Gin

Le Mot de la Fin / 06.02.2021

Gin

C’est devenu la boisson à la mode. D’ailleurs, ce mardi, faites un test. Allez chez votre caviste préféré et demandez-lui quelle a été l’évolution de ses ventes de gin. Le nôtre nous a donné une réponse sans appel : trois bouteilles par an en 2010, trois par jour en 2020 ! Hier boisson ringarde et réservée à une partie vieillissante de la population, le gin est devenu l’alcool tendance. Celui des jeunes cadres, des bobos qui veulent consommer local, des fans de mixologie… Pourtant, point de spots télévisés ou de campagnes d’affichage : « Le gin, c’est bon. » Non, le spiritueux à base de baies de genévrier est revenu sur le devant de la scène par le biais des influenceurs, des bloggeurs de gastronomie et de l’offre d’une myriade de petites distilleries qui se sont rendu compte que sa production était bien plus rentable que celle du whisky. Quel rapport avec les courses ? Comme le gin 2.0, les courses ont certainement une grosse carte à jouer en cette période de changement. Tout le monde a bien compris que les vacances à l’autre bout du monde et les festivals culturels n’allaient pas revenir de sitôt. Les loisirs locaux, avec du sens, un ancrage dans la nature et qui ne sont pas des produits de masse ont le vent en poupe. L’équitation a vu le nombre de ses licenciés bondir depuis septembre. Avec des hippodromes et des centres d’entraînement partout sur le territoire, le galop français a assurément une carte à jouer…