Vente Arqana : un galop d’essai réussi

Institution / Ventes / 16.02.2021

Vente Arqana : un galop d’essai réussi

La vente de février Arqana s’est tenue dans un contexte particulier, avec les restrictions liées à la Covid-19 et le Brexit, et après une année 2020 difficile. Et pourtant, les résultats sont plus que positifs ! Le dynamisme constaté lors du jour 1 s’est poursuivi mardi : un taux de vendus de 85,43 % (65,93 % l’an passé), un prix moyen en hausse de 17,76 % pour se fixer à 9.780 € et un médian en hausse de 25 % à 5.000 €. De quoi donner de l’espoir pour les mois à venir…

Un signal encourageant

Sur les deux jours de vente, on remarque un bon pourcentage de vendus : 80,80 %, en hausse de 14 points par rapport à 2020. Le prix moyen est de 11.602 € (+ 18,95 %) et le médian est aussi en hausse : + 37,5 %, à 5.500 €. Quant au chiffre d’affaires, il passe la barre des trois millions d’euros : 3.028.000 € (+ 29,90 %). Arqana avait indiqué que cette vente était un galop d’essai : il est réussi ! Président directeur général d’Arqana, Éric Hoyeau a indiqué : « Au-delà des chiffres, il y avait une atmosphère. Le marché a été dynamique et les profils ont bien été valorisés. Nous avons eu le plaisir de voir qu’une multitude de pays ont été actifs : que ce soit comme acheteurs ou vendeurs, tous les pays européens ont répondu présent. C’est encourageant pour se lancer dans la saison ! » Une saison qui commence avec la vente de février et, pour toute l’équipe d’Arqana, la tournée des haras pour les ventes de yearlings par exemple. Le printemps approche !

Trois fois plus de 100.000. Si l’on en revient aux chiffres, on note que la barre des 100.000 € a été franchie à trois reprises durant les deux jours de vente, y compris lors du jour 2. Anne-Sophie Yoh, agissant pour Xavier Marie (haras du Hus), a signé le top price mardi pour le lot 309, Princess Isla (Frankel), présentée pleine de Ten Sovereigns par le haras des Rouges Terres (Louis Baudron). Onze lots ont passé ou atteint la barre des 100.000 €. La demande était là pour les chevaux à l’entraînement et les juments. Ce fut plus compliqué pour les short yearlings ou les 2ans, pour lesquels la vacation a plus une vocation de vente de service.

Les enchères online fonctionnent bien. La Covid-19 a obligé tout le monde à s’adapter et Arqana n’a pas échappé à la règle : face aux restrictions de déplacement, l’agence a dû développer son système de prise d’enchères online et les résultats sont encourageants. Éric Hoyeau a expliqué : « On constate que, sur les 323 chevaux présentés, il y a eu au moins une enchère online sur 144 lots, soit un peu plus d’un cheval sur trois ! Au total, il y a eu un peu moins de 300 enchères passées en ligne et 35 chevaux ont été achetés via Arqanaonline. Pour la vente mixte de décembre, nous avons eu un peu moins de 150 demandes d’accréditation : il faut s’inscrire avant chaque vente et Arqana se charge d’agréer les demandes, après les vérifications d’usage, en contactant les personnes ayant fait une demande. Depuis l’automne, il y a une vraie progression de l’activité online, surtout sur les petites valeurs. Cela a le mérite de lancer les ventes et Arqana s’adapte au fur et à mesure afin de faire progresser l’outil et les procédures. Nous ne sommes pas au stade d’avoir des ventes 100 % digitales mais nous allons continuer à faire évoluer la technologie. Par ailleurs, l’an dernier, nous avions vu de gros acheteurs qui, bien que représentés sur place, avaient fait le choix d’enchérir online, comme du côté du Japon par exemple. » Ce fut en effet le cas avec Shadai lors de la vente d’élevage. Éric Hoyeau conclut : « C’est riche d’enseignements ! Il est intéressant de voir les évolutions avec l'online et nous devons être prêts à nous y adapter ! »

Les faits marquants

Princess Isla rejoint le haras de Hus

#309    F5       PRINCESS ISLA (Frankel & Peinture Abstraite, par Holy Roman Emperor)            110.000 €

