Senonnes s’ouvre aux pros

Courses / 26.02.2021

Senonnes s’ouvre aux pros

Afin de répondre à la demande des entraîneurs, la piste de l’hippodrome de Senonnes-Pouancé a été ouverte ce vendredi matin, dans le but d’avancer en préparation les jeunes chevaux.

Par Emmanuel Rivron

Alors que le jour est à peine levé et que la petite bourgade mayennaise est enveloppée d’un épais brouillard, camions et voitures de propriétaires se dirigent vers l’hippodrome. Pour la première fois de la saison, la piste en gazon est effectivement ouverte aux professionnels, avec au programme les chevaux de plat en début de matinée puis les sauteurs. L’initiative a été des plus appréciées, tant par les entraîneurs que par les propriétaires. Certains d’entre eux avaient même quitté la région parisienne pour voir au plus près leurs protégés.

Une demande forte des entraîneurs. Vingt-sept entraîneurs de Senonnes ou des alentours ont effectué le déplacement avec plus de 130 chevaux venus s’entraîner sur cette piste de 1.660m, au fort dénivelé. Tout cela sous les yeux attentifs du responsable des pistes, Geoffrey Gaucher : « Les professionnels sont très demandeurs mais nous n’avons pas les surfaces en herbe suffisantes pour ouvrir toutes les semaines la piste de l’hippodrome. Le gazon du centre d’entraînement est quant à lui disponible tous les quinze jours environ. Le retour des professionnels sur la piste est positif. Certes, elle est un peu hachée en fin de matinée mais nous avons décordé sur 12m, ce qui laisse 8m pour bien se mettre au travail. Nous pouvions peut-être nous attendre à un peu plus de chevaux mais nous ouvrons les pistes en fonction de la météo. Et le vendredi n’est pas forcément le mieux pour les chevaux de plat, qui ont plus tendance à travailler le mardi. Nous essaierons de refaire la même opération après la réunion du 21 mars ici même. Mais tout dépendra de la météo car la réunion du mois d’avril sera Premium. Il faut laisser le temps à la piste de se régénérer. »

Jérôme Delaunay présent. Parmi les premiers sur place, Jérôme Delaunay n’a pas hésité à effectuer la cinquantaine de kilomètres séparant son centre d’entraînement de l’hippodrome : « Galoper les 3ans sur un hippodrome leur donne de la maturité et je tiens donc à remercier tous ceux qui ont œuvré à cette opération. Il faut sortir les poulains de la maison pour qu’ils prennent un peu de métier. Aujourd’hui, il faut être prêt d’emblée techniquement pour débuter en course. Ce matin, j’ai amené beaucoup de 3ans, et des chevaux qui vont faire leur rentrée à Auteuil prochainement, comme Halexandre Môme (Fuissé), qui a bien couru par deux fois en fin d’année dernière à Auteuil. Il devrait courir le 13 mars dans le Prix Ventriloque. En plat, j’avais amené une prometteuse pouliche de 3ans, Iris de Mai (Joshua Tree), dont la mère, Ula de Mai (Passing Sale), est la sœur de Bristol de Mai (Saddler Maker). Elle a du braquet et sera probablement plutôt vue à l’automne. Quant à Yeaiyel (Protektor), il n’était pas là ce matin. Il va très bien, la tendinite cicatrise très bien. Nous allons le reprendre au mois de juin. Il devrait être revu à l’automne. » Tout cela sous les yeux de leurs différents propriétaires, dont Jean-Yves Touzaint, le célèbre cavalier de concours complet et éleveur de Bristol de Mai.

La sœur de Messire des Obeaux en piste. Même son de cloche pour Nicolas Devilder, basé à 50 km de Senonnes, qui évoque pour nous les cinq jeunes chevaux qu’il a amenés : « Halo des Obeaux (Al Namix) a couru trois fois en plat, avec deux places à la clé. Il va courir le 13 mars à Auteuil dans le Prix de l’Yonne, s’il est bien. Troisième en plat au Lion et deuxième à Fontainebleau, Hermine des Obeaux (No Risk at All) était également du déplacement. Elle devrait débuter le 20 mars à Auteuil dans le Prix Samaritain. Haddexa des Obeaux (Saddex), qui a couru deux fois sur les haies, a servi de leader pour deux 3ans qui n’ont pas couru, dont Miss des Obeaux (Spanish Moon), sœur de Messire des Obeaux (Saddler Maker), vainqueur de Gr1 en Angleterre. Vainqueur pour sa seule sortie à Auteuil, Hurrick des Obeaux (Saddex) est quant à lui resté à la maison. Il devait initialement faire sa rentrée le 13 mars mais, à mon avis, il sera trop juste. Je vais revoir mon programme pour fin mars-début avril. C’est un bon cheval, dur, qui saute bien sans être très grand. » L’un des nombreux locaux de l’étape, Joël Boisnard, a quant à lui apprécié le comportement de Prince du Roume (Sinndar), prévu le 7 mars à Auteuil, suivi de près par le 3ans Javado (Vadamos), qui a laissé une belle impression visuelle.

Gabriel Leenders en force. Déjà vu récemment sur la piste en sable d’obstacle du centre d’entraînement, Gabriel Leenders a été l’entraîneur le plus représenté sur place avec pas moins de quatorze sauteurs : « Ces ouvertures d’hippodrome sont primordiales pour nous, afin de pouvoir lutter. Nous avons vu de belles choses ce matin pour décider qui va pouvoir débuter et à quelle époque. Avec quatorze chevaux en piste, c’est tout de suite beaucoup plus facile pour établir des lignes. Les premiers débuteront dans les Prix Rush et Auricula alors que d’autres se dirigeront vers Moulins ou Lyon. Cela permet de les situer par rapport à leurs capacités physiques. Parmi ceux de ce matin, je pense notamment emmener à Auteuil File au Poteau (Doctor Dino), Inscrit (Martaline), Hinspo Express (Rock of Gibraltar), Lorason (Gentlewave), Healing Touch (Doctor Dino), Iglesia (Chœur du Nord) et Imprenable (Chœur du Nord). Speakeasy (Manatée) m’a très agréablement surpris ce matin »