Moises Has au Hoguenet en 2021

Élevage / 05.12.2020

Moises Has au Hoguenet en 2021

Meilleur mâle français sur les obstacles en 2020 – par les gains et la valeur – Moises Has va débuter sa carrière d’étalon au haras du Hoguenet. Son tarif de monte sera de 4.500 €.

Courir ou entrer au haras ? Tel était le dilemme pour l’entourage de Moises Has (Martaline), un cheval qui aurait certainement pu continuer à faire carrière après sa victoire dans la Grande Course de Haies des 4ans (Gr1). Mais Carlos de Souza a une âme d’éleveur et son élève entre « sain et net » au haras du Hoguenet, où il sera visible dès la semaine prochaine. Beau cheval, avec du physique et une bonne locomotion, il présente la particularité d’être indemne des sangs de Cadoudal (Green Dancer) et de Garde Royale (Mill Reef), ce qui va le rendre facile à croiser avec beaucoup de juments françaises.

Un bon 3ans… Quatrième du Prix Pride of Kildare pour ses débuts, Moises Has a ensuite gagné deux courses à 3ans sur les haies d’Auteuil, à chaque fois devant des chevaux qui ont confirmé au niveau black type. Suite à sa victoire impressionnante dans le Prix Robert de Lipowski, nous lui avions d’ailleurs décerné une JDG Jumping Star. Après le Prix Chalet, son deuxième succès à 3ans, François Nicolle avait déclaré : « C’est une machine. Faire ce qu’il a fait alors que la course a été régulière, c’est impressionnant. S’il y avait eu 200m de plus, il aurait gagné de très loin ! » Pour sa rentrée à 4ans, dans le Prix d’Indy (Gr3), il n’a été battu que de sept quarts de longueur par Grand Messe (Network), à qui il rendait du poids, mais en devançant le gagnant de Gr1 For Fun (Motivator). Troisième du Prix Amadou (Gr2), il est progressivement monté en puissance pour se classer deuxième du Prix Pierre de Lassus (Gr3).

… Au top à 4ans. Après avoir fauté au dernier obstacle dans le Renaud du Vivier (Gr1), il semblait impossible de revenir sur un bon cheval comme James du Berlais (Muhtathir). Pourtant, Moises Has a su trouver les ressources pour se relancer et venir décrocher la victoire au prix d’une superbe lutte. François Nicolle nous avait alors confié : « Avec la faute qu’il a commise à la dernière haie, normalement, Moises Has devait finir troisième. C’est un super cheval, mais sa faute est en partie due à son jockey, qui l’a reconnu (…). Il est entier, bien né, et c’est un magnifique cheval, une peinture. Il a un gros potentiel, c’est un super cheval de course. Il est bon dans le léger, mais il est un poil meilleur dans le terrain lourd. » Aucun mâle n’avait remporté le Prix Renaud du Vivier depuis 2003 et la victoire de Nickname (Lost World), lequel est ensuite devenu le grand étalon que l’on connaît. Cet effort n’est pas passé inaperçu et Moises Has a ainsi décroché une valeur 75. Aucun mâle n’avait atteint une telle valeur sur les haies françaises depuis le champion Gemix (Carlotamix), auteur de débuts remarqués au haras.

De père en fils. Moises Has est un fils de Martaline (Linamix), tête de liste des pères de gagnants sur les obstacles en 2020, 2018 et 2017. Cette origine paternelle plaide en faveur de Moises Has : sur la décennie passée, tous les leaders du classement français sont les fils de pères ayant eux-mêmes produit des lauréats de Gr1 sur les obstacles !

Sa mère, Monika (Dernier Empereur), est gagnante du Prix Gaston Branère (L). C’est le frère de deux chevaux précoces : Momita Has (Califet), lauréate du Prix Wild Monarch (L), et de Mocalacato Has (Poliglote), vainqueur du Wild Monarch, du Prix Fifrelet (L) et troisième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2).

Le sang de Trempolino. Monika est une fille de Dernier Empereur (Trempolino), lequel n’a eu que 49 partants en obstacle dans l’Hexagone, dont 10 % sont devenus black types (en France ou à l’étranger), parmi lesquels on trouve Mon Milord (troisième du Prix des Drags, Gr2) ou encore Monblond (2e Corsa Siepi di Merano, Gr1). Remarquable père de sauteurs, Trempolino (Sharpen Up), le père de Dernier Empereur, a lui-même donné six gagnants de Gr1 sur les obstacles. En outre, son fils Germany a peu sailli mais très bien produit outre-Manche, donnant quatre lauréats de Gr1 en obstacle, dont le très bon Samcro et le phénomène Faugheen (11 victoires de Gr1).