Premiers retours positifs sur la nouvelle P.S.F. de Deauville

Courses / 07.10.2020

Premiers retours positifs sur la nouvelle P.S.F. de Deauville

Après le meeting d’août de Deauville, la P.S.F. de Deauville a pu bénéficier d’un lifting bien nécessaire. Mercredi matin, le compte Twitter de France Galop Deauville a publié une vidéo des chevaux faisant un canter sur la nouvelle surface. Franck Le Mestre, directeur du centre d’entraînement et de l’hippodrome de Deauville, nous a dit : « Cela fait deux jours que la P.S.F. est ouverte : c’est un peu plus tôt que prévu mais nous avons eu une météo épouvantable ces derniers jours en Normandie. Nous avons donc dû nous adapter et retravailler différemment avec les équipes de Martin Collins. Mercredi matin, les chevaux de Stéphane Wattel ont travaillé sur la surface et il semblait satisfait, tout comme Théo Bachelot. Nous continuons de travailler la piste l’après-midi : il faut d’ailleurs remercier et féliciter les équipes en place, qui travaillent en décalage par rapport à leurs horaires habituels et doivent composer avec toute la pluie qui est tombée. Contrairement à Chantilly, nous ne pouvons pas travailler la piste le matin puisqu’elle doit servir pour l’entraînement. Nous avons encore dix jours de travail : l’objectif est que la piste soit prête pour le 20 octobre. Cela a l’air encourageant et conforme à ce que nous attendions à ce stade. Je précise que la P.S.F. est actuellement en mode entraînement et sera donc travaillée de façon différente pour les courses. »

Stéphane Wattel satisfait. Stéphane Wattel nous a donné son impression : « Tout d’abord, je ne peux parler que de ce que j’ai vu dans la configuration entraînement. Il faudra vérifier si j’ai le même sentiment après une course. La réfection de la P.S.F. semble être une réussite. Elle a plus de matière, elle est plus sèche : elle parait moins huileuse, moins paraffinée, on lui retrouve donc moins cet aspect collant. Cette P.S.F. sera certainement plus facile à travailler et moins sujette à des variations. Les chevaux semblent à l’aise. Il n’y a pas de résonnance, on n’entend presque pas le son des sabots. Concernant les projections, cela me semble bien mais c’est à confirmer en course : on ne le saura qu’avec un peloton à pleine vitesse. En tout cas, la P.S.F semble confortable pour les chevaux. La sensation des cavaliers a été très bonne, notamment celle de Théo Bachelot. J’ai l’impression qu’il y a une vraie amélioration sur l’homogénéité de la piste. Il reste à en savoir plus pour les projections en course et j’espère que les aptitudes des chevaux pourront s’exprimer, qu’ils attendent ou aillent devant : le plus gros défaut de la précédente P.S.F., c’était vraiment ces variations sur la piste, avec des tapis roulants parfois à la corde, parfois à l’extérieur. Pour le reste, les P.S.F. sont des pistes d’hiver, qui répondent au cahier des charges demandé à cette période de l’année. Nous les utilisons désormais en été et ce ne sont pas leurs fonctions premières. »