Graffard : « Le terrain : une inconnue, même pour In Swoop »

Courses / 02.10.2020

Graffard : « Le terrain : une inconnue, même pour In Swoop »

Les pluies qui tombent en continu sur la région parisienne depuis quelques jours ont conduit Love (Galileo) à jeter l’éponge… et ont fait monter en flèche les chances d’In Swoop (Adlerflug) dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, si l’on en croit les bookmakers qui l’ont descendu de 50/1 avant le Grand Prix de Paris à 11/1 ce vendredi. Ses origines n’y sont pas pour rien. Les chevaux allemands ont la réputation de posséder une aptitude naturelle au terrain lourd, ce qui pourrait constituer un énorme atout dimanche : « D’accord. Mais ce n’est pas parce qu’il est allemand qu’il sait nécessairement “nager” ! nous a confié Francis Graffard avec un certain humour. Le cheval n’a jamais eu l’occasion de courir sur une piste aussi pénible que celle attendue dimanche. Une seule fois, à Lyon, le terrain était un peu souple et manifestement, cela ne l’a pas dérangé. Pas plus que lundi, lors de son dernier travail sur une piste bien souple. »

Son propriétaire et éleveur, le baron von Ullmann, a son idée sur la question, comme nous l’a dit l’entraîneur cantilien : « J’ai évoqué avec lui la question du terrain cette semaine. Il m’a dit que tous les chevaux de sa famille, que ce soit en lignée paternelle ou maternelle, allaient bien dans le terrain souple. J’espère simplement qu’il ne sera pas une exception au sein de sa famille. »

L’autre question, au sujet d’In Swoop, est celui de la valeur des chevaux de 3ans par rapport à leurs aînés. En l’occurrence, In Swoop fait partie des chefs de file de sa génération, puisqu’il a gagné le Derby allemand à Hambourg au printemps (c’était d’ailleurs la première fois qu’un entraîneur français remportait cette grande épreuve). « Il est assez difficile de les situer, car nous avons vu peu de confrontations au plus haut niveau entre les 3ans et leurs aînés sur la distance de 2.400m. La seule chose que je sais, c’est qu’In Swoop a beaucoup d’atouts pour être dans les cinq premiers. C’est un cheval d’un naturel très calme, qui peut donner l’impression de ne pas s’intéresser à la course, comme dans le Derby allemand : il était monté aux bras pour garder le contact… et il n’a commencé à galoper que dans les deux cents derniers mètres pour gagner ! Il a beaucoup de tenue et encaisse bien ses courses. Il progresse en permanence et est monté sur sa course d’il y a trois semaines, où il manquait de travail, ce qui ne l’a pas empêché de me surprendre très positivement. Il sera au top dimanche. »

C’est aussi un cheval tout neuf, puisqu’il ne disputera dans l’Arc que sa cinquième course !

La dernière fois que l’un des favoris était arrivé avec aussi peu d’expérience sur le championnat du monde des pur-sang, il s’était imposé : c’était Trêve en 2013.

Dimanche, Francis Graffard présente aussi Tickle me Green (Sea the Moon) au départ du Prix de l’Opéra Longines (Gr1) : « Je prends un peu de risque en l’alignant au départ, car le lot est extrêmement relevé cette année. Mais c’est une jument que j’adore et elle est dix fois mieux que lors de sa dernière sortie dans le Prix Bertrand de Tarragon (Gr3). »

