Prix de Fontainebleau (Gr3) : Policy of Truth, c’est du costaud

Courses / 18.04.2021

Prix de Fontainebleau (Gr3) : Policy of Truth, c’est du costaud

ParisLongchamp, dimanche

Il y avait plusieurs poulains qui, au rond du Prix de Fontainebleau (Gr3), avaient du modèle… Mais Policy of Truth (Siyouni) était le plus impressionnant de tous : « Cheltenham type », a-t-on envie de dire en paraphrasant le trait d’humour d’André Fabre dans la presse britannique à propos de Persian King ** (Kingman)… Une fois en piste, il est presque étonnant de voir un tel colosse capable d’accélérer aussi brillamment. La bonne impression du jour, c’est lui. Et Olivier Carli, son copropriétaire, peut rêver classique. Lui qui a déjà remporté la Poule (des pouliches) l’année dernière.

Et en plus, il a été brillant ! La course a été un peu plus rythmée dans le Fontainebleau que dans la Grotte, sous l’impulsion de Galik (Galiway), mais cela n’a pas bardé pour autant. Policy of Truth a attendu à mi-peloton, côté corde, un peu brillant : on n’aimerait pas forcément être à la place de Maxime Guyon, à devoir contenir une telle force de la nature. Le grand poulain a mis un peu de temps à trouver son action au moment du sprint. Décalé à l’extérieur de Sealiway ** (Galiway), il a placé son accélération à 200m et est venu s’imposer d’une demi-longueur. Sealiway, vu sur une deuxième ligne dans le sillage de Parchemin (Lope de Vega), a bien tenu sa partie sans montrer son accélération du Largardère, prenant la deuxième place. Summiter (Bated Breath) est troisième à troi quarts de longueur, regrettant certainement qu’il n’y ait pas d’open stretch car le poulain a dû ronger son frein pour pouvoir contourner Galik. L’imposant Easter (Exosphere) a fait un truc : longtemps dernier, il a viré au large à la sortie du tournant et a tracé de drôles derniers 100m pour venir chercher la quatrième place à une courte encolure. Parchemin est resté un peu là pour finir après avoir été vu en deuxième position, le nez au vent. Il est cinquième à une courte tête.

Il ne faut pas l’embêter ! Policy of Truth n’avait pas été revu depuis sa quatrième place dans le Critérium International (Gr1). Auparavant, il avait remporté le Prix des Chênes (Gr3) dans un excellent style. Au rond, il était on his toes, comme disent les Anglais, et il a fait des manières derrière les stalles.

Lorsque nous avons demandé à Pia Brandt, son entraîneur et copropriétaire, combien il mesurait, elle n’a pas pu nous répondre précisément et nous a dit : « Il doit peser ses 550 kilos. Malgré son modèle, il a beaucoup de vitesse. Déjà, yearling, il était grand et je crois que c’est la raison pour laquelle j’ai pu l’acheter à un aussi petit prix : personne ne devait en vouloir. Derrière les stalles, il a été assez nerveux : je crois que c’est son caractère et, comme il est grand et costaud, il faut aller dans son sens. Nous allons tout de même le repasser aux boîtes : aujourd’hui, il y avait huit partants mais s’il y en a seize, ce ne sera pas la même chose. Vu son modèle, il se sent peut-être un peu à l’étroit dans les stalles ! De plus, il avait eu une course dure à Saint-Cloud dans le Critérium International (Gr1), en terrain lourd, cela a peut-être laissé une petite trace du côté du mental. »

