MARCHÉ EN BAISSE, SAILLIES EN BAISSE ?

Élevage / 29.10.2020

MARCHÉ EN BAISSE, SAILLIES EN BAISSE ?

Aux ventes de Deauville, beaucoup se posaient la même question : comment les tarifs de saillie vont-ils évoluer ? Certains étaient vindicatifs : puisque le marché a baissé, les prix de saillie doivent baisser ! D’autres plus fatalistes : ils vont baisser ceux dont on ne veut pas. 

En 2020, comme lors de chacune des crises récentes, le premier élément qui a baissé a été le prix moyen des yearlings aux ventes. La faute au calendrier ! En effet, le hasard veut que la majorité des crises économiques mondiales aient lieu à la fin de l’été ou au début de l’automne. Jugez plutôt : octobre 1929, octobre 1973, août 1982, octobre 1987, septembre 2008. Or la fin de l’été et le début de l’automne sont aussi la saison des ventes de yearlings dans l’Hémisphère nord.

Seules deux grandes dégringolades font exception : l’éclatement de la bulle internet en mars 2000 et le Covid en mars 2020. Mais dans ces deux cas, coup de chance, la saison de monte était déjà jouée… Si les krachs avaient majoritairement lieu en janvier, le marché des saillies baisserait avant celui des yearlings. Entraînerait-il une baisse du prix moyen sur le ring ? Pas sûr du tout.

Marché en baisse, saillies en baisse ?

Mais pour en revenir à la situation présente, il existe une demande, de la part des éleveurs-vendeurs, d’une adaptation des prix de saillie. Vont-ils obtenir gain de cause ? Oui, il y aura certainement des baisses. Mais comme dans tout marché libéral, reposant sur une mesure objective, la régulation va se faire naturellement – et de manière très contrastée en fonction des profils d’étalons.

Cette mesure objective est double, dans notre univers : ce sont à la fois les résultats en course et le prix moyen des yearlings. Globalement, le prix de saillie d’un étalon repose sur deux indicateurs.  Quand les deux sont en baisse, le prix de saillie baisse évidemment. Mais un seul des deux indicateurs en baisse peut condamner l’étalon (s’il n’est plus commercial alors qu’il l’a été ; ou si ses produits sont vraiment trop décevants en course)… tout comme un seul des deux indicateurs en hausse peut le sauver (par exemple quand les produits d’un étalon ont de bons résultats en course alors que le ring les boude). Et évidemment, si les deux indicateurs sont au beau fixe, comme pour Kingman, Night of Thunder, Wootton Bassett ou No Nay Never dans notre tableau en page suivante, la crise n’a pas de prise sur eux !

Comment le marché va-t-il se réguler face à la crise du Covid ? Tout d’abord, personne ne pourrait croire une seconde à une baisse généralisée – la même pour tous les chevaux – de 17,5 % des saillies en France sous prétexte que le marché a baissé en moyenne de 17,5 % ! De la même manière que certains yearlings se sont bien vendus et d’autres moins bien, certains pères ont plu sur le ring et d’autres non ; certains ont sous-performé par rapport aux attentes et d’autres ont surperformé. C’est pourquoi l’évolution du prix de saillie ne saura se faire qu’au cas par cas. Les étalons qui fonctionnent ne baisseront pas ; certains vont même encore augmenter. D’autres resteront stables : en année de croissance, ils auraient peut-être monté, mais le contexte économique va inciter leur entourage à la prudence.

Enfin, une dernière partie va baisser. Ce sera sans doute, en quantité, une partie importante du parc d’étalons mondial. Mais, sans que l’on ne s’en rende vraiment compte, c’est en fait le cas tous les ans. Chez les étalons, l’échec est la règle et la réussite l’exception, ne l’oublions jamais. Donc que la majorité des étalons baisse, c’est normal.

Ce qui changera simplement, en 2020, c’est que la baisse globale finale sera sans doute comprise entre 15 % et 25 %... comme les ventes. Mais encore une fois : pas de -20 % sur tous les étalons !

En croisant prix de saillie et prix moyen aux ventes…

Pour vous aider à vous faire une idée de l’évolution possible du parc d’étalons européen, nous avons comparé le prix moyen des yearlings 2020 en Europe avec le prix de saillie 2018, année où ces chevaux ont été conçus.

Par Franco Raimondi

Les étalons qui ont produit des yearlings à un prix moyen de 100.000 € ou plus sont au nombre de seize. Parmi eux, deux étaient représentés par leurs premiers produits : Caravaggio (Scat Daddy) et Almanzor (Wootton Bassett). L’irlandais, désormais parti chez Coolmore America, a eu 64 vendus pour un prix moyen de 112.768 €, alors que le français en compte 53 à 101.461 €. Les deux étaient proposés en 2018 au même tarif de 35.000 €. Le ratio prix moyen des yearlings/prix de saillie est respectivement de 3,22 et 2,90.

Les anciens courtiers nous ont appris qu’un retour correct pour un yearling, c’est trois fois le prix de saillie de l’étalon. C’était vrai à une époque : ça ne l’est plus aujourd’hui. Maintenant, le marché a beaucoup changé sous le joug du stallion power. Un étalon très commercial comme Dark Angel (Acclamation) est toujours aussi populaire, alors qu’il n’a offert "qu'un" retour de 1,49 pour ses 83 yearlings (sur 181 produits nés), qui ont trouvé preneurs à un prix moyen de 126.711 €.

