Tattersalls Craven breeze up : le chiffre d’affaires à la hausse par rapport à 2019

International / 15.04.2021

Tattersalls Craven breeze up : le chiffre d’affaires à la hausse par rapport à 2019

Quand le marteau est tombé à 105.000 Gns pour l’avant-dernier lot, un poulain par Profitable (Invincible Spirit), le chiffre d’affaires de la Craven breeze up a dépassé celui de l’édition 2019 et s’est fixé à la fin de la seconde session à 10,4 millions de Guinées (12,56 M€). Le prix moyen a baissé de 29 %, à 86.021 Gns (104.000 €), par rapport la dernière breeze up avant la Covid, mais en plus du chiffre d’affaires, un autre indicateur affiche une hausse importante : le taux de vendus est passé de 80 % à 88,3 %. Autre facteur très important : en 2019, Godolphin avait acheté sept juniors pour 2,94 millions (3,55 €) et représentait 28,4 % du chiffre d’affaires. Cette année l’entité du cheikh Mohammed Al Maktoum a acheté un seul 2ans pour 210.000 Gns.

Le top price de la seconde session est un poulain par Caravaggio (Scat Daddy), adjugé 240.000 Gns (290.000 €) à Alastair Donald, agissant pour un client de Hongkong. Il en était à son troisième passage sur le ring. Michael O’Callaghan l’avait déniché pour 155.000 Gns (187.300 €) foal, il l’a racheté yearling pour 130.000 Gns et finalement, il a fait une bonne affaire !

L’INDICATEUR CLÉ

La valeur doublée par les pinhookers

Un indicateur très important dans les ventes breeze up est le retour sur investissement des pinhookers et le travail des présentateurs. Les juniors déjà passés sur un ring, vendus ou rachetés, qui ont trouvé preneurs, sont au nombre de 114. La valeur affichée lors de leur premier passage était de 4,3 millions et elle a presque doublé à 8,29 millions. Un bon travail et le goût du risque a été bien récompensé. Le bonus Royal Ascot/Gr1 lancé cette année a aussi bien fonctionné. Le propriétaire du premier gagnant à Royal Ascot acheté à la Craven breeze up touchera 125.000 £ (144.000 €) et le même montant est promis au premier lauréat de Gr1 sorti de la vente. Edmond Mahony, président de Tattersalls, a dit : « On a eu une demande très solide et dans tous les segments du marché, ce qui a produit le meilleur taux de vendus depuis l’année 2000. Les indicateurs clés sont tous très bons si l’on considère le contexte de la vente, avec les restrictions imposées par la Covid. »

ET LA FRANCE ?

Dabirsim brille encore

Trois juniors passés sur le ring de Deauville ont trouvé preneurs lors de la seconde session. Dabirsim (Hat Trick), qui avait déjà connu la réussite lors de la première session, a offert un profit important au Brésilien Robson Aguiar qui avait payé 22.000 € à la vente de sélection Arqana pour le premier produit d’Araca (Elusive Quality), une jeune poulinière de la souche d'All Along (Targowice), présenté par Coulonces Sales. Sept mois après, le poulain a été acheté par Blandford Bloodstock pour 140.000 Gns (169.200 €). Il sera entraîné par David Simcock. Un poulain par Nathaniel (Galileo) et Topaze Blanche (Zamindar) élevé par Al Shahania Stud avait affiché 10.000 € à la vente d’octobre Arqana. Sa valeur est montée à 52.000 Gns (62.900 €). Florent Fonteyne de Trotting Bloodstock n’a pas laissé passer la bonne occasion et a posé une enchère de 50.000 Gns (60.400 €) pour un poulain par Siyouni (Pivotal) issu d’une demi-sœur de Le Havre (Noverre). Il avait coûté 32.500 € à la vente d’octobre Arqana.