À la rencontre de Guillaume Flavigny, nouveau responsable d’exploitation de Deauville

Courses / 25.02.2021

À la rencontre de Guillaume Flavigny, nouveau responsable d’exploitation de Deauville

À 32 ans, Guillaume Flavigny est devenu le nouveau responsable d’exploitation de l’hippodrome et du centre d’entraînement de Deauville-La Touques en remplacement de Franck Le Mestre, parti au Pôle international du cheval.

Cela fait tout juste un mois et demi que Guillaume Flavigny a pris ses fonctions. Avant cela, il était responsable production dans l’industrie agroalimentaire sur le site de Rungis. Celui qui dirigeait alors une équipe de 30 personnes nous explique : « Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur en agriculture, j’ai exercé plusieurs missions dans le secteur de l’agroalimentaire. Le monde des courses m’était totalement étranger il y a encore dix ans. C’est lorsque j’ai rencontré ma future femme [Victoria Ouvry, qui travaille à l’Afasec, est la fille de Philippe Ouvry, l’éleveur de Siljan's Saga (Sagamix) ou encore Paul’ Saga ** (Martaline), lauréate du Grand Prix d’Automne 2020, ndrl]. Guillaume Flavigny poursuit : « C’est elle qui m’a transmis la passion des courses et de l’élevage. Ce monde m’intéressait beaucoup. En 2014, nous avons emménagé à Chantilly. J’évoluais toujours dans le même secteur d’activités, mais à côté, j’étais bénévole au jumping et c’est là que, plus tard, j’ai rencontré Matthieu Vincent et Marin Le Cour Grandmaison. »

La révélation. Au sujet de cette rencontre, Guillaume Flavigny nous confie : « En parlant avec eux de leur travail, qu’ils menaient à Chantilly, ç'a été une révélation pour moi : cela correspondait exactement à ce que je voulais faire. Il y avait ce rapport à la terre, le fait d’évoluer en extérieur, l’aspect managérial, … C’est un poste très complet et dans lequel je me retrouvais complètement. J’avais d’un côté cette connaissance agricole et de l’autre celle de manager. Quand l’occasion s’est présentée, je n’ai donc pas hésité à postuler. »

Premières impressions. Sous la responsabilité de Matthieu Vincent, directeur des hippodromes et centres d’entraînement de France Galop, les missions de Guillaume Flavigny concernent, entre autres, l’entretien du site, la supervision du centre d’entraînement, le suivi de l’organisation des courses ou encore l’encadrement et la gestion des équipes. Il nous livre son premier ressenti : « Matthieu Vincent m’accompagne tous les jours dans mon poste. Cela me permet de prendre la mesure du poste correctement, car c’est un vrai challenge. Mes premières impressions sont très bonnes. J’ai découvert une équipe [22 personnes en comptant le centre d’entraînement, ndlr] très polyvalente, très rodée et avec une grande expertise. Ils connaissent parfaitement leurs métiers et je peux entièrement me reposer sur eux. Je tiens à ajouter que j’ai été également incroyablement bien accueilli par les professionnels, ainsi que par les collectivités locales. »

Premier objectif : maintenir le cap. S’il est bien évidemment trop tôt pour parler de ses projets à moyen ou long terme pour Deauville, Guillaume Flavigny nous dévoile son ambition première pour un site qui accueille 44 réunions par an, de janvier à décembre : « Tout fonctionne bien et je ne suis pas là pour tout révolutionner, alors je souhaite avant tout que l’activité se maintienne telle qu’elle est. C’est la première chose. Ensuite, j’aspire à être un vrai "facilitateur" dans toutes les démarches qui peuvent être entreprises. Pour les grands projets, comme celui de l’éclairage de la P.S.F. pour lequel un appel d’offres a été lancé, nous verrons plus tard. Pour l’instant, aucun chantier n’est en cours et tout est prêt pour la prochaine réunion, le 5 mars. » Guillaume Flavigny conclut : « Dans ma "vie précédente", j’ai connu la formidable ambiance des meetings et des Grands Prix. Je ne sais pas si les conditions sanitaires vont permettre que nous rouvrions les portes au public des hippodromes dans les prochaines semaines, mais j’ai vraiment hâte que ce soit enfin le cas. »