Enable, un soleil au milieu de la tempête

Courses / 02.10.2020

Enable, un soleil au milieu de la tempête

QPAT J-1

16 H 05 • PARISLONGCHAMP • QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE

Gr1 - 3ans et plus - 2.400m

Au football, on parle du douzième homme : le public, capable de faire basculer le match. Il n’y aura pas de douzième homme dans les tribunes de ParisLongchamp qui, avec 1.000 personnes, sonnera bien vide. Mais un élément est capable de tout faire basculer dans cet Arc 2020 : le terrain.

Il sera certainement extrême : très lourd. Pour beaucoup des quinze concurrents, c’est un point d’interrogation dans une équation à multiples inconnues. Il y a aussi la distance, il y a aussi le niveau, tout simplement. Le résultat le plus sûr de cette équation est Enable (Nathaniel) : même si le terrain ne va pas l’avantager, elle est le concurrent affichant le plus de garanties au départ de cet Arc.

1 - PERSIAN KING ** (M4)

(Kingman & Pretty Please, par Dylan Thomas)

Propriétaires : Ballymore Thoroughbred & Godolphin S.N.C.

Éleveur : Dayton Investments Ltd

Entraîneur : André Fabre

Jockey : Pierre-Charles Boudot. Corde : 7

Valeur/rating : 56,5 / 125

Sa meilleure course

La dernière ! Il a été impérial dans le Qatar Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), s’imposant en costaud – ce qu’il est ! Bien dans son rythme, il est reparti dans la ligne droite et Pinatubo (Shamardal), monté de façon préservée alors qu’il retentait sa chance sur le mile, n’a pas pu l’approcher. Il s’imposait comme un poulain capable d’aller sur plus long, ce qui est le cas puisqu’il a gagné le Prix d’Ispahan (Gr1) cette année. Mais 2.400m, c’est une toute autre histoire.

Sa moins bonne course

On aurait pu dire sa deuxième place dans le Prix de Montretout (L), mais cette sortie était une remise en route après un an d’absence et, étant donné son modèle, cette rentrée était plus que nécessaire. Disons donc le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) où il n’a jamais fait illusion, s’embourbant complètement à Deauville. Ce n’est pas bon signe pour dimanche mais la piste de ParisLongchamp n’aura pas (encore) autant souffert que celle de Deauville à la mi-août…

Scénario idéal

Se faire emmener le plus loin possible tout en bénéficiant du sillage d’un adversaire ayant un bon rythme de base, pour ne pas contrarier sa grande action.

2 – ROYAL JULIUS (M7)

(Royal Applause & Hflah, par Dubawi)

Propriétaire : Jean-Jacques Biarese

Éleveur : Old Carhue Stud

Entraîneur : Jérôme Reynier

Jockey : Shane Foley. Corde : 8

Valeur/rating : 49/108

Tattersalls, Newmarket, vente de foals de décembre 2013, 25.000 Gns, Ringsview Stud à haras du Cadran

Arqana, Deauville, vente de yearlings d’août 2014, € 40.000, haras du Cadran à Mandore International Agency

Sa meilleure course

D’après les ratings course par course du Racing Post, il a fourni deux fois 111 en Italie, lors de son succès dans le Premio Presidente della Repubblica (Gr2) en 2018 et pour sa deuxième place dans le Gran Premio di Milano (Gr2) cette année. Sa victoire la plus riche est celle du Bahrain Trophy. Son meilleur résultat à ParisLongchamp en terrain lourd est sa deuxième place dans le Prix d’Harcourt (Gr2) en 2018.

Sa moins bonne course

Impossible de trouver une tâche dans le cahier de ce grand voyageur. Son entraîneur vous dira qu’il s’agit de sa contreperformance dans l’étape vichyssoise du Défi du Galop, mais le cheval avait toussé.

Scénario idéal

Il n’a rien à perdre et fera plaisir à son entourage. C’est une prime à la carrière d’un cheval qui a couru trente-sept fois sur cinq hippodromes différents, tout en décrochant un chèque à trente reprises.

