Transport des chevaux entre l’Angleterre et la France : des premières réponses

International / 17.12.2020

Transport des chevaux entre l’Angleterre et la France : des premières réponses

Le transport des chevaux entre l’Angleterre et la France est l’un des grands sujets d’inquiétude du passage à 2021. Avec la mise en place du Brexit, le Thoroughbred Industries Brexit Steering Group, comité chargé de préparer le Brexit pour la filière courses et élevage britannique, a même averti qu’il était préférable de ne pas transporter des chevaux vers ou en provenance de l’Union Européenne pendant les deux premières semaines de janvier. 

Les transporteurs spécialisés sont en alerte, et la STC Horse France a pris les devants. En début de semaine, Sarah Rojbani (directrice), Simon Bressollette (responsable d'exploitation) et Stéphane Dekerle (conducteur/formateur) se sont rendus sur le port de Calais pour tenter d’avoir des réponses aux nombreuses questions que se posent ses clients. Ils nous racontent : « Le représentant de la compagnie de ferry avec laquelle nous travaillons habituellement nous avait préparé une visite du port ainsi que du Sivep (Service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières). Nos questions portaient principalement sur l’importation de chevaux en provenance de la Grande-Bretagne : quel sera le cheminement des camions à la descente du ferry, quels sont les contacts, à quels horaires les différents postes sont-ils ouverts, faudra-t-il ou ne faudra-t-il pas débarquer les chevaux ? Pour cette dernière question, nous avons appris avec soulagement que les chevaux qui bénéficieront d'un haut statut sanitaire n’auront pas besoin d’être débarqués du camion. Il s’agira d’un contrôle visuel et documentaire, avec les chevaux à l’intérieur des camions. Cette décision de laisser les chevaux dans le camion n’est tombée qu’à la veille de notre venue : comme on le voit, tout ceci est donc très évolutif !

Nous avons aussi découvert le circuit mis en place sur le port, des douanes à la station animalière du Sivep. Nous savons que tout véhicule sortant du bateau avec des chevaux à son bord devra emprunter la voie orange pour contrôle sanitaire. On ne sait pas en revanche combien de temps les différentes opérations vont prendre ; le contrôle en station est estimé à 25 minutes pour un lot de 10 chevaux et la station sera ouverte entre 8 h 30 et 18 h. Autre chose rassurante : on sait qu’en cas d’arrivée différée pour cause de mauvaise météo, un vétérinaire sera présent 24h/24 pour permettre de débloquer un camion occasionnellement. Le responsable du Sivep nous a confirmé les recommandations de ne pas transporter de chevaux durant les deux premières semaines de janvier. Les camions de marchandises et ceux de chevaux prenant sensiblement le même itinéraire, il serait trop risqué de transporter des chevaux dans le cas où le port serait bloqué par le contrôle des camions de marchandises. Globalement, nous sommes rentrés rassurés et avec des réponses aux questions de nos clients. Côté français, tout est prêt. Ce n’est pas du tout le cas côté anglais en revanche ! »