Trot et Galop unis au service des entraîneurs

Courses / 01.09.2020

Trot et Galop unis au service des entraîneurs

Dès le début de la crise sanitaire, l’association des Entraîneurs de galop, l’association des Entraîneurs-propriétaires et le Syndicat des entraîneurs, drivers et jockeys de trot ont pris conscience des difficultés économiques que les entraîneurs et leurs équipes allaient devoir affronter.

Face à deux mois sans courses, une baisse importante des allocations, et une compétitivité accrue, les aides d’urgence ont semblé insuffisantes et pour certaines inexistantes.

Le report des charges sociales, mis en place par le gouvernement, a permis à beaucoup d’entreprises de conserver les chevaux en activité, et ainsi une reprise des courses et du PMU dès le 11 mai, ce qui a permis au PMU d’obtenir des résultats très au-dessus des prévisions annoncées fin avril.

Mais ce report salvateur est aussi synonyme de sursis avant une réalité financière compliquée. Face à ce constat, les 3 associations d’entraîneurs de trot et de galop ont travaillé main dans la main pour tenter de transformer ce report en exonération, ce sursis en aide effective.

Dès le mois de mars, nous avons pris contact et alerté le ministère de l’Agriculture sur la nécessité d’aider les acteurs principaux de notre filière : vos entreprises d’entraînement de chevaux de course.

La force de notre union, le quotidien de nos demandes et la réalité de vos besoins ont abouti à la mise en place d’un dialogue constructif entre les associations représentatives de votre profession, le ministère de l’Agriculture et la MSA.

Aujourd’hui, nous avons la confirmation de nos deux interlocuteurs de l’éligibilité de nos entreprises aux dispositifs d’exonération et d’aide au paiement des cotisations patronales.

Principalement, vous pourrez bénéficier de deux aides :

  • la première permet aux entraîneurs (non-salariés agricole) de réduire forfaitairement leur cotisation personnelle.
  • la deuxième permet une exonération d’une partie des cotisations et contributions patronales dues au titre des périodes allant du 1er février 2020 au 31 mai 2020.

La crise sanitaire aura ainsi permis de créer un lien direct entre les socioprofessionnels et les ministères de tutelle, Agriculture et Budget, et ainsi faire prendre conscience de l’importance de la bonne santé financière des entreprises d’entraînement au sein de la filière hippique.

À l’image de ce qui a été mis en place par nos ministères de tutelle, nous souhaitons que nos sociétés-mères s’engagent dans un dialogue constructif avec nos associations, afin que tous bénéficient des bons résultats enregistrés par le PMU.

Nous remercions vivement monsieur Pierre Tribon (chef du bureau Cheval et institution des courses), monsieur Florent Romagoux (adjoint au chef du bureau Cheval) du ministère de l’Agriculture, monsieur Pascal Cormery (président) et François-Emmanuel Blanc (directeur général) de la MSA pour leur écoute et leur travail.

Stéphane Meunier, président du Syndicat des entraîneurs, drivers et jockeys de trot

François-Xavier de Chevigny, président de l'association des Entraîneurs de halop

Mathieu Boutin, président de l'association des Entraîneurs propriétaires