LE MAGAZINE : Osarus tourné vers le futur

Institution / Ventes / 09.12.2020

LE MAGAZINE : Osarus tourné vers le futur

L’année 2020 n’a pas été de tout repos pour Osarus : une breeze up online, une nouvelle vente obstacle annoncée au mois de janvier pour le mois de juin, avant que le Covid ne débarque, des ventes de yearlings tenues à Deauville avec Arqana, la vente obstacle de Maisons-Laffitte annulée… Et le départ de Tattersalls. Emmanuel Viaud regarde déjà vers 2021, avec optimisme.

Pour toutes les raisons citées ci-dessus, il n’est pas possible de faire un bilan chiffré de comparaison entre 2019 et 2020 pour Osarus. La breeze up, tenue online le 27 mai, a enregistré une baisse de 23,7 % du prix moyen (17.222 €) et de 37,5 % du prix médian (10.000 €). Le pourcentage de vendus avait pris un sacré coup (47 %) et le chiffre d’affaires aussi (- 51,8 %), mais Osarus avait relevé un sacré défi : première vente post premier confinement en Europe et première vente 100 % digitale ! Sur les ventes de yearlings, difficile de tirer des conclusions puisqu’Osarus et Arqana se sont alliés dans un contexte inédit.

Emmanuel Viaud analyse : « Il est certain que cela n’a pas été une année simple pour Osarus. Nous avons pu tenir notre breeze up mais online, avec des canters qui ont été enregistrés à Mont-de-Marsan pour le Sud-Ouest, mais aussi à La Roche Posay, ou encore à Argentan ! J’aurais signé avant le coup pour les résultats que nous avons obtenus pour la breeze up. Et nous avons des bons chevaux qui se révèlent. Par exemple, Bobbymurphy (Intello), qui est entraîné par Frédéric Rossi [pour M’Baye Niang et top price de la vente, ndlr] , a débuté par une deuxième place à Marseille-Borély et est estimé. Nous avons sauvé les meubles du côté de la breeze up. Pour les ventes de yearlings, nous avons mis en place un partenariat avec Arqana, qui s’est très bien passé. Nous avions un quota de 150 chevaux en octobre et 50 en novembre. Je ne peux pas dégager de chiffres si ce n’est souligner le bon pourcentage de vendus, à 80 %. Au global, tout le monde s’en sort. Nous avons réussi à nous entendre avec Arqana et il faut noter les partenariats mis en place par l’ensemble des ventes européennes dans ce contexte. J’ai pris du plaisir à travailler avec Éric Hoyeau et son équipe et j’étais content de pouvoir monter à la tribune de Deauville ! »

Concernant la vente obstacle de Maisons-Laffitte, qui devait avoir lieu le 7 novembre, le rendez-vous est confirmé pour janvier : « La vente tombait quelques jours après le discours du président Emmanuel Macron sur le deuxième confinement et n’a pas pu se tenir : elle est reportée au 12 janvier et j’ai eu le feu vert de la mairie de Maisons-Laffitte pour la tenir. Donc elle aura bien lieu ! »

Bye Tattersalls… Une année difficile pour la tenue des ventes, mais aussi pour l’entreprise avec le départ de Tattersalls et de deux membres de l’équipe. Emmanuel Viaud nous a dit : « Le gros dossier, c’est le départ de Tattersalls. Je reprends les rênes de l’entreprise en entier… Nous revenons aux années précédentes, avant l’arrivée de Tattersalls, avec la différence que nous avons désormais 140 boxes à La Teste-de-Buch. Le départ de Tattersalls a entraîné des changements dans mon équipe, avec des départs, ce que je peux comprendre. Nous restructurons donc l’entreprise et j’ai profité des différentes ventes pour établir des contacts. Si le départ de Tattersalls avait eu lieu alors que nous n’avions que trois ans d’existence, j’aurais certainement dit : oui, ça va être compliqué. Mais avec le recul, je peux dire que nos ventes donnent tous les jours des gagnants, que je sens un engouement. Je ne sais pas si c’était pour me faire plaisir mais on m’a beaucoup dit que les ventes à La Teste avaient manqué cette année, avec tout ce qu’il y a autour. Elles sont bien inscrites dans le calendrier européen. La vente obstacle de Maisons-Laffitte donne des gagnants et il ne faut pas oublier le trot : nous avons la vente avec le haras des Rouges Terres qui marque les esprits et qui a donné Hôtel Mystique, qui reste sur deux succès consécutifs et devrait être favori de sa course, jeudi à Vincennes. On sent qu’il y a de l’engouement ! Il y a les acheteurs, les vendeurs, les éleveurs, les propriétaires… La saison de monte a pu se dérouler en 2020 et il faut féliciter le travail de Loïc Malivet de ce côté-là. Et il y a des courses ! Honnêtement, plus tôt dans l’année, j’aurais pu dire que j’étais comme Jean-Jacques Goldman : je marche seul ! Mais non, ce n’est pas le cas. Je suis soutenu dans mon équipe par Sophie, qui fait beaucoup de communication, par notre comptable Françoise, par notre équipe de terrain qui est toujours là. J’ai une équipe motivée. Je sais que je vais faire beaucoup de kilomètres l’an prochain… Je suis quelqu’un de nature optimiste ! »

Rendez-vous en 2021. Le calendrier 2021 d’Osarus commence d’ailleurs déjà à se dessiner. Tout se lancera le 12 janvier avec la vente d’obstacle qui a été reportée mais, du côté des ventes de plat (breeze up et yearlings), vous pouvez déjà cocher votre agenda : « Nous avons signé un partenariat de trente ans avec l’hippodrome de La Teste et j’ai eu son président, Jacques Le Dantec, au téléphone hier [lire lundi, ndlr] : la breeze up devrait avoir lieu les 26 et 27 avril à La Teste, sachant qu’il y a une réunion de courses le 28. Nous pourrons faire quelque chose de vraiment sympa ! Quant à la vente de yearlings, elle devrait se tenir les 14 et 15 septembre à La Teste. Nous aurons les boxes pour accueillir 280 poulains. »