            Pleine de Ten Sovereigns

            Acheteur : Yohea

            Vendeur : Haras des Rouges Terres

            Éleveur : Dayton Investments Ltd

Anne-Sophie Yoh a fini par avoir le dernier mot sur Victor Langlais pour le lot 309 : Princess Isla (Frankel), présentée pleine de Ten Sovereigns pour ce qui sera son premier produit. Princess Isla, entraînée par Jean-Claude Rouget, avait été jugée digne de débuter dans le Prix Didier Vezia (Inédites), l’une des bonnes épreuves pour inédites du Sud-Ouest, que l’entraîneur affectionne particulièrement. Elle avait ouvert son palmarès sur la fibrée de Deauville pour sa rentrée, au mois de mars de ses 3ans, et n’a pas confirmé ensuite. Côté pedigree, c’est la grande souche des "P" Wildenstein. La mère, Peinture Abstraite (Holy Roman Emperor), a pris la deuxième place du Prix Chloé (Gr3) et la troisième place du Prix de Sandringham (Gr2). La deuxième mère est Peinture Bleue (Alydar), d’où Peintre Célèbre (Nureyev), Peinture Rare (Sadler’s Wells)… Ce n’était pas la première fois que Princess Isla passait sur un ring : yearling, elle avait été rachetée 420.000 € lors de la vente d’août. Elle avait ensuite été achetée 62.000 € à la vente d’été 2019 par Victor Langlais.

Anne-Sophie Yoh a expliqué : « Elle a été achetée pour Xavier Marie et va donc rejoindre le haras de Hus. Nous avons commencé à acheter des juments de course lors de la vente d’élevage. Elle est par Frankel et, physiquement, elle n’est pas parfaite, mais c’était la jument qui se détachait du catalogue selon nous. Nous ne pensions pas monter aussi haut mais nous la voulions. Elle est pleine de Ten Sovereigns, un étalon que nous aimons beaucoup. Nous ne savons pas encore à qui elle sera présentée cette année : ce pourrait être en France comme à l’étranger. »

Sylvain Vidal craque sur Jet Setteuse

#309    F5       JET SETTEUSE (Makfi & Pretty Panther, par Hurricane Run)        95.000 €

            Acheteur : Sylvain Vidal

            Vendeur : Haras du Berlais

            Éleveur : Patrick Sabban

Jet Setteuse (Makfi) était l’un des lots les plus attendus de la vente mixte de février et du jour 2 en particulier. Deuxième du Prix La Camargo et troisième du Prix de Saint-Cyr (Ls), la pensionnaire de François Rohaut a fait preuve de régularité en piste, amassant plus de 100.000 € de gains avec les primes. La famille n’est pas la plus riche en black type, même si Jet Setteuse est une fille de Pretty Panther (Hurricane Run), troisième du Prix Aymeri de Mauléon (L), mais elle était une vraie jument de course. Sylvain Vidal a commenté, après avoir longuement discuté avec François Rohaut : « Comme le disait François, c’est une bonne famille de sprinters. En piste, c’était une vraie guerrière et j’aime beaucoup son modèle. Je pense qu’elle va aller à Le Havre : elle a un frère yearling par l’étalon qui, de ce que j’ai entendu, est très beau. »

BBA Ireland s’offre la sœur de Treasure Beach

#233    F10     HONOR BOUND (Authorized & Honorine, par Mark of Esteem)      60.000 €

            Acheteur : BBA Ireland

            Vendeur : Haras des Cruchettes pour Al Shahania Stud

            Éleveur : Ashley House Stud

BBA Ireland l’a emporté à 60.000 € pour Honor Bound (Authorized), une sœur de Treasure Beach (Galileo), lauréat de l’Irish Derby et des Secretariat Stakes (Grs1), et placé du Derby d’Epsom, des Joe Hirsch Turf Classic Invitational Stakes et des Canadian International Stakes (Grs1). C’est la souche d’Indian Creek (Indian Ridge), gagnant des Hardwicke Stakes (Gr2), et de Kitesurf (Dubawi), la gagnante du Qatar Prix Vermeille (Gr1).

Honor Bound est aussi gagnante black type, ayant remporté les Oaks Trial Stakes (L) à Lingfield : elle a tenté sa chance dans les Oaks d’Epsom (Gr1) de Taghrooda (Sea the Stars), finissant dans le lointain, et elle n’a jamais retrouvé son meilleur niveau après. C’est un John Tyrrell en mode emmitouflé – voire même camouflé – qui a signé le bon. Entre les masques, les bonnets et les casquettes, il faut bien avouer qu’il est parfois difficile de reconnaître qui sont les acheteurs et les sous-enchérisseurs, surtout s’ils se trouvent de l’autre côté du ring ! Le courtier a commenté : « C’est une très belle jument, sœur de Treasure Beach. Son premier produit, Rowland Ward (Sea the Stars), est gagnant, et le 2ans par Sea the Stars vient de rejoindre l’entraînement de Francis-Henri Graffard. Nous n’avons pas de plans déterminés pour la jument, qui pourrait rester en France dans l’immédiat. »

