Au Conseil d’administration de France Galop

Institution / Ventes / 25.03.2021

Au Conseil d’administration de France Galop

Le Conseil d’administration s’est réuni ce mercredi 24 mars 2021, au siège de France Galop. Voici les principaux sujets abordés lors de cette réunion :

  1. Adaptation du plan d’actions événementiel. En réponse à la situation sanitaire, la filière des courses a démontré depuis des mois sa capacité à s’adapter aux contraintes et à organiser des courses à huis-clos dans le strict respect des gestes barrières. Lorsque les hippodromes pourront rouvrir leurs portes, cette expérience acquise sera mise à profit pour recevoir le public dans le respect des règles sanitaires et ainsi permettre aux spectateurs de profiter en toute sérénité d’une journée aux courses.

France Galop ne dispose à ce jour d’aucune visibilité sur les dates et conditions du retour du public dans les hippodromes.

Dans ce contexte, le programme du galop continue de se dérouler normalement mais les dispositifs événementiels proposés habituellement aux spectateurs ne seront pas activés. Il est en effet de la responsabilité de France Galop de ne pas engager des frais pour des événements qui ne pourraient avoir lieu ou dans des limites de nombre de spectateurs ne justifiant pas des dépenses importantes.

Pour autant, les équipes de France Galop s’organisent pour accueillir à nouveau des spectateurs aux courses lorsque les conditions seront réunies, avec des dispositifs adaptés aux jauges, règlementations et protocoles décidés par l’État.

Réactivité et flexibilité animeront une fois encore les collaborateurs de France Galop pour garantir à nos publics une expérience de qualité, qu’elle soit sur hippodrome – principalement pour les acteurs des courses et les parieurs – ou à distance pour notre communauté digitale, via les dispositifs d’événements "at home".

  1. Activation d’un plan de prévention contre les violences sexuelles. Bernhard Opitz, directeur des ressources humaines de France Galop et président de l’Afasec, a présenté une série de mesures destinées à renforcer la sensibilisation de l’ensemble des acteurs des courses dans la prévention des risques contre les agressions sexuelles.

En complément des actions en cours, l’Afasec complète son dispositif grâce à un partenariat avec l’association Colosse aux pieds d’argile, afin de mener une campagne pédagogique pour prévenir les situations à risques et identifier celles devant faire l’objet de procédures de signalement.

La filière des courses affiche sa volonté de se mobiliser pour mettre en place une prévention qui dépassera largement le seul périmètre des élèves et apprentis des centres de formation aux métiers des courses. La sensibilisation contre les violences sexuelles, qui n’épargnent aucun secteur d’activité dans les domaines éducatifs et sportifs, doit être promue auprès des écuries de courses, des haras et des sociétés de courses. C’est la raison pour laquelle, une prise de conscience collective est essentielle. Le Conseil d’administration appelle de ses vœux la constitution d’une Commission de prévention au niveau de l’Institution.

  1. Partage d’expérience sur les P.S.F. Lors de ce Conseil d’administration, une présentation de l’état des P.S.F. en France a été effectuée afin d’exposer les enseignements après une douzaine d’années d’expérience des pistes fabriquées par Polytrack ou Viscoride.

Pour améliorer la qualité, la régularité et la sécurité de l’ensemble des P.S.F., ainsi que maîtriser les coûts d’entretien et de maintenance de ces pistes (qui s’avèrent plus élevés que prévus initialement), le Conseil d’administration a désigné Matthieu Vincent en tant que référent P.S.F. national.

Dans le cadre de ce partage d’expérience, ce dernier aura en charge de mieux soutenir les hippodromes régionaux disposant d’une P.S.F. en matière de formation des équipes, d’élaboration d’un cahier des charges d’entretien et d’évaluation du juste besoin lorsque des travaux de rénovation sont nécessaires.

  1. Retour sur le dernier Conseil de l’obstacle. Le calendrier 2021 de l’obstacle retrouve son format habituel après une année 2020 atypique.

En 2021, il convient toutefois de noter que :

- Le Prix Roger Saint (L. à Compiègne, steeple-chase 4ans) est avancé au 18 octobre (soit 32 jours après le Prix Bûcheur) afin de ne pas se courir le lendemain du Prix Triquerville (L).

- Afin d’inciter plus de chevaux à participer au Prix Montgomery (Gr3), la distance du Prix André Adèle (Hcp), disputé une semaine avant, sera modifiée et empruntera les 3.700m (parcours n° 34) au lieu des 3.500m (parcours n° 27).

- Le Prix Général Donnio est reculé d’une semaine en 2021, soit quatre semaines après le Prix Montgomery, et sa distance est ramenée à 3.500m (au lieu de 4.400m).

- Les conditions des épreuves de printemps pour les chevaux de 5ans en steeple-chase sont modifiées pour permettre aux chevaux de 5ans ayant participé l’an passé aux courses principales à 4ans, de courir soit les courses préparatoires au Grand Steeple-Chase de Paris, soit les handicaps préparatoires au Prix du Président de la République.

Par ailleurs, un séminaire réunissant les membres du Conseil de l’obstacle est programmé fin mai. À l’occasion de deux journées, des ateliers thématiques traiteront des grands enjeux de l’obstacle. Il s’agit notamment de relancer l’attractivité des parieurs pour cette discipline, de développer le nombre de propriétaires et d’améliorer la fréquentation des hippodromes par le public.