3 - WAY TO PARIS (M7)

(Champs Élysées & Grey Way, par Cozzene)

Propriétaire : Paolo Ferrario

Éleveur : Grundy Bloodstock

Entraîneur : Andrea Marcialis

Jockey : Ioritz Mendizabal. Corde : 6

Valeur/rating : 52,5 / 116

Sa meilleure course

Sa victoire dans le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1), où il décrochait son succès de Gr1 dans son style habituel : partir mollement et venir finir vite sur ses adversaires. Il ne battait pas un grand lot et, auparavant, il avait poussé Sottsass (Siyouni) dans ses retranchements dans le Prix Ganay (Gr1). Mais nous n’avons pas encore vu cette année le Sottsass de l’an dernier.

Sa moins bonne course

Difficile d’en dégager une en particulier. Il compte six sorties où il n’a pas réussi à finir dans les cinq premiers, dont l’Arc 2018. Lors de quatre de ces six sorties, le terrain était officiellement collant à très lourd. Il a la tenue nécessaire pour faire 2.400m en terrain pénible, mais cet attentiste n’est pas des plus à l’aise lorsqu’il faut sortir les palmes.

Scénario idéal

Un miracle avec du bon terrain d’ici dimanche… Ioritz Mendizabal aura du mal à inventer quelque chose : Way to Paris n’est pas véloce à la sortie des stalles et il faudra attendre, en tentant de prendre le moins de projections possible, puis venir finir dans la ligne droite.

4 - JAPAN (M4)

(Galileo & Shastye, par Danehill)

Propriétaires : Derrick Smith, Mme John Magnier, Michael Tabor & Masaaki Matsushima

Éleveur : Newsells Park Stud

Entraîneur : Aidan O’Brien

Jockey : Yutaka Take. Corde 11

Valeur/rating : 55,5/121

Tattersalls, Newmarket, book 1 de la vente de yearlings d’octobre 2017, 1.300.000 Gns Newsells Park Stud à M.V. Magnier/Mayfair Speculators/Peter & Ross Doyle

Sa meilleure course

L’an dernier, il avait fait une super valeur pour s’imposer dans les Juddmonte International Stakes (Gr1) face à Crystal Ocean (Sea the Stars). Très attendu dans l’Arc 2019, il a fait illusion mais a lâché prise pour se classer quatrième. Cette année, il a tracé un bon parcours derrière Ghaiyyath (Dubawi) dans les Eclipse Stakes (Gr1). C’est le seul bon souvenir d’une saison sans victoire.

Sa moins bonne course

Il a terminé loin dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1). Mais, d’après son entraîneur, il a eu un problème à un pied qui peut avoir pesé, tout comme lors de sa course en demi-teinte dans les Irish Champion Stakes (Gr1).

Scénario idéal

Il est mieux sur 2.000 que sur 2.400m, même s’il a gagné le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) sur ce même parcours. Yutaka Take doit chercher à économiser le plus d’énergie pour décrocher une place.

5 - SOVEREIGN (M4)

(Galileo & Devoted to You, par Danehill Dancer)

Propriétaires : Mme John Magnier, Michael Tabor & Derrick Smith

Éleveur : Barronstown Stud

Entraîneur : Aidan O’Brien

Jockey : Mickaël Barzalona. Corde : 10

Valeur/rating : 53 / 117

Sa meilleure course

Sa victoire dans l’Irish Derby (Gr1) en 2019, devant, méchant et au bout !

Sa moins bonne course

Le Derby d’Epsom (Gr1) en 2019, dixième. Devant, méchant mais pas au bout…

Scénario idéal

On s’attend à le voir aller devant, certainement en compagnie de Serpentine (Galileo). Il faudra avoir la tenue nécessaire pour aller le plus loin possible.