Une nièce de Sagamix pour le Gestüt Park Wiedingen

#328    F6       SWAN VALLEY (Manduro & Saga d’Ouilly, par Linamix)    50.000 €

            Pleine d’Al Wukair

            Acheteur : Artemis Bloodstock Investments

            Vendeur : Haras des Rouges Terres

            Éleveur : Succession Christopher Mahoney

Larissa Kneip et Dirk Eisele – l’homme qui dénicha Danedream (Lomitas) et collabore désormais avec Artemis Bloodstock – l’ont emporté à 50.000 € pour Swan Valley (Manduro), présentée pleine d’Al Wukair. La jument, restée inédite, est bien née : elle est une sœur des valeureux Sagaroi (King’s Best) et Sagauteur (Literato), bien connu dans les Listeds françaises. Elle est aussi une petite-fille de Saganeca (Sagace), gagnante du Prix de Royallieu (Gr2, à l’époque) et deuxième du Gran Premio di Milano (Gr1). On lui doit Sagamix (Linamix), lauréat du Prix de l’Arc de Triomphe, Sagacity (Highest Honor), lauréat du Critérium de Saint-Cloud (Gr1) et troisième de l’Arc, ainsi que Sage et Jolie (Linamix), gagnante du Malleret (Gr2) et mère de Sageburg (Johannesburg). La famille est bien vivante puisque Saganeca est aussi la mère de Shastye (Danehill), d’où Japan (Galileo) et Mogul (Galileo).

Dirk Eisele a expliqué : « Elle a vraiment un très beau pedigree… Elle a été achetée pour Helmut von Finck (Gestüt Park Wiedingen), qui possède notamment Soldier Hollow (In the Wings). J’imagine qu’elle pourrait aller à un de ses étalons mais il n’est pas impossible qu’elle reste en France pour pouliner et aller à un étalon ici. »

#238    F6       LEAF BLOWER (Hat Trick & Island Escape, par Petionville)            44.000 € (Amiable)

            Pleine de Caravaggio

            Acheteur : Mandore International Agency

            Vendeur : Élevage des Trois Rivières

            Éleveur : R.B. Trussell Jr

Nicolas de Watrigant a acquis, à l’amiable, Leaf Blower (Hat Trick), présentée pleine de Caravaggio et vendue avec une saillie gratuite de Van Beethoven, fils de Scat Daddy comme Caravaggio. C’est une souche américaine : Leaf Blower est arrivée en France après avoir été achetée 13.000 $ par Samuel Blanchard à Keeneland, en novembre 2019, pleine de Karakontie. C’est une fille d’Island Escape (Petionville), double gagnante au niveau Listed aux États-Unis, sur le gazon et sur le dirt. Leaf Blower est une propre sœur de Tricky Escape (Hat Trick), gagnante des Robert G. Dick Memorial Stakes (Gr2, 2.200m turf), du Cardinal Handicap (Gr2, 1.800m dirt) et des Violet Stakes (Gr2, 1.800m turf). Leaf Blower a un yearling par Karakontie, lequel a été acheté 14.000 € lors de la vente d’élevage Arqana 2020 par Stroud Coleman Bloodstock. Leaf Blower sera stationnée au haras de Montaigu.

Une fille de Pivotal et de Rock me Baby pour Alain Decrion

#328    F7       RIPTIDE WAVE (Pivotal & Rock Me Baby, par Rock of Gibraltar) 42.000 €

            Pleine de Belardo

            Acheteur : Alain Decrion

            Vendeur : Haras du Mont-dit-Mont

            Éleveur : Haras du Mont-dit-Mont

Accompagné de Tim Richardson, Alain Decrion l’a emporté à 42.000 € pour Riptide Wave, une fille du grand Pivotal dont la retraite a été annoncée mardi par Cheveley Park Stud. La jument n’a pas couru. Elle a un 2ans par Charm Spirit et une yearling par Gleneagles. Riptide Wave est une fille de la bonne Rock me Baby (Rock of Gibraltar), gagnante du Critérium du Languedoc (L) et troisième des Prix de Sandringham (Gr2) et Chloé (Gr3). La jument descend de Firesweeper, multiple gagnante de Stakes aux Etats-Unis.

Marc-Antoine Berghgracht retrouve Alamarie

#277    F12     ALAMARIE (Acclamation & Marie Rheinberg, par Surako)  37.000 €

            Pleine de Shalaa

            Acheteur : MAB Agency

            Vendeur : Coulonces

            Éleveur : Team Hogdala A. B.