Les étalons qui ont officié à plus de 100.000 € en 2018 affichent tous un retour bien plus bas que ce fameux trois. Dubawi (Dubai Millennium) est à 2,33 alors que Frankel (Galileo) affiche 2,04 et Invincible Spirit (Green Desert) est à 1,64. Sea the Stars (Cape Cross), quant à lui, offre 1,69. Le meilleur retour est celui de Kingman (Invincible Spirit), avec un énorme 7,27 par rapport au prix de saillie. Mais les éleveurs qui ont lui fait confiance en 2018, quand ses premiers 2ans n’avaient pas encore fait leurs débuts, avaient engagé un vrai pari et sa génération 2019 ne compte que 96 produits, dont 27 vendus. Ce qui est rare est cher…

Dans ce classement vient à la troisième place Wootton Bassett (Iffraaj) avec un retour de 5,40. Le haras d’Étreham l’avait offert à 20.000 € après les résultats de son meilleur produit, Almanzor. Les éleveurs qui l’ont suivi ont connu une belle réussite. Wootton Bassett a étoffé son C.V. après Almanzor et c’est une autre explication à sa belle réussite aux ventes cette année. Les yearlings de No Nay Never (Scat Daddy) ont été conçus à 25.000 € et leur retour est proche de cinq fois le prix de saillie qui, en 2020, est monté à 175.000 €.

Night of Thunder (Dubawi) affiche un très puissant 5,82, et c’est logique : il officiait à 15.000 £ (16.500 €) seulement en 2018, l’année où il a sailli les mères de futurs huit gagnants de Groupe issus de ses œuvres ! En plus de Galileo (Sadler’s Wells), qui est privé, huit étalons ont officié en 2020 à plus de 100.000 € et les fruits de ces saillies passeront sur les rings des ventes des yearlings en 2022.

Pour vous aider à lire l’évolution de marché, regardez aussi la dernière colonne. Elle mesure l’évolution du prix de saillie entre 2018 et 2020. Il peut être intéressant de la comparer au coefficient de prix de saillie réalisé sur le ring en 2020 par les yearlings. Mais attention ! Ce ne sont que des chiffres. Le vrai baromètre, c’est la piste, ne l’oublions jamais.

Étalon Tarif saillie 2018 Nés en 2019 Vendus yearlings en 2020 Prix moyen yearling Coeff, X prix de saillie Tarif 2020 Évol. 2018/2020
Kingman 60.600 96 27 440.720 7,27 166.417 174,62%
Night of Thunder 16.500 81 42 96.103 5,82 25.000 51,52%
Wootton Bassett 20.000 97 61 108.009 5,40 40.000 100,00%
No Nay Never 25.000 103 69 123.315 4,93 175.000 600,00%
Mehmas 12.500 121 66 57.383 4,59 7.500 -40,00%
New Approach 33.000 64 20 119.652 3,63 33.000 0,00%
Teofilo 40.000 66 8 143.734 3,59 40.000 0,00%
Lope de Vega 60.000 142 67 202.199 3,37 100.000 66,67%
Caravaggio 35.000 154 64 112.768 3,22 40.000 14,29%
Camelot 30.000 88 36 92.449 3,08 40.000 33,33%
Almanzor 35.000 106 53 101.461 2,90 35.000 0,00%
Oasis Dream 33.000 87 27 93.964 2,85 27.500 -16,67%
Churchill 35.000 146 68 97.005 2,77 30.000 -14,29%
Exceed and Excel 50.000 70 40 129.454 2,59 40.000 -20,00%
Siyouni 75.000 145 55 181.969 2,43 100.000 33,33%
Ribchester 30.000 118 65 71.342 2,38 20.000 -33,33%
Dubawi 275.696 133 20 642.571 2,33 275.696 0,00%
Shalaa 27.500 100 50 62.110 2,26 25.000 -9,09%
Zoffany 25.000 114 48 55.890 2,24 22.500 -10,00%
Showcasing 38.600 117 58 79.714 2,07 60.653 57,13%
Frankel 192.287 149 29 391.731 2,04 192.287 0,00%
Australia 35.000 129 69 70.689 2,02 27.500 -21,43%
Ulysses 33.000 87 36 66.152 2,00 16.500 -50,00%
Galileo private 137 23 759.432 2 ?  Private NS
Awtaad 15.000 52 21 27.954 1,86 15.000 0,00%
Kodiac 50.000 187 110 88.718 1,77 65.000 30,00%
Sea the Stars 135.000 122 50 227.786 1,69 150.000 11,11%
Pivotal 44.000 39 15 73.214 1,66 private NS
Invincible Spirit 120.000 78 21 196.444 1,64 100.000 -16,67%
Muhaarar 33.000 105 46 52.435 1,59 22.000 -33,33%
Acclamation 40.000 89 51 61.829 1,55 35.000 -12,50%
Dark Angel 85.000 181 83 126.711 1,49 85.000 0,00%
Fastnet Rock 70.000 70 22 97.386 1,39 60.000 -14,29%
Iffraaj 44.000 131 49 56.481 1,28 33.000 -25,00%
Golden Horn 66.200 65 15 74.300 1,12 44.100 -33,38%
Le Havre 60.000 91 40 65.068 1,08 50.000 -16,67%
Gleneagles 40.000 85 37 42.451 1,06 35.000 -12,50%