LE TOUR DES HARAS - OCTOBRE 2020 : le Lieu des Champs, pour l’amour du sport

Élevage / 12.10.2020

LE TOUR DES HARAS - OCTOBRE 2020 : le Lieu des Champs, pour l’amour du sport

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings à la vente d’octobre Arqana - Osarus. Richard Powell nous raconte son haras du Lieu des Champs.

Par Adeline Gombaud

Cela fait maintenant sept ans que Richard Powell a acheté le haras du Lieu des Champs, que ses parents avaient acquis dans les années quatre-vingts. Avec l’ajout du haras des Chênettes en 2016, la structure s’est étendue à 90 ha et accueille entre 35 et 40 juments à l’année, essentiellement pour des clients, même si Richard Powell est désormais associé sur quelques-unes d’entre elles. Le haras a gardé une dimension familiale, avec une gestion mettant l’accent sur le respect du bien-être animal et de l’environnement, dans une logique de développement durable (utilisation de véhicules électriques, fournisseurs locaux privilégiés, utilisation d’engrais et pesticides réduite au minimum).

Plat, obstacle, la même passion. Même si Richard Powell est connu pour élever les pensionnaires de Magalen Bryant notamment, n’allez surtout pas réduire son activité à l’obstacle ! Les élèves du Lieu des Champs performent aussi bien en plat que sur les obstacles. Richard Powell explique : « J’aime le sport en général. Et comme l’on peut aimer le football et le rugby, je suis autant passionné par le plat que par l’obstacle, tout en m’intéressant aux autres disciplines équestres, comme le trot ou le saut d’obstacles. On a toujours à apprendre des autres. J’ai été élevé dans cette polyvalence, et de mes années passées au côté de Jean-Pierre Dubois, ou de mon enfance chez Alec Weisweiller, j’ai appris que l’on n’élevait pas différemment un trotteur, un cheval de plat ou un cheval d’obstacle : on élève un athlète. »

L’année a commencé sur les chapeaux de roue pour le Lieu des Champs avec le succès de Laterana (Saint des Saints) dans le Grand Prix de Pau (Gr3). Suite à sa bonne troisième place dans le Prix Solitaire (Gr3), les courses étaient en suspens, et il a fallu faire un choix. « Nous nous étions dit que si elle était pleine dès le premier saut, elle restait au haras. Sinon, elle serait retournée à l’entraînement… Elle a pris d’emblée et est donc désormais pleine de Great Pretender. » Quand Laterana s’imposait à Pau, Double Cash (Motivator), vendu en octobre 2017 par le Lieu des Champs, brillait en Suède, et Queen Rouge (Lord of England), élevée au Lieu des Champs, était élue cheval de l’année au Danemark !

Avant que les courses n’arrêtent à leur tour en outre-Manche, Asterion Forlonge (Coastal Path), consigné par le haras, a gagné son Gr1 en Irlande. À son sujet, Richard Powell : « Asterion Forlonge a été élevé par Pierre Noirot qui m’avait confié deux chevaux à présenter lors de la vente d’automne. Le premier, c’était Asterion, et la deuxième, Morigane Forlonge (American Post), est black type en plat ! C’est encore une démonstration de cette polyvalence qui me tient à cœur : mon premier gagnant en tant qu’éleveur était Drop Dead Gorgeous (Sepoy), qui a gagné pour ses débuts à 2ans dans l’important Prix de la Verrerie. J’ai aussi consigné une pouliche comme Clem Fandango (Elzaam), deuxième des Queen Mary Stakes (Gr2) de Lady Aurelia… »