Dans le Prix de l’Abbaye de Longchamp Longines, Wooded (Wotton Bassett) défendra les chances d’Al Shaqab Racing. Le cheval a été raccourci en début d’année et si l’on en croit sa récente deuxième place dans le Qatar Prix du Petit Couvert (Gr3), la préparatoire française à l’Abbaye, ce raccourcissement lui réussit bien : « Il a vraiment très bien couru dans le Petit Couvert. Pour une première sur 1.000m, ce n’était vraiment pas facile, dans une course où le record du parcours a été battu ! Mais il a tout de suite compris ce qu’on lui demandait. » Peut-il prendre sa revanche sur Air de Valse (Mesnil des Aigles), dans cette Abbaye un peu moins anglaise que d’habitude ?  « Il y a, selon moi, un gros bémol lié au terrain lourd de dimanche. Mais il va courir sa chance et quoi qu’il arrive, cela va l’endurcir pour l’an prochain. Cette année, cela n’a pas été facile de lui trouver des engagements sur 1.200m, qui est sa vraie distance. Il devait aller à Ascot où je pense qu’il aurait été capable de très bien se comporter, mais la course a été annulée. Après j’ai été obligé de le rallonger en courant le Jean Prat (Gr1) sur 1.400m : il s’est bien défendu et a été battu par la distance, trop longue pour lui. Dans le Maurice de Gheest (Gr1), sur 1.300m, il n’a pas été très heureux, sinon je crois qu’il aurait pu finir dans les cinq premiers… À l’automne, nous avons deux bonnes courses sur 1.000m en France : le Petit Couvert et l’Abbaye. Donc il court ! »

Dans une autre catégorie, True Romance (George Vancouver) sera au départ du Grand Handicap des Flyers (Classe 1) : « C’est un engagement logique après sa deuxième place du 13 septembre dans le Qatar Grand Handicap des Arc Trials. Lui, il va aimer le terrain qui est annoncé dimanche à ParisLongchamp ! »

Samedi, Paix (Muhaarar) fera partie des favorites du Qatar Prix de Royallieu (Gr1) : « Elle a bien gagné dans le Prix de Lutèce (Gr3). Elle a un pedigree extraordinaire [Paix est une fille de Pacifique – famille des “P” millionnaires présentés par les Monceaux à Arqana] ; donc si nous réussissons à la placer parmi les trois premières d’un Gr1, ce sera superbe pour son entourage [ses éleveurs, l’écurie des Monceaux et Skymarc Farm]. Samedi, elle ne fait face qu’à des femelles et est en plein sur sa distance. C’est une pouliche que j’ai toujours bien aimée même si elle m’a fait un peu peur en début de carrière. Mais depuis, elle ne fait que progresser et sera vraiment au top samedi ! »

Autre bonne chance de l’écurie Graffard, The Revenant (Dubawi) n’a jamais aussi bien porté son nom ! Il fait sa rentrée après un an d’absence dans le Qatar Prix Daniel Wildenstein (Gr2) dont il est le tenant du titre… Faut-il s’en inquiéter ? « Non. Sa préparation n’a finalement pas été si différente de celle de l’an dernier, où il était absent depuis le mois de mai. En fait, c’est un cheval qui n’aime pas les pistes rapides. Cette année, il aurait dû courir en début d’année mais le Covid a changé nos plans. Donc j’ai préféré l’envoyer au pré. Cela a été profitable, car il a évité la canicule à Chantilly. Samedi, il est prêt à faire sa rentrée et il adore ce terrain. Ma seule petite réserve est qu’il y aura un peu plus de partants que l’an dernier [huit au lieu de cinq]. Ça serait très chouette de faire le doublé ! » 

Think of Me (So you Think) est candidate au Qatar Prix du Cadran (Gr1) : « Elle vient de faire une très bonne rentrée en étant deuxième de Called to the Bar (Henrythenavigator) dans le Prix Gladiateur (Gr3). J’en ai même été un peu surpris car c’était une vraie rentrée. C’est une jument légère, un peu spéciale, que je travaille donc assez léger. Après ses deux victoires du début de saison, je l’ai envoyée au pré car je voulais la préserver pour l’automne et pour les pistes plus souples. Elle est bien montée sur sa dernière course et a pour elle deux choses samedi : la distance et le terrain. »

Enfin, Sea Watch (Siyouni) disputera le Qatar Grand Handicap des Juments (Classe 1) : « Cette fois, je lui mets les œillères parce que c’est une jument qui s’écoute un petit peu. Elle est assez importante physiquement et a besoin de courir pour être bien. À présent, elle est vraiment prête après avoir couru trois fois depuis la fin du mois de juillet. Le point d’interrogation est celui du terrain : je ne sais pas si une piste aussi pénible sera dans ses cordes… »