Direction la Poule d’Essai. Policy of Truth va logiquement aller sur l’Emirates Poule d’Essai des Poulains. Le représentant du haras du Logis Saint-Germain et de Pia Brandt a le droit de progresser encore sur cette sortie et sera certainement aidé par une course plus rythmée : il pourra se poser et, même s’il a une pointe de vitesse, le sprint ne doit pas être la spécialité de cette force de la nature. Pia Brandt a ajouté : « Il le fait dans un très bon style aujourd’hui même s’il a beaucoup tiré pendant la course. C’est un très grand poulain, puissant. Il avait tout de même du terrain à refaire dans la ligne droite et il a su le faire. L’an dernier, il avait déjà bien couru mais il est certain qu’il n’est pas taillé en 2ans. J’espère qu’il montrera la même habileté dans la Poule d’Essai ! Est-ce qu’il pourra aller sur plus long ? Je ne sais pas, c’est un vrai point d’interrogation. Nous allons procéder une course après l’autre. Aujourd’hui, il effectuait une rentrée mais il avait du travail : il n’y a que trois semaines entre le Fontainebleau et la Poule d’Essai, il fallait tout de même qu’il soit prêt. Maxime [Guyon, ndlr] vient le monter une fois par semaine depuis cinq semaines : étant donné le modèle du poulain et sa force, il fallait qu’il prenne contact avec lui. Désormais, il s’agit de le garder sain et net jusqu’à la Poule d’Essai. Il est dur et il a un très bon changement de vitesse. »

Sealiway, un bol d’air au mauvais moment. Deuxième, Sealiway ne démérite pas et il devrait progresser sur cette sortie en vue de la Poule d’Essai. Impressionnant lauréat du Qatar Prix Jean-Luc Largardère (Gr1), le représentant du haras de la Gousserie et de Guy Pariente sera à revoir dans trois semaines.

Frédéric Rossi, son entraîneur, nous a dit : « Nous sommes très contents, il court très bien. J’avais bien dit qu’il n’était pas à 100 % pour sa rentrée et il va progresser là-dessus. Il a été un peu frais et a demandé un bol d’air au mauvais moment, quand le gagnant arrivait lancé sur lui. Comme l’a dit Christophe Soumillon, ce n’aurait pas été la même chose si l’arrivée était au deuxième poteau car il serait reparti. Rendez-vous dans trois semaines ! »

Summiter vers la Poule. Troisième, Summiter n’a pas été aidé par son compagnon d’entraînement Galik, qui a faibli dans la ligne droite. Olivier Peslier a longtemps cherché le passage : à droite ? À gauche ? Finalement, il a pu s’infiltrer côté corde et le poulain a bien fini pour prendre la troisième place. Il arrivait sur le Prix de Fontainebleau sur sa lancée de Cagnes-sur-Mer, où il a remporté le Prix Joseph Collignon (Classe 1) avant de prendre la troisième place, tout près, du Prix de la Californie (L). Christophe Ferland, son entraîneur, nous a dit : « Je suis ravi. Olivier Peslier aurait aimé que les chevaux devant lui accélèrent plus tôt. Il est vrai qu’on préfère souvent un numéro de corde à l’intérieur mais, avec un numéro de corde à l’extérieur, il aurait certainement pu avancer plus vite et plus tôt. C’est un grand poulain, avec une grande action. Il court très bien et nous allons nous diriger vers la Poule. »

Easter, mention bien. Easter avait déjà une course dans les jambes en 2021 : il restait sur une deuxième place derrière Galik, en terrain lourd, dans le Prix Omnium II (L). Le représentant de Sol Kumin – aussi copropriétaire de King’s Harlequin (Camelot), troisième de la Grotte –, madame Jean-Étienne Dubois et Samantha Amar est un poulain imposant et cette rentrée lui a fait du bien. Il est la belle note du Prix de Fontainebleau, sachant qu’il sera certainement mieux avec une course plus rythmée. Fabrice Chappet, son entraîneur, nous a dit : « Il court très bien, il s’est retrouvé un peu loin et fait une très jolie ligne droite. C’est la bonne impression de la course ! Nous allons en discuter avec toutes les parties intéressées. Mais à chaud, je ne vois pas de raison pour ne pas aller vers la Poule d’Essai avec lui. »

Parchemin, Poule possible. Parchemin se présentait en invaincu au départ du Prix de Fontainebleau. Lauréat pour ses débuts, à Compiègne, il avait ensuite remporté le Prix Isonomy (L). Ces deux sorties avaient eu lieu sur des pistes bien assouplies et, dimanche, il trouvait du bon terrain. Le représentant de Godolphin a un peu coincé pour finir, pour sa rentrée. La Poule d’Essai des Poulains reste une possibilité, comme nous l’a indiqué Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin : « Monsieur Fabre n’est pas mécontent de sa course, même si nous aurions aimé qu’il finisse un peu plus près. Il va sûrement monter sur cette sortie et, si tout va bien jusqu’à la course, il reste comme un potentiel candidat à la Poule d’Essai. C’est un joli cheval, avec une jolie action, et peut-être qu’une piste un peu plus souple lui plaira davantage. »