« C’est une jument que je connais bien puisque je l’avais achetée yearling », a commenté Marc-Antoine Berghgracht. Le courtier avait en effet acheté Alamarie (Acclamation) moyennant 225.000 € sur le ring d’Arqana en 2010, un peu plus d’un an après la victoire de son frère Le Havre (Noverre) dans le Prix du Jockey Club (Gr1). Alamarie a gagné un handicap sur 1.600m à Saint-Cloud. Cela ne s’est pas forcément bien passé pour ses débuts au haras : son premier produit s’est accidenté mortellement à 2ans, elle est restée vide l’année suivante… Elle a une 4ans par Siyouni qui n’a pas couru et la 3ans, Magnificence (Kingman), n’a pas encore débuté et est à l’entraînement chez Richard Hannon. Ensuite, elle a un 2ans par Siyouni et une yearling par Kingman. Marc-Antoine Berghgracht a ajouté : « Elle appartenait à des clients. Jusqu’ici, elle n’a pas été très chanceuse mais il y a des espoirs sur ses produits qui n’ont pas encore couru. Nous allons essayer de lui donner un gagnant ! Elle a été achetée pour une association de propriétaires. »

Une descendante de Reprocolor pour Cathy Grassick

#219    F10     TAUTOU MONTJEU (Montjeu & Flashing Green, par Green Desert)         33.000 €

            Acheteur : Brian Grassick Bloodstock

            Vendeur : Écurie d’Auge

            Éleveur : Lodge Park Stud

Cathy Grassick ne manque pas souvent les ventes françaises et, si elle n’a pas pu venir pour la vente de février Arqana, elle était tout de même présente via Arqanaonline. Elle l’a emporté à 33.000 € pour le lot 219, Tautou Montjeu (Montjeu). Son premier produit, Mutual (Lope de Vega), a montré quelques moyens, gagnant à 2ans et 3ans. Elle a une 3ans, Lara (Fastnet Rock), qui n’a pas encore débuté. La famille est belle : Tautou Montjeu est une sœur de Tha’Ir (New Approach), double gagnant de Listed dont les Chesham Stakes (L) de Royal Ascot, et de Flashing Colour (Pivotal), gagnante de Listed en Allemagne. Sous la deuxième mère, Colorsnap (Shirley Heights), on trouve Mona Lisa (Giant’s Causeway), lauréate des Give Thanks Stakes (L) mais aussi deuxième du Prix de l’Opéra (Gr1) et troisième des Coronation Stakes et des Irish Oaks (Grs1). La troisième mère n’est autre que Reprocolor (Jimmy Reppin), d’où toute la grande famille développée par Meon Valley Stud : Bella Colora (Bellypha), gagnante du Prix de l’Opéra (Gr2 à l’époque), Cézanne (Ajdal), lauréat des Champion Stakes (Gr1), et Colorspin (High Top), gagnante des Irish Oaks (Gr1) avant de briller au haras en donnant les étalons Opera House (Sadler’s Wells) et Kayf Tara (Sadler’s Wells), mais aussi Zee Zee Top (Zafonic), gagnante du Prix de l’Opéra (Gr1) et mère d’Izzi Top (Pivotal), lauréate des Pretty Polly Stakes et du Prix Jean Romanet (Grs1), et de Jazzi Top (Danehill Dancer).

Jointe par téléphone, Cathy Grassick a commenté : « Je suis ravie d’avoir pu l’acheter pour un client de Ballyogue Stud, la structure de John Lenihan dans le Comté de Waterford. Elle va partir en Irlande où elle sera saillie. Mon client est un grand fan des juments par Montjeu et c’était un choix évident pour lui. »

Thomas Lines aussi dans l’élevage

#378    F13     BELL SU RIVER (Galileo & Whisper to Dream, par Gone West)      32.000 €

            Pleine d’Anodin

            Acheteur : Sarl Trotting Bloodstock

            Vendeur : Haras du Quesnay

            Éleveur : Mayfair Stud

Il fallait rester jusqu’au bout : Florent Fonteyne n’était pas sur place au moment où Bell Su River (Galileo) est passée sur le ring mais, au téléphone, il a réussi à obtenir la jument pour 32.000 €. Il nous a dit : « La jument va rester en France, dans le Calvados. Elle a été achetée pour Thomas Lines, avec lequel je suis associé sur des chevaux à l’entraînement chez Adrien Fouassier comme Go Fast Traou Land (George Vancouver). Nous avons acheté plusieurs lots lors de la vente de février [aussi les lot 280, Pagoda (Intello), et le lot 329, Soleil d’Arizona (Prince Gilbraltar, ndlr]. Pour Bell Su River, nous avons été séduits par la famille maternelle : la deuxième mère est la championne Hatoof (Irish River), gagnante des 1.000 Guinées, des Champion Stakes et des Berverly D. Stakes (Grs1). Rien n’a encore été décidé sur son futur mariage mais nous allons essayer, avec cette belle famille maternelle, de faire quelque chose d’original. » Thomas Lines a eu ses premiers partants en France en septembre 2020 et, depuis, ses chevaux ont couru onze fois pour trois victoires et cinq places. Le fer de lance est Go Fast Traou Land. Il a actuellement dix chevaux à l’entraînement chez Adrien Fouassier, dont cinq 2ans en propriété totale.