Stéphanie Hoffmann, du complet au temple de l’obstacle

Courses / 17.11.2020

Stéphanie Hoffmann, du complet au temple de l’obstacle

Sous le nom de Phoenix Eventing Sarl, la Suissesse Stéphanie Hoffmann a remporté son premier Groupe dimanche dernier, grâce à la victoire d’Irja Has (Dream Well) dans le Prix Sytaj (Gr3). 

Le nom de sa société le laisse entendre : Stéphanie Hoffmann est issue du concours complet. « J’ai monté jusqu’à un bon niveau, juste en dessous des internationaux, mais je n’avais pas les chevaux pour aller plus haut. Aujourd’hui, j’ai cinquante-cinq ans et je vis en partie de la valorisation des jeunes chevaux de complet. Je travaille avec Felix Vogg, l’un des meilleurs cavaliers de la discipline. »

Stéphanie Hoffmann a toujours été intéressée par les chevaux d’obstacle, mais n’a sauté le pas qu’il y a quelques années. Elle élève au haras de l’Hôtellerie, tout en étant conseillée par Frédéric Sauque dans ses achats. C’est ce dernier qui a signé le bon à 55.000 € pour Irja Has, lors de la dernière vente d’élevage Arqana. « J’ai malheureusement perdu ma première poulinière, Baraka du Berlais, au poulinage, et je cherchais une jument pour la remplacer. J’ai fait le tour des élevages et je suis tombée sous le charme d'Irja Has, qui a une très belle tête. Nous avons décidé de la remettre à l’entraînement car elle n’avait que 4ans. Frédéric Sauque m’a conseillé Marcel Rolland, et je l’en remercie, car il travaille de façon très professionnelle. »

Stéphanie Hoffmann avait jusqu’alors des chevaux à l’entraînement en Angleterre. « Mes chevaux étaient chez Jonjo O’Neill, mais avec le Brexit notamment, j’ai préféré les faire exploiter en France. » Ses deux poulinières sont stationnées au haras de l’Hôtellerie. « Le but de mon élevage n’est pas le commerce, même s’il faut vendre parfois pour équilibrer les coûts. Le but est de les exploiter en course, voire en complet, s’ils ne sont pas assez bons. Irja Has devrait encore courir en 2021 avant de devenir poulinière. »

Stéphanie Hoffmann a pour projet de créer un centre de remise en forme pour chevaux de sport à côté de Genève, dans l’Ain. Un centre qui pourrait aussi permettre de reconvertir les chevaux de course. « Les pur-sang peuvent faire de formidables chevaux de complet. Nous avions Archie Rocks, un pur-sang qui avait couru aux États-Unis, et qui a concouru jusqu’au niveau 5 * sous la selle de Felix Vogg. Malheureusement, il s’est accidenté mortellement à Pau l’an passé. Mais il est l’exemple type des capacités des chevaux de course. Tout est une question de travail, d’entente… »