6 - STRADIVARIUS (M6)

(Sea the Stars & Private Life, par Bering)

Propriétaire/Éleveur : Bjorn Nielsen

Entraîneur : John Gosden

Jockey : Olivier Peslier. Corde : 14

Valeur/rating : 56,5/125

Sa meilleure course

Lors de son troisième succès dans la Gold Cup (Gr1), il a impressionné tout le monde, même ceux qui n’ont jamais vu une course. C’était un marathon, son vrai sport. Il vaut mieux retenir sa brillante deuxième place dans le Qatar Prix Foy (Gr2) où il a passé un test de vitesse dans une course sans train. Sa pointe est une arme meurtrière sur plus de 3.000m, mais peut faire du mal aux autres même sur plus court.

Sa moins bonne course

Il a couru quinze fois dans les trois dernières saisons et ne compte que trois défaites. Il n’a raté qu'un seul grand objectif : l’an dernier, il a été battu dans la British Champions Long Distance Cup (Gr2) mais c’était à la fin d’une campagne très difficile.

Scénario idéal 

Le terrain très lourd va rallonger la distance, c’est une loi ancienne comme les courses. Cependant, il va lui enlever un peu d’accélération. Le stayer qui est passé le plus proche du succès dans un Arc de Triomphe est Ardross (Run The Gantlet), battu d’une tête par la pouliche Akyida (Labus) en 1981, en terrain très lourd.

7 - SOTTSASS (M4)

(Siyouni & Starlet’s Sister, par Galileo)

Propriétaire : White Birch Farm

Éleveur : Écurie des Monceaux

Entraîneur : Jean-Claude Rouget

Jockey : Cristian Demuro. Corde : 5

Valeur/rating : 54,5/ 119

Arqana, août 2017, Deauville, yearling, 340.000 €, écurie des Monceaux à Oceanic Bloodstock

Sa meilleure course

Cela reste sa victoire impressionnante dans le Prix du Jockey Club (Gr1) en 2019, en un temps record et en balayant Persian King en trois foulées. L’an dernier, dans l’Arc, il a aussi très bien couru pour être troisième, derrière des chevaux bien plus durs et expérimentés comme Waldgeist (Galileo) et Enable, dans des conditions difficiles.

Sa moins bonne course

Il y a bien sûr le Prix La Force (Gr3) en 2019, où il était en eau dans le rond. Si on se concentre sur l’année 2020, sa rentrée dans le Prix d’Harcourt (Gr2), dont il avait cependant besoin.

Scénario idéal

Attendre pas trop loin et venir placer sa pointe de vitesse, même s’il n’a pas encore montré, en 2020, une accélération aussi percutante qu’en 2019. Et espérer que sa quatrième place dans les Irish Champion Stakes (Gr1) lui ait bien ouvert les poumons, comme le pense Jean-Claude Rouget.

8 - ENABLE (F6)

(Nathaniel & Concentric, par Sadler’s Wells)

Propriétaire : Khalid Abdullah

Éleveur : Juddmonte Farms

Jockey : Lanfranco Dettori. Corde : 5

Valeur/rating : 56/124

Sa meilleure course

La domination affichée dans son premier Arc de Triomphe reste le point le plus haut d’une carrière extraordinaire. Elle a connu un gros problème ensuite et a été capable de revenir sans être diminuée, bien au contraire. La championne, après plus de onze mois d’absence, a aligné six Grs1… et pas de petite taille !

Sa moins bonne course

Avec Dettori en selle, elle perdu deux courses : l’Arc 2019 et les Eclipse Stakes pour sa rentrée. Deux défaites avec beaucoup d’explications.

Scénario idéal 

Le bon numéro à la corde peut lui permettre de se positionner proche de la tête mais il faudra de la prudence avant de placer l’attaque. Dettori le sait mieux que nous…

9 - DEIRDRE (F6)

(Harbinger & Reizend, par Special Week)

Propriétaire : Toji Morita

Éleveur : Northern Farm

Entraîneur : Mitsuru Hashida

Jockey : Jamie Spencer. Corde : 12

Valeur/rating : 51,5/114

Sa meilleure course

Sa victoire dans les Qatar Nassau Stakes (Gr1) en 2019, où elle battait un bon lot de femelles après une fin de course tranchante. On peut aussi souligner sa troisième place dans les Irish Champion Stakes (Gr1) la même année, où elle a fini en boulet de canon après une ligne droite cauchemardesque.

