Arthur Hoyeau, une vision internationale

Institution / Ventes / 01.10.2020

Arthur Hoyeau, une vision internationale

Windfield, l’agence de conseil et achats/ventes lancée par Arthur Hoyeau en 2019, a désormais son site internet, https://www.windfieldinternational.com. Délibérément, Arthur Hoyeau ne veut pas limiter son activité au courtage, et explique : « J’ai une vision plus large que le courtage à proprement parler. J’ai appris, lors des années que j’ai passées en Australie, que l’un des axes de développement du propriétariat, mais aussi de l’élevage commercial par exemple, passait par les associations. Le paysage du propriétariat a profondément changé et de telles associations peuvent permettre de monter en gamme, et ainsi faire face à la concurrence anglo-saxonne. Regardez les associations qui se sont créées pour acheter des mâles avec un profil de futur étalon, aux États-Unis avec SF Bloodstock, Starlight Racing etc., ou en Australie avec le groupe d’investisseurs de Newgate et d’autres groupes qui se forment tous les ans. Coolmore le fait aussi en interne depuis longtemps…

Ce type d’associations est duplicable pour différents objectifs : ce peut être acheter des yearlings dans le but qu’ils fassent carrière en Australie ou aux États-Unis. À la différence des écuries de groupe, où l’expérience de propriétaire peut être vécue de façon impersonnelle, les associations en lesquelles je crois et que j’essaie de monter permettent à chaque personne d’être vraiment impliquée dans l’aventure. L’une de mes missions réside dans la constitution de telles associations quand je repère aux ventes un poulain qui me plaît. Je l’achète, je sais que j’ai plusieurs personnes qui peuvent être intéressées, et ensuite charge à moi de constituer le syndicat. C’est une prise de risques, assurément, mais c’est ainsi que l’on va pouvoir faire bouger les lignes. »

Arthur Hoyeau, qui s’est forgé une vraie expérience internationale, est basé à cheval entre les États-Unis et la France, même si les voyages sont compliqués pendant cette période. « La France fait partie de mon ADN, mais je souhaite continuer à partager mon temps entre l’Europe et les États-Unis. Je ne serai pas présent à la vente de l’Arc, par exemple, car je suis actuellement en Angleterre pour pouvoir être actif à la vente de Tattersalls la semaine prochaine. Je suis confiant de pouvoir participer à la vente de Keeneland en novembre. »