Alban de Mieulle : « Le changement de conditions d’entraînement a fait énormément de bien à Tayf »

03.11.2020

Alban de Mieulle : « Le changement de conditions d’entraînement a fait énormément de bien à Tayf »

Parfois, les contraintes peuvent se muer en avantages. Covid-19 oblige, Alban de Mieulle n’a pas pu déplacer son équipe en France pour les belles courses de la saison 2020. Les chevaux d’âge de Son Altesse le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani ont donc été confiés à Thomas Fourcy. Une tactique qui s’est révélée payante…

Remporter la Qatar Arabian World Cup (Gr1 PA), c’est le Graal, cette course étant extraordinairement difficile à gagner.  Alban de Mieulle, qui supervise les intérêts hippiques du cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani, le propriétaire et éleveur de Tayf (Amer), nous a expliqué au mois d’octobre : « Nous savions qu’il allait bien courir le grand jour. Mais de là à battre le favori, ce n’était pas écrit d’avance ! Peut-être Ebraz (Amer) n’était-il pas au meilleur de sa forme ? Je ne sais pas. Mais cela peut arriver à tous les chevaux, même aux meilleurs.

Ceci étant dit, le fait d’avoir changé les conditions d’entraînement, en le confiant à Thomas Fourcy, a fait énormément de bien à Tayf. Souvent, lorsqu’un cheval découvre une nouvelle piste, une nouvelle routine, un nouveau cavalier, cela peut se révéler très bénéfique. Chez Thomas, il était vraiment très souple. Peut-être la piste de Royan lui convient-t-elle mieux ? Nous ne le saurons jamais. Mais dans tous les cas, il était vraiment très bien à l’entraînement

À Goodwood, Tayf s’est classé troisième. Mais il n’avait vraiment pas eu ses aises. Enfin, à ParisLongchamp, le terrain souple lui a aussi été très bénéfique… Tayf et Ebraz vont se retrouver au Qatar. Mais les conditions de courses y seront très différentes. »

La troisième du cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani

Le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani et Alban de Mieulle ont déjà remporté deux fois la Qatar Arabian World Cup. C’était en 2009 et en 2010, avec General (Amer).

« Pour le cheikh Abdullah, cette victoire est très importante. Il était ravi. Nous ne l’avions plus gagnée depuis le succès de General. A plusieurs reprises, nos chevaux ont bien couru, mais sans parvenir à s’imposer. Et c’est Tayf qui a réussi cette performance. Je suis très heureux pour le cheval aussi. Il le mérite vraiment, ayant beaucoup donné en compétition. Ce n’était pas un poulain précoce. Nous l’avons débuté à 4ans. Le matin, il a toujours été discret, en-dedans de lui, comme beaucoup de pur-sang arabes d’ailleurs. Mais c’est peut-être aussi pour cela qu’il dure autant : il se préserve. S’il voulait vraiment se donner à fond, il serait certainement encore plus performant car il a un grand potentiel. Dès qu’il est devant, il a tendance à s’arrêter. Mais Olivier Peslier le connaît parfaitement et l’avoir en selle était aussi un énorme avantage. »

Une première pour le Grand Courgeon

« Pour le haras du Grand Courgeon, la victoire de Tayf est très importante. C’est le premier cheval élevé ici à remporter cette grande course. » Alors que ses premiers produits sont foals, Mekhtaal (Sea the Stars) prend la direction du haras du Grand Courgeon, où il va saillir à partir de 2021 à 2.300 € H.T. Alban de Mieulle, à la tête du haras du Grand Courgeon, nous a dit : « C'est une belle nouveauté dans l'Ouest de la France. Mekhtaal est un beau et bon cheval. Et il est vraiment très bien né. Il est magnifique et devrait attirer les éleveurs de plat comme ceux d'obstacle. » L'actualité du haras, c'est aussi la forme de Joshua Tree (Montjeu), père d'Hawai Tree, gagnante du Prix Vatalys (L) sur les obstacles, et de Top Max, lauréat du Grand Prix de la Région Grand Est (L). Nul doute que Joshua Tree devrait attirer beaucoup de juments d’obstacle en 2021 !