 1,1/1 après son succès dans les Travers.

Les statistiques et le passé. Les statistiques nous disent que, dans les dernières quatre-vingt-dix éditions, dix chevaux seulement sont partis avec une cote fractionnelle. Quatre ont gagné, quatre se sont classés deuxièmes et deux, dont Arazi, ont terminé non placés. Dans la longue histoire du Kentucky Derby, qui date de 1875, les favoris à moins d’égalité sont au nombre de trente-deux, dont dix-sept ont gagné. Depuis la création du « PMU américain », en 1908, les favoris gagnants à la cote plus étriquée sont Citation (Bull Lea), qui était associé au jeu à son rival et dauphin Coaltown (Bull Lea) en 1948, et Count Fleet (Reigh Count) en 1943. Ils ont affiché 0,4/1 et ont battu respectivement cinq et neuf adversaires.

Trois points d’interrogation. Un grandissime favori tue la course. Tiz the Law est largement le meilleur 3ans de la côte Est. Et sur ce que l’on a pu voir des californiens, ils sont moins impressionnants. Le lauréat du Santa Anita Derby (Gr1), Honor A P (Honor Code), a déçu le coup d’après et son dauphin Authentic n’a gagné son Gr1 que d’un nez. Tous les autres sont à plus de 15/1.

Comment finir de décoder ce Kentucky Derby pas comme les autres ? D’abord, la place à la corde est d’autant moins favorable à Tiz the Law qu’Authentic s’alignera à sa droite. Lui aussi aime courir devant ou en pression. Les deux risquent donc de s’engager dans une bataille prématurée, avec des outsiders qui prennent les poteaux des premiers 800m et 1.200m. Y a-t-il cette année un roi caché ? Pourquoi pas le Biancone Sole Volante (Karakontie) ? Pour finir, un mot sur le calendrier : Tiz the Law a été entraîné pour gagner le Derby le premier samedi de mai. Sa préparation a été ralentie mais pas arrêtée. Il a eu un galop chronométré presque chaque semaine depuis début janvier. Il est donc sous pression depuis huit mois. C’est long.