LES NOUVEAUX ÉTALONS : Van Beethoven, l’outcross précoce

Élevage / 27.01.2021

LES NOUVEAUX ÉTALONS : Van Beethoven, l’outcross précoce

Le globe-trotteur Van Beethoven devrait attirer les éleveurs en quête de précocité pour ses débuts en 2021. Coolmore est resté associé sur ce nouvel atout du haras de Grandcamp, qui officie à 6.000 €.

Par Adrien Cugnasse

Lauréat de Gr2 à 2ans sur 1.200m, Van Beethoven (Scat Daddy) sera activement soutenu par Éric Lhermite : « L’arrivée de Van Beethoven en France est une belle opportunité pour les éleveurs. C’était un vrai 2ans de vitesse, avec de belles origines, et je vais moi-même le soutenir avec ma jumenterie. Quand je recrute un étalon, c’est que j’y crois ! Van Beethoven ressemble beaucoup à son père, Scat Daddy (Johannesburg). Les premiers foals des fils de Scat Daddy ont d’ailleurs fait un carton sur le ring aux États-Unis. De plus, il présente un courant de sang qui est rare chez nous. Le cheval est visible au haras, sur rendez-vous. C’est un très beau modèle, athlétique, de bonne taille (1,65m), une vraie peinture, avec une très belle robe noire. Il marche remarquablement bien, de façon très déliée. »

La précocité est à la mode. Samuel Blanchard (Winning Bloodstock), qui s’est occupé de l’arrivée de l’étalon en France, nous a dit au mois de novembre : « Van Beethoven est issu d’une souche classique américaine. Il a gagné les Railway Stakes (Gr2) au mois de juin de son année de 2ans, sur la piste du Curragh, dans un pays où la concurrence est particulièrement relevée à cet âge. C’est un vrai gage de précocité, à l’heure où France Galop revalorise la catégorie des 2ans. Lors de sa première année de compétition, Van Beethoven a beaucoup donné, courant pas moins de huit fois entre avril et septembre. À 3ans, il a couru la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) et s’est classé deuxième des Secretariat Stakes (Gr1) sur le mile d’Arlington Park. C’est un cheval qui a beaucoup voyagé, il a couru en Irlande bien sûr, mais aussi en Angleterre, en France, à Dubaï et aux États-Unis. » Van Beethoven a débuté au mois d’avril de ses 2ans. Plusieurs bons étalons actuels de Coolmore ont remporté les Railway Stakes, notamment Mastercraftsman (Danehill Dancer), Holy Roman Emperor (Danehill), Rock of Gibraltar (Danehill)… Avant eux, ce Groupe pour 2ans avait sacré El Prado (Sadler’s Wells), lequel a vraiment tracé aux États-Unis. Le podium des Secretariat Stakes a vu passer Kitten’s Joy (El Prado)…

Très signé par son père. Samuel Blanchard détaille : « C’est un cheval avec un pedigree totalement compatible avec le gazon, lui-même n’ayant couru que sur le turf, dans le profil type des chevaux américains achetés par Coolmore aux États-Unis pour briller en Europe.

Van Beethoven n’a pas gagné de Gr1, mais c’était un 2ans de haut niveau. Pour produire dans cette catégorie, c’est vraiment cela qui compte. D’ailleurs, parmi les cinq meilleurs pères de 2ans en France cette année, quatre n’ont pas gagné de Gr1 [Kendargent, Galiway, Goken et Kodiac, ndlr]. C’est aussi le cas de Mehmas (Acclamation), leader en Europe en 2020. Coolmore garde des intérêts significatifs dans ce fils de Scat Daddy. Une quinzaine de parts ont été mises sur le marché. Van Beethoven a un modèle exceptionnel. Il arrache l’argent de la poche : noir, de bonne taille mais pas trop grand… c’est une peinture. Comme son père, on peut attendre de lui qu’il apporte précocité et qualité. »

Pourquoi tout le monde veut des Scat Daddy. Coolmore est associé dans la carrière de pas moins sept fils de Scat Daddy à travers le monde ! Grand étalon international, il est mort trop tôt, laissant derrière lui 211 black types, y compris des bombes à 2ans en Europe et des lauréats classiques aux États-Unis. Ses premiers fils au haras en Irlande et outre-Atlantique sont très bien accueillis par le marché. C’est notamment le cas de Justify (prix moyen des yearlings en 2020 : 123.456 €). No Nay Never est le deuxième meilleur étalon de troisième production en Europe par le pourcentage de black types. Avec 12,5 %, il est aux portes du top 15 européen toutes générations confondues. Avec trois générations en piste, il a déjà donné 43 black types, dont deux gagnants de Gr1 en Angleterre.

Un pedigree à cheval sur l’Atlantique. Depuis Nijinsky (Northern Dancer) en 1986, la tête de liste des pères de gagnants en Angleterre est revenue 21 fois à un cheval né aux États-Unis. Mais les cinq sires concernés (Danehill, Sadler’s Wells, Caerleon, Mill Reef et Nijinsky) avaient tous fait carrière en Europe. Ce qui est le cas de Van Beethoven. Dans son origine maternelle, on retrouve une succession d’étalons ayant fait leurs preuves sur le gazon européen : Kris S (père de Kris Kin, Derby d’Epsom), Sir Ivor (père de trois gagnantes classiques en Europe) et Hoist the Flag (père d’Alleged, double lauréat de l’Arc). Deux produits de la mère de Van Beethoven ont été vendus plus de 200.000 $ en tant que yearlings. Sa mère est la propre sœur de celle de la championne Stopchargingmaria (Tale of the Cat), lauréate trois Grs1 dont la Breeders’ Cup Distaff (Gr1). Enfin, on notera la grande originalité de son pedigree, indemne des courants de sang les plus répandus en France (Linamix, Kendor, Kaldoun), mais aussi de Sadler’s Wells (donc de Galileo), de Danzig (donc de Danehill, Invincible Spirit, Cape Cross…), de Dubawi, Machiavellian, Acclamation… Van Beethoven représente donc un véritable outcross pour les juments européennes.

VAN BEETHOVEN

Scat Daddy & My Sister Sandy, par Montbrook

Railway Stakes (Gr2)

Deuxième des Secretariat Stakes (Gr1)

Stationné au haras de Grandcamp

6.000 € HT (LF) 

 

 

 

Hennessy

 

 

Johannesburg

 

 

 

 

Myth

 

Scat Daddy

 

 

 

 

 

Mr. Prospector

 

 

Love Style

 

 

 

 

Likeable Style

VAN BEETHOVEN (M5)

 

 

 

 

 

 

Buckaroo

 

 

Montbrook

 

 

 

 

Secret Papers

 

My Sister Sandy

 

 

 

 

 

Kris S

 

 

Melegant

 

 

 

 

Abidjan