Sa moins bonne course

Les Qatar Nassau Stakes 2020, dont elle a conclu dernière. Deirdre n’a pas montré le même visage en 2020.

Scénario idéal

Il faudra déjà que la jument se soit retrouvée. Les 2.400m étant probablement le bout du monde, il faudra se faire emmener le plus loin possible et espérer qu’elle puisse placer son accélération malgré le bourbier.

10 - GOLD TRIP (M3)

(Outstrip & Sarvana, par Dubai Destination)

Propriétaire : Écurie Jean-Louis Bouchard

Éleveur : Michel Monfort

Jockey : Stéphane Pasquier. Corde : 9

Valeur /rating : 52/115

Arqana, Deauville, vente de yearlings d’août 2018, 60.000 €, haras du Cadran à Gérard Larrieu

Sa meilleure course

Côté rating, c’est la troisième place dans le Grand Prix de Paris (Gr1). Il était battu tout à la fin sans avoir une course trop dure. Mais son succès dans le Prix Greffulhe (Gr2) en terrain bien souple a été boosté ensuite par In Swoop (Adlerflug) dans le Derby allemand (Gr1). Sur les 2.200m de Lyon-Parilly, il a montré maniabilité et accélération. 

Sa moins bonne course

Sur le papier, c’est le Prix du Jockey Club (Gr1). Mais il vaut mieux revoir la vidéo de la course pour comprendre que, pour gagner après un parcours impossible, il fallait Ribot…

Scénario idéal 

Un parcours bien caché et un peu de chance. Le poulain possède de la marge et, depuis 1997, trois gagnants du Prix Greffulhe ont remporté l’Arc de Triomphe : Dalakhani (Darshaan), Montjeu (Sadler’s Wells) et Peintre Célèbre (Nureyev). Le monde et le programme a changé, mais bon…

11 - CHACHNAK (M3)

(Kingman & Tamarzite, par Danehill Dancer)

Propriétaires : Écurie La Vallée Martigny E.A.R.L. & Écurie des Mouettes

Éleveurs : Écurie La Vallée Martigny E.A.R.L. & Écurie du Loup

Entraîneur : Fabrice Vermeulen

Jockey : Tony Piccone. Corde : 13

Valeur/rating : 49/108

Sa meilleure course

Il a remporté le Prix de Guiche (Gr3) avec autorité. On peut hésiter avec sa récente victoire dans le Prix du Prince d’Orange (Gr2).

Sa moins bonne course

Treizième du Prix du Jockey Club. Une fois qu’il a eu le passage, il est resté là.

Scénario idéal

Il n’a pas bien couru en terrain très souple ou collant dans le passé et n’a jamais fait 2.400m. Avec le 13 dans les stalles, il faudra certainement reprendre et espérer qu’il puisse placer sa pointe dans la ligne droite.

12 - IN SWOOP (M3)

(Adlerflug & Iota, par Tiger Hill)

Propriétaire : Gestüt Schlenderhan

Éleveur : Stall Ullmann

Entraîneur : Francis-Henri Graffard

Jockey : Ronan Thomas. Corde : 1

Valeur/rating : 52/115

Sa meilleure course

La deuxième place dans le Grand Prix de Paris (Gr1) a boosté d’un kilo sa valeur. Mais il s’est vraiment révélé en remportant le Derby allemand (Gr1), une course presque interdite aux chevaux entraînés hors d’Allemagne. Il a montré bien s’adapter à des conditions difficiles, ce qui n’est pas évident pour un poulain qui en était seulement à sa troisième sortie.

Sa moins bonne course

Il a été battu dans le Greffulhe, qui était cependant une étape logique dans son parcours d’apprentissage.

