Saumur, une opportunité à saisir

Autres informations / 21.04.2021

Saumur, une opportunité à saisir

Saumur, une opportunité à saisir

La gestion du site de Verrie, où se trouve l’hippodrome de Saumur, changera de mains fin 2022. Stéphanie Daburon nous a parlé de ce grand projet et des opportunités à saisir pour la société de courses dont elle est présidente depuis 2019.

Le site de Verrie s’étend sur 160 hectares. À l’heure actuelle, il est géré intégralement par l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), via le ministère de la Jeunesse et des Sports. Suite à la signature avec l’État d’un contrat d’objectifs et de performances dans lequel figuraient notamment des conditions de restriction de personnel et de gestion de site, l’IFCE va abandonner, fin 2022, la gestion du site de Verrie, dont l’État restera néanmoins propriétaire. Stéphanie Daburon, qui a succédé à Martine de Beauregard, restée à la tête de la société pendant plus de vingt ans, nous a expliqué : « Il est important de préciser que le projet dont il est question ici n’est pas conditionné à la seule société des courses, car nous n’occupons que 40 hectares. Pour la réflexion sur le site, une association de préfiguration à la mise en place d’un GIP (Groupement d’intérêt public) a été créée il y a deux ans. Pour l’instant, ce GIP n’a pas été encore constitué mais cette association, qui regroupe la région, le conseil départemental, l’agglomération de Saumur et la mairie de Saumur, nous permet d’ores et déjà de réfléchir au projet. Ces quatre collectivités locales seraient parties prenantes pour reprendre l’exploitation du site. De grosses réflexions d’investissements sont menées, mais pas seulement pour l’hippodrome. Ce qui est sûr, c’est que nous souhaiterions en bénéficier. Il y a une vraie opportunité de faire évoluer de manière pérenne notre hippodrome, notamment en matière d’accueil du public. »

Mis à contribution toute l’année. Stéphanie Daburon poursuit : « L’idée de ce projet est bien sûr de garder une identité cheval forte à travers l’hippodrome et les compétitions internationales, mais les élus locaux souhaiteraient le faire évoluer avec de l’événementiel. Ils ont conscience que le site est important pour le territoire, notamment en matière d’emplois. Une chargée de mission a été recrutée pour voir ce qui peut être entrepris à ce niveau et le chiffrer financièrement. Notre hippodrome qui ne sert actuellement que cinq fois par an, puisque nous sommes un hippodrome de deuxième catégorie, devrait être mis à contribution toute l’année, pour de l’événementiel, des concerts… Cela signifie qu’il faudra le rafraîchir à certains endroits. Ce projet servirait à la fois le site, mais aussi les courses à Saumur. »

Bien faire dans sa catégorie. Stéphanie Daburon n’en reste pas moins lucide sur les ambitions de sa société des courses. Elle nous a confié : « Le rêve de tous les présidents de sociétés est bien sûr d’accueillir le plus de courses possible. Mais la situation au niveau national, avec la pandémie, est déjà compliquée, alors nous devons surtout nous attacher à très bien faire dans notre catégorie. Nous devons continuer à offrir aux professionnels un outil à la hauteur de leurs attentes. Il y a deux ans, nous avons mené à bien des investissements. Il y a eu une modification sur le parcours de steeple et certains obstacles ont évolué. Les retours sont très positifs et cela a engendré un regain d’intérêt de certains professionnels pour notre hippodrome. Alors que nous avions une moyenne entre six et sept partants en obstacle en 2018, aujourd’hui nous tournons entre treize et quatorze en steeple et dix et douze en cross. Comme en plat, nous courons des bumpers, nous faisons toujours le plein. Nous devons poursuivre dans ce sens. »