La liste des gagnants made in Lieu des Champs s’allonge avec les noms de Fabulous Dragoness (Poliglote), lauréate du Prix Glorieuse (Gr2 AQPS) il y a quelques jours, Good Question (Manduro), lauréat de l’étape vichyssoise du Défi du Galop (L), de Dr Simpson (Dandy Man), née au haras et à l’arrivée l’an dernier du Breeders’ Cup Turf Sprint (Gr2) après avoir remporté les Mercury Stakes (Gr3), de Chares (Ivawood), présenté yearling par le Lieu des Champs avant de devenir le top price de la vente de l’Arc 2019, de Saint Calvados (Saint des Saints), deuxième de Gr1 à Cheltenham, de Fusil Raffles (Saint des Saints), gagnant de Gr1 et Gr2 outre-Manche, ou Raffles Face (Authorized), prometteur troisième du Prix Robert Lejeune (Gr3) dernièrement, et tous deux élevés pour le compte de Simon Munir et d'Isaac Souede. Richard Powell précise : « Après la vente de dispersion des juments de Simon Munir et d'Isaac Souede, qui étaient stationnées avec leur descendance au haras, j’ai eu un peu de place pour accueillir de nouveaux clients. »

Une diversification vers le pinhooking. Cette diversification s’est aussi traduite par une petite activité de pinhooking, sous le sigle LDC Bloodstock, et qui a débuté aux dernières ventes d’élevage Arqana. « J’ai acheté quelques foals, yearlings et juments en décembre et février. Je souhaite faire cela minutieusement, et donc à petite échelle, en privilégiant le côté humain. C’est la même philosophie que j’applique pour l’élevage. Les foals que j’ai achetés ont fait naître post-vente des vocations, et plusieurs copains ont pris des participations. Ils seront vendus en octobre et en novembre. »

Deux de ces foals étaient issus d’étalons de première production, Ulysses et Time Test. Les premiers yearlings de ces deux étalons ont rencontré beaucoup de succès lors des premières ventes de yearlings, et la cote de leurs produits est donc orientée à la hausse. Parmi les autres achats foals de LDC Bloodstock figurent une fille de Zoffany, qui a connu une grande année 2020, une Kendargent, le père de Skalleti, dont on ne compte plus les gagnants.

Parmi les autres yearlings présentés à la vente d’octobre par le Lieu des Champs, il faut citer le lot 90, une femelle d'Highland Reel, dont les premiers yearlings ont également été très recherchés à Tattersalls notamment, avec une mère par Kitten’s Joy. Richard Powell explique : « La pouliche a été élevée à la maison. Les Européens sont désormais bien familiarisés avec Kitten’s Joy grâce aux succès de ses fils Kameko ou Roaring Lion, notamment, et l’arrivée dans le parc étalons français de Bobby’s Kitten et Luck of the Kitten. » Le lot 159 est une femelle de Myboycharlie (Sistercharlie, Jameka, Euro Charline… que des femelles !) et Question of Time (Olden Times), la mère de Good Question, que l’on a évoqué plus haut : « C’est une pouliche faite pour aller aux courses. Son frère est un cheval particulièrement dur, comme en témoignent ses performances. » Le lot compte aussi une fille de Dream Ahead, à l’origine de deux gagnants de Gr1 cette année, et la bonne Sandy’s Charm (Footstepsinthesand). « Cette pouliche, élevée à la maison pour le compte de Magalen Bryant, est le premier produit de Sandy’s Charm à être proposé en vente. Chaque année, Mme Bryant vend plusieurs produits à vocation plat. » Le lot 490 est une fille de Ruler of the World, à l’origine de la classique Iridessa, de la famille maternelle de One Master, triple lauréate de la Forêt (Gr1). « La mère est une sœur de Speed Chance (Born to Sea), gagnant dès sa deuxième sortie. » Enfin le lot 544 est un mâle de Fastnet Rock issu d’une superbe famille maternelle, puisque sa mère est une sœur de Moon Ballad (Singspiel), gagnant d’une Dubai World Cup (Gr1). C’est aussi la famille de Telescope, lauréat des Hardwicke Stakes et des Great Voltigeur Stakes (Grs2).  

LES YEARLINGS D’OCTOBRE

Lot Sexe Père Mère
90 F Highland Reel Kitten’s Lady
159 F Myboycharlie Question of Time
173 F Dream Ahead Sandy’s Charm
254 M Bobby’s Kitten Ancestral Way
295 M Time Test Casaca
381 F Ulysses Kareemah
466 F Elusive City Princess Bavaroise
468 M Bobby’s Kitten Puzzling
490 F Ruler of the World Sea the Future
517 F Zoffany Star Waves
544 M Fastnet Rock Velvet Star
590 F Kendargent Azores