Liwa Oasis (Gr2 PA) : Hakeemat Muscat se retire en beauté

08.03.2021

Liwa Oasis (Gr2 PA) : Hakeemat Muscat se retire en beauté

Abu Dhabi (AE), dimanche

Elle a soigné sa sortie ! Âgée de 6ans, la jument omanaise Hakeemat Muscat (Akim de Ducor) est sortie par la grande porte, venant chercher Rawaa (Munjiz) sur le poteau pour remporter ce Liwa Oasis (Gr2 PA). Désormais, elle va se consacrer à sa carrière de reproductrice. Hakeemat Muscat porte les couleurs de Muscat Stud et est entraînée par Ibrahim Al Hadhrami. Ce Liwa Oasis est sa deuxième victoire de Groupe PA, les deux ayant été obtenues sur l’hippodrome d’Abu Dhabi.

Un cœur énorme. Rawaa a pris le meilleur avant de contrôler les opérations, alors que la future lauréate patientait à mi-peloton. Cette dernière s’est rapprochée de l’animatrice au bout de la ligne d’en face. Et elle est venue l’attaquer à la sortie du tournant, accompagnée par Mh Rahal (Ghadab). On a alors assisté à une belle lutte. Rawaa et Hakeemat Muscat se sont rendu coup pour coup. Mais Hakeemat Muscat, dans un ultime coup de rein, a mis son cœur sur la piste. Elle s’impose d’une courte tête devant Rawaa ! Mh Rahal est troisième…

Pour voir la course : https://youtu.be/xYWkKw-_nJ0

Du caractère gras. Le jockey polonais Szczepan Mazur, multiple tête de liste dans son pays d’origine, était associé à la lauréate. Il a déclaré à la presse locale : « C’était la dernière course d’Hakeemat Muscat qui va désormais aller au haras. À l’âge de 4ans, elle avait déjà gagné un Gr3 PA. On rajoute un Gr2 PA aujourd’hui à son palmarès, c’est parfait ! La lutte a été serrée, d’autant qu’elle a tendance à s’arrêter quand elle prend l’avantage. Mais elle l’a vraiment bien fait. »

Une descendante de Cherifa. Hakeemat Muscat est née au Sultanat d’Oman. Son père, Akim de Ducor (Akbar), est stationné au haras de Thouars. Sa mère, Djourella (Kerbella), a déjà produit de bons éléments tels que Tefkir (Njewman), vainqueur de sept courses en Pologne dont la Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan Cup (Gr3 PA), ou bien Altimini (Dormane), lauréate au Sultanat d'Oman. Djourella est aussi la deuxième mère de Riyam (General), gagnant des Emirates Equestrian Federation International Stakes (Gr2 PA).

La deuxième mère a produit Djourdan (Dormane), vainqueur des Dubai Stakes, à Newbury, et de l'International Challenge Derby (Grs1 PA) à Newmarket. Djourifa est aussi la deuxième mère de Radames (Kerbella), gagnant des Za'abeel International Stakes (Gr1 PA). La troisième mère est la remarquable Cherifa (Chéri Bibi) du haras de Mandore, à l'origine d’une longue liste de très bons chevaux (dont Djebbel, Djelmila, Djezika, Ziva, Majd Al Arab, Mushrae…)

 

 

 

Djelfor

 

 

Akbar

 

 

 

 

Fantasia

 

Akim de Ducor

 

 

 

 

 

Tornado de Syrah

 

 

Ishra

 

 

 

 

Ishhara

HAKEEMAT MUSCAT (F6)

 

 

 

 

 

 

Kesberoy

 

 

Kerbella

 

 

 

 

Fatouma

 

Djourella

 

 

 

 

 

Djouras Tu

 

 

Djourifa

 

 

 

 

Cherifa

Abu Dhabi (AE), dimanche

Arabian Triple Crown Round 2 (Gr3 PA)

Ottoman, de bout en bout

Même s’il avait déjà bien couru sur le gazon d’Abu Dhabi, Ottoman (Valiant Boy) ne s’y était encore jamais imposé. Le dimanche 7 mars, il abordait pour la première fois la distance de 2.200m. Et ce 4ans n’a pas fait de détails. Rapidement en tête, il a facilement remporté cet Arabian Triple Crown Round 2 (Gr3 PA). Ottoman est entraîné par Abdallah Al Hammadi pour Al Ajban Stables. Après avoir ouvert son palmarès par dix longueurs sur le dirt d’Al Ain, il prouve qu’il peut également bien faire sur le turf...

Sur une accélération. Sorti très vite des stalles, Ottoman a animé dans son action sous la selle d’Adrie de Vries. À l’entrée de la ligne droite, il a placé une brusque accélération, se mettant hors de portée de ses adversaires. Il devance de trois longueurs Dergham Athbah (Af Albahar), bon finisseur à la corde après avoir longtemps attendu. Le "FR" Mutaqadim (Azadi) est venu prendre la troisième place.

Pour voir la course : https://youtu.be/pvxFEWHF3Rg

Il se révèle sur la distance. Adrie de Vries était associé pour la première fois à Ottoman. Il a déclaré à la presse locale : « J’avais regardé les courses précédentes d’Ottoman et il avait couru contre de bons chevaux. Je pensais que le rallongement de distance lui conviendrait. Son entraîneur m’avait demandé de le monter à sa main. Le cheval est bien sorti des stalles et nous avons pu prendre facilement la tête. Bien appuyé contre la lice, il a eu course gagnée rapidement pour finir. Cela a toujours été un bon cheval, qui ne demandait qu’à être rallongé. »

Issu d’une sœur de la championne Triple Five. Élevé par Guy Neivens, Ottoman a quatre fois Nevada II (Djanor) dans son pedigree. Son père, Valiant Boy (Darweesh), né en France, a récemment donné Hameem (Valiant Boy), lauréat de l’Arabian Triple Crown Round 1 (L PA). Comme Valiant Boy, Caviyar (Câlin de Louve), la mère d’Ottoman, a été élevée par le cheikh Tahnoun bin Zayed Al Nahyan. Caviyar a gagné trois courses sur 1.200m et moins aux États-Unis et s’est classée quatrième de Gr1.

C’est une propre sœur de Triple Five (Câlin de Louve), qui remporta 14 de ses 17 sorties, dont les Arabian Cup Distaff Sprint Championship Stakes (Gr1 PA, 1.200m), les Gladys Brown Edwards Arabian Cup Distaff Championship Stakes (Gr1 PA, 1.800m) devant Frynch (Dormane) et les Arabian Cup Championship Gladys Brown Edwards Stakes (Gr1 PA, 1.800m). Triple Five, meilleure jument américaine de sa génération, a donné trois gagnants de Groupe aux États-Unis. La deuxième mère, Tiking Away (Wiking), s’est classée deuxième des AJC Oaks (Gr1 PA).

 

 

 

Amer

 

 

Darweesh

 

 

 

 

Danie du Cassou

 

Valiant Boy

 

 

 

 

 

Barour de Cardonne

 

 

Thumb Print

 

 

 

 

Sarava du Loup

OTTOMAN (M4)

 

 

 

 

 

 

Djelfor

 

 

Câlin de Louve

 

 

 

 

Kâline du Loup

 

Caviyar

 

 

 

 

 

Wiking

 

 

Tiking Away

 

 

 

 

Molly-O-Tikie