Paris hippiques en ligne : une progression continue et un niveau de mises record en 2020

Autres informations / 18.03.2021

Paris hippiques en ligne : une progression continue et un niveau de mises record en 2020

Paris hippiques en ligne : une progression continue et un niveau de mises record en 2020

Dans un communiqué publié jeudi, l’ANJ (l’Autorité nationale des jeux) a annoncé que les paris hippiques en ligne ont fortement progressé en 2020, enregistrant une progression de 33 % par rapport à 2019, pour un total d’enjeux s’élevant à 1,5 milliard d’euros, ce qui correspond au volume de mises le plus important engagé en ligne sur une année. Le produit brut des jeux (c’est-à-dire les mises moins les gains) associé croît à un rythme proche des enjeux (+31 %) et établit une nouvelle référence historique (354 M€). Cette croissance est alimentée par le recrutement de nouveaux joueurs (+5 % en 2020), qui traduit sans doute le report d’un certain nombre de joueurs qui pariaient en points de vente vers les paris hippiques en ligne. Le PMU, dont l’offre de jeux distribuée en point de vente représente en général près de 90 % de ses résultats domestiques, a communiqué une perte de son chiffre d’affaires de 15 % dans ce réseau.

2020, tournant historique pour les jeux en ligne. Dix ans après l’ouverture du marché en 2010, l’année 2020 constitue un tournant pour l’ensemble des jeux d’argent et de hasard en ligne, lesquels s’installent durablement dans les pratiques des Français. Grâce à l’accélération de la numérisation des pratiques de jeux favorisée par la crise sanitaire et l’arrivée de nouveaux joueurs, les paris sportifs, hippiques et le poker en ligne ont enregistré des performances historiques. Le chiffre d’affaires du secteur progresse de 22 % en 2020 pour atteindre 1,7 milliard d’euros, soit son plus haut niveau depuis l’ouverture à la concurrence. Ces performances contrastent fortement avec celles des casinos et des jeux ou paris distribués en points de vente qui ont été durement frappés par la crise sanitaire.

Paris sportifs en ligne : une intensification du recrutement de nouveaux joueurs et des dépenses moyennes en augmentation. Avec une augmentation de "seulement" 7 % de chiffre d’affaires, le marché des paris sportifs en ligne demeure, de loin, l’activité dominante du secteur des jeux en ligne. Les mises engagées en 2020 sur les compétitions sportives atteignent 5,3 milliards d’euros, soit le montant de mises le plus élevé généré sur une année depuis l’ouverture à la concurrence en 2010. Dans le même temps, la population de parieurs sportifs continue d’augmenter, l’activité enregistrant sur l’année plus d’un million de joueurs supplémentaires par rapport à 2019, soit 4,4 millions de joueurs de paris sportifs.

Après un deuxième trimestre en perte d’activité (-56 % du chiffre d’affaires), la conjoncture du marché des paris sportifs s’est donc renversée au cours du second semestre avec la reprise des compétitions sportives.

À l’opposé, le segment des paris sportifs enregistre une baisse d’activité prononcée en points de vente. La FDJ communique une baisse de 10 % des mises en paris sportifs tous canaux confondus (en ligne et en points de vente).

L’engouement des parieurs s’est porté sur les grands événements sportifs tels que la Ligue des Champions de football qui a enregistré une croissance des enjeux de 65 % par rapport à 2019 ou Roland-Garros qui a généré 107 millions d’euros de mises, soit le record de celles engagées sur un tournoi du Grand Chelem.

Poker en ligne : un effet d’aubaine des confinements qui semble durable. Le chiffre d’affaires du poker en ligne pour cette année s’envole à 446 millions d’euros (+64 % par rapport à 2019), ce qui constitue un nouveau record d’activité effaçant la précédente référence qui datait de 2011, première année complète du lancement de l’ouverture du marché.

Les mesures de confinement (et plus particulièrement celles relatives au premier confinement) ont en effet entraîné un regain d’intérêt pour le poker. Le poker en ligne bénéficie du recrutement important de nouveaux joueurs en 2020, dont il compte tirer profit par des actions de fidélisation, afin de maintenir un niveau élevé d’activité pour l’année à venir. Cette attractivité ne semble toutefois pas s’être accompagnée d’une progression incontrôlée du jeu excessif dans la mesure où les dépenses moyennes par joueur n’ont augmenté "que" de 7 % en 2020.

Pour Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de l’ANJ : « La bonne santé du secteur des jeux en ligne due notamment à l’arrivée massive de nouveaux joueurs en paris sportifs et poker implique que les opérateurs renforcent leurs initiatives pour prévenir le jeu problématique et protéger les mineurs. Conformément aux nouvelles obligations entrées en application en 2020, ils doivent mieux identifier les joueurs à risque et les aider, mettre à disposition des outils de modération de temps de jeu ou de mises et garantir des stratégies promotionnelles responsables. Plus que jamais, et à l’approche d’événements sportifs d’envergure avant l’été, la promotion d’un jeu récréatif doit constituer une priorité partagée par tous. »

Dix ans après l’ouverture à la concurrence, quel bilan ?

Dix ans après l’ouverture du marché des jeux d’argent en ligne ouvert à la concurrence, le secteur d’activité, porté par une croissance dynamique et continue, représente aujourd’hui environ 17 % du chiffre d’affaires total du marché, contre 7 % en 2011. Au total, le nombre de joueurs a plus que doublé entre 2011 et 2020, tandis que le produit brut des jeux a quasiment triplé sur la période, propulsé par les paris sportifs (+717 %), la poussée du poker (+42 %) et des paris hippiques (+46 %).

L’année 2020 semble représenter un tournant pour le secteur des jeux en ligne qui s’installe durablement dans une place qui n’est plus marginale et qui est portée par une dynamique rapide.