Breeders’ Cup Mile (Gr1) : Uni a rendez-vous avec l’Histoire

International / 06.11.2020

Breeders’ Cup Mile (Gr1) : Uni a rendez-vous avec l’Histoire

Breeders’ Cup Mile (Gr1)

Uni a rendez-vous avec l’Histoire

L’élève du haras d’Étreham, Uni (More than Ready), tient son rendez-vous avec l’Histoire à l’occasion de la Breeders’ Cup Mile (Gr1). Les grandissimes Miesque (Nureyev) et Goldikova (Anabaa) ont remporté cette course respectivement deux et trois fois. Mais, à l’âge qu’est celui d’Uni actuellement, c’est-à-dire 6ans, la championne de la famille Niarchos avait déjà pouliné du futur grand étalon Kingmambo (Mr Prospector), tandis que la jument des Wertheimer s’était classée troisième de la Breeders’ Cup Mile. L’an dernier, après son succès, on aurait pu croire qu’Uni allait devenir poulinière. Mais son entourage, très sportivement, a préféré la conserver à l’entraînement pour tenter le doublé. Son entraîneur, Chad Brown, lui a fait un programme aux petits oignons et, après deux courses en demi-teinte, elle s’est imposée de belle manière dans les First Lady Stakes (Gr1), exactement comme en 2019.

L’Europe avec Kameko et Siskin. Sur le papier, l’opposition semble plus relevée que l’an passé. Kameko (Kitten’s Joy) a remporté les 2.000 Guinées et Siskin (First Defence) la version irlandaise du classique. Le premier a manqué de tenue lorsque son entourage a essayé de le rallonger et il a joué de malchance dans les Qatar Sussex Stakes (Gr1). Mais il a remis les pendules à l’heure en s’imposant dans les Joel Stakes (Gr2), avec cinq livres de surcharge. Siskin, élève du prince Abdullah, n’a depuis pas convaincu à Goodwood ni dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Nous verrons s’ils sont tous deux capables de s’adapter au mile avec deux tournants… Circus Maximus (Galileo), régulier comme d’habitude, en est à sa deuxième Breeders’ Cup. Aidan O’Brien l’a déclaré sous Lasix, contrairement à tous les autres européens. Le parcours spécial pourrait favoriser Safe Voyage (Fast Company), qui a fait la meilleure valeur de sa carrière dans le Qatar Prix de la Forêt (Gr1).

Des américains pas trop américains… Le danger pour Uni pourrait venir des américains. En réalité, ni Ivar (Agnes Gold), ni Raging Bull (Dark Angel) ni Digital Age (Invincible Spirit), les deux autres pensionnaires de Chad Brown, n’ont été élevés aux États-Unis. Ivar est né au Brésil, il a déjà remporté une Breeders’ Cup en Argentine, la Carrera de las Estrellas Juvenile (Gr1) sur le dirt, et il est entraîné aux États-Unis par un grand professionnel brésilien, Paulo Lobo. Il a fait forte impression en remportant le Shadwell Turf Mile (Gr1) sur ce même parcours. Il avait battu ce jour-là le "FR "Raging Bull, un produit de l’élevage Wildenstein, qui sera compétitif malgré sa mauvaise place à la corde. Digital Age, quant à lui, est né en Irlande et a été acheté 325.000 Gns (388.000 €) à Tattersalls par Klaravich Stable, l’un des propriétaires américains les plus actifs en Europe. Si le mile est un peu court pour lui, il a cependant refait tout le peloton pour gagner le Turf Classic (Gr1).