PEDIGREE WEATHERBYS :

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/POLICYOFTRUTH-.pdf

Où l’on reparle d’Anna Sundström, John et Tanya Gunther. Policy of Truth a été élevé par Sahara Group Holdings et Eurowest Bloodstock Services, c’est-à-dire par John et Tanya Gunther. Une success story à l’américaine ! Le père et la fille ont élevé, ces dernières années, des chevaux comme Justify (Scat Daddy), lauréat de la Triple couronne américaine, mais aussi Vino Rosso (Curlin), gagnant de la Breeders’ Cup Classic (Gr1). Après être tombés amoureux de l’Europe, ils ont envoyé des juments sur le continent depuis environ dix ans. Ils sont aussi tombés amoureux de Frankel et l’étalon leur a donné Without Parole (Frankel), qui avait remporté les St James’s Palace Stakes (Gr1) pour sa quatrième sortie et son premier essai au niveau Gr1 ! Policy of Truth a été acheté 30.000 € à l’amiable par Pia & Joakim Brandt, aux ventes de yearlings d’octobre Arqana, alors qu’il était présenté par Coulonces Sales. Anna Sundström nous a confié : « J’ai beaucoup de chance d’avoir des clients aussi formidables et une équipe aussi exceptionnelle. Beaucoup nous sont fidèles depuis le début. Je suis très heureuse d’avoir un équilibre entre ceux qui élèvent pour courir et ceux qui souhaitent vendre. Cette année, nous avons beaucoup d’espoirs classiques avec les chevaux nés et élevés au haras [Sa’ad, Belloccio et Legion of Honour, ndlr] Je suis très heureuse également pour Pia Brandt. Elle est venue le voir aux boxes lors des ventes. Il lui a plu immédiatement. C’était très émouvant. Toutes les deux, nous l’aimions beaucoup. Il ne pouvait qu’être une belle histoire ! Comme National Service (Elusive City), autre espoir élevé au haras, qui s’est classé deuxième du Prix Jacques Laffitte (L) dimanche. »

Issu d’une sœur de Namid. Policy of Truth est un fils de Siyouni (Pivotal), étalon des Aga Khan Studs, et de la tardive Dawn to Dance (Selkirk). Ayant débuté au mois de mai de ses 4ans, elle a ouvert son palmarès deux mois plus tard pour sa quatrième sortie, sur les 2.000m de Roscommon. Policy of Truth est le deuxième produit black type de sa mère après Siberian Iris (Excelebration), gagnante de Stakes outre-Atlantique et deuxième des San Juan Capistrano Stakes (Gr3, 2.800m) et du Red Carpet Handicap (Gr3, 2.200m), mais aussi troisième des Astra Stakes (Gr3, 2.400m).

La deuxième mère, Dawnsio (Tate Gallery), a conclu deuxième à 2ans des Debutante Stakes (L à l’époque, 1.200m). À 3ans, elle a gagné les Topaz Sprint Stakes (L, 1.000m). Dawnsio a donné quatre black types, dont le champion sprinter Namid (Indian Ridge), vainqueur de quatre Groupes, notamment du Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1, 1.000m) à 4ans. On lui doit également Noelani (Indian Ridge), lauréate à 3ans des Renaissance Stakes (Gr3, 1.200m) et gagnante à 4ans des Concorde Stakes (Gr3, 1.500m), ou encore Natalis (Selkirk), troisième à 2ans des Futurity Stakes (Gr3 à l’époque, 1.400m).

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Siyouni

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Sichilla

 

 

 

 

Slipstream Queen

POLICY OF TRUTH (M3)

 

 

 

 

 

 

Sharpen Up

 

 

Selkirk

 

 

 

 

Annie Edge

 

Dawn to Dance

 

 

 

 

 

Tate Gallery

 

 

Dawnsio

 

 

 

 

Welsh Dancer

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 40’’11

De 1.000m à 600m : 23’’76

De 600m à 400m : 12’’73

De 400m à 200m : 11’’35

De 200m à l’arrivée : 11’’73

Temps total : 1’39’’68