Scénario idéal

Le terrain très lourd devrait lui plaire. Son père, Adlerflug (In the Wings), a gagné le Derby allemand dans les mêmes conditions, tout comme sa mère, Iota (Tiger Hill), s’était imposée dans le Preis der Diana (Gr1) en grande nageuse. Le seul gagnant d’Arc avec moins d’expérience fut Lammtarra (Nijinsky), qui était à sa quatrième course, mais le poulain apprend vite son métier…

13 - MOGUL (M3)

(Kingman & Tamarzite, par Danehill Dancer)

Propriétaire : Michael Tabor, Derrick Smith & Mme John Magnier

Éleveur : Newsells Park Stud

Entraîneur : Aidan O’Brien

Jockey : Ryan Moore. Corde : 3

Valeur/rating : 59/119

Tattersalls, octobre 2018, book 1 de la vente de yearlings, 3.400.000 Gns, Newsells Park Stud à M. V. Magnier

Sa meilleure course

Il vient d’être impérial dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1), montrant une sacrée accélération pour remporter l’épreuve.

Sa moins bonne course

Il a été quatrième des King Edward VII Stakes (Gr2) à Royal Ascot cette année. Mais c’était pour sa rentrée et, visiblement, il a du mal à garder la ligne pendant les vacances. Dans le Derby d’Epsom, dont il a conclu sixième, il n’a pas été aidé par le déroulement de course et a encore manqué de condition.

Scénario idéal

Il n’a couru qu’une fois en terrain lourd, pour ses débuts à 2ans, donc c’est une inconnue. Les 2.400m sur ce type de terrain le sont aussi. Le monter à l’économie et espérer que sa pointe de vitesse soit aussi efficace en terrain lourd qu’en bon terrain.

14 - SERPENTINE (M3)

(Galileo & Remember When, par Danehill Dancer)

Propriétaire : Mme John Magnier, Michael Tabor & Derrick Smith

Éleveur : Coolmore

Jockey : Christophe Soumillon. Corde : 15

Valeur/rating : 54,5/120

Sa meilleure course

C’est le Derby (Gr1) bien sûr ! Son succès de bout en bout à Epsom, par cinq grandes longueurs et dans un excellent chrono, reste difficile à analyser : nous sommes toujours un peu dans le brouillard. Parmi les battus, on trouve Kameko (Kitten’s Joy), qui n’a pas tenu, et Mogul (Galileo), pas à son aise dans le parcours.

Sa moins bonne course

Il a ouvert son palmarès sept jours avant le Derby, lors de sa troisième sortie, donc le choix est entre deux "vraies" courses : le classique, qu’il a survolé, et le Grand Prix de Paris. Cependant, il n’a pas démérité pour ses débuts à ParisLongchamp.

Scénario idéal 

Le 15 à la corde n’offre pas beaucoup d’options à un poulain qui s’est révélé avec un parcours de tête. Sovereign peut lui ouvrir le chemin. Le terrain est un point d’interrogation : il a débuté dans le très souple à Galway et il a terminé avant-dernier, mais il était là pour apprendre.

15 - RAABIHAH (F3)

(Sea the Stars & Garmoosha, Kingmambo)

Propriétaire : Cheikh Hamdan Al Maktoum

Éleveur : Shadwell Farm

Entraîneur : Jean-Claude Rouget

Jockey : Maxime Guyon. Corde : 2

Valeur/rating : 51,5/114

Sa meilleure course

 Elle a été éblouissante dans le Prix de Psyché (Gr3), au début du meeting de Deauville. Quelle accélération !

Sa moins bonne course

Difficile de parler de mauvaises courses. Elle est quatrième du Prix de Diane (Gr1) en manquant certainement d’expérience. Et dans le Qatar Prix Vermeille (Gr1), elle a été clouée sur place par l’accélération de Tarnawa, mais a quand même remonté tout le reste du peloton pour prendre la deuxième place.

Scénario idéal

Espérer qu’elle se sorte du terrain lourd, qu’elle ne connaît pas… Comme beaucoup, trouver un bon sillage et faire parler la pointe de vitesse, en espérant qu’elle ne soit pas trop émoussée par une piste pénible.