Allaho, le joyau des Leffray

Magazine / 30.01.2021

Allaho, le joyau des Leffray

Allaho, le joyau des Leffray

Par Christopher Galmiche

Vainqueur d’un Novice Hurdle (Gr3) à Clonmel en Irlande le 14 février 2019, Allaho (No Risk at All) a remporté son premier Gr2 dans le Horse & Jockey Hotel Chase, le 27 janvier à Thurles, toujours en Irlande. Un grand moment pour les Leffray, père et fils, qui tiennent là un cheval de haut niveau. Installé dans la Sarthe, à quelques encablures du haras du Mesnil, Éric Leffray élève en famille, avec les conseils avisés de ses fils, Thomas qui travaille chez Arqana, et Matthieu qui est à l’œuvre au haras de Montaigu. Avec seulement deux poulinières, la famille Leffray a sorti Allaho. Éric Leffray nous a dit : « Allaho est mon premier vainqueur de Groupe. C’est une récompense, une fierté de l’avoir pour un petit éleveur comme moi. Auparavant, j’avais gagné une Listed avec le premier poulain que j’avais élevé ici. C’était Bold Buster’s (Ghost Buster’s). »

La bonne combinaison avec No Risk at All. Pour concevoir Allaho, Éric Leffray et ses fils ont porté leur choix sur No Risk at All (My Risk) comme partenaire d’Idaho Falls (Turgeon). « Nous sommes allés à No Risk at All car mes enfants avaient travaillé chez madame Forien et j’avais vu ce cheval-là. Il me plaisait bien. Il est beau et il a du pedigree. Je me suis dit que nous allions essayer avec Idaho Falls, car je voulais l’alléger. En effet, c’est une jument costaude. J’ai pris ma décision mes deux fils Matthieu et Thomas. Cela nous a donné Allaho, qui était vraiment très beau. Il sortait de l’ordinaire. Je l’ai vendu foal à monsieur Chérel. Ensuite, il a été deuxième du Prix Rohan (L) puis il a été vendu à monsieur Mullins. J’ai son propre frère [Attaho, ndlr] qui sort lui aussi de l’ordinaire et Idaho Falls est pleine de Goliath du Berlais (Saint des Saints). »

Une poulinière trouvée sur Internet. C’est au hasard d’une annonce passée sur le net que la famille Leffray a acheté Idaho Falls qui appartient à une souche de la famille Devin. En effet, sous la deuxième mère de la jument, Ballyshannon (Rex Magna), on retrouve le champion Shannon Rock (Turgeon), retraité avec 1,8 million sur son compte en banque, quatre deuxièmes places dans le Grand Steeple (Gr1) et un succès dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1). Une belle origine et une bonne poulinière qui mérite les belles saillies que ses éleveurs lui choisissent. « Comme nous avons une bonne poulinière avec Idaho Falls, nous essayons d’aller à de bonnes saillies. Nous sommes presque obligés de faire ainsi. Idaho Falls a une origine Devin. Nous l’avons achetée via une annonce sur Internet. Mon fils Thomas m’avait téléphoné en me disant que cette poulinière était intéressante au vu de ses origines. Quand j’ai vu la jument, elle était très belle et puis il y avait Shannon Rock (Turgeon) dans le pedigree… Nous l’avons donc achetée. Elle n’avait jamais couru. D’ailleurs, je prends toujours des juments qui n’ont jamais couru. Je trouve qu’elles ne sont pas fatiguées et ce sont de bonnes mères. »

Des voisins de renoms et une passion qui naît. Éric Leffray a eu des voisins bien connus dans le monde des courses et il s’est ainsi pris de passion pour les chevaux. « J’ai toujours été attiré par les chevaux. Par le passé, j’ai habité à côté du lieu où entraînait monsieur de Royer Dupré. Ensuite, au même endroit, il y a eu monsieur Marc de Montfort. J’étais donc toujours entouré de chevaux. J’ai attrapé le virus, j’ai monté en club et dès que j’ai pu, je me suis lancé dans l’élevage. Cela fait vingt ans que j’élève. »