Le mot de la fin : marché

Le Mot de la Fin / 18.02.2021

Le mot de la fin : marché

La vitalité du marché australien, en ce début 2021, a de quoi surprendre. Par exemple, le chiffre d’affaires de la Gold Coast Yearling Sale est passé de 179 millions de dollars australiens à 199 millions, avec un prix moyen lui aussi en augmentation. Comment expliquer ce phénomène en temps de Covid ? En Australie, les statistiques officielles attestent du fait qu’un record d’épargne a été atteint fin 2020. La consommation, après avoir sombré, a rebondi pour atteindre un niveau historiquement élevé, bien soutenue par des taux d’intérêts exceptionnellement avantageux. Les plus aisés, disposant toujours de revenus importants, n’ont pas pu dépenser leur argent comme ils en ont l’habitude. Par exemple, le nombre d’Australiens voyageant à l’étranger en 2020 est le plus faible de l’histoire. Les courses, bien implantées dans la bonne société australienne, ont donc bénéficié d’un report de flux financiers qui étaient prévus pour d’autres utilisations.  Cependant, les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets ailleurs dans le monde. En France, les 20 % des Français les plus aisés sont à l’origine de plus de 70 % du surplus d’épargne. Mais l’anonymat du sport hippique dans notre pays ne lui a pas permis de bénéficier du même effet de report qu’en Australie…