Breeze up Arqana : la parole aux vendeurs

Institution / Ventes / 26.05.2021

Breeze up Arqana : la parole aux vendeurs

Mercredi, les 2ans vont breezer à partir de midi à Doncaster et ils passeront sur le ring vendredi dès 11 h. Nous avons donné la parole à quatre vendeurs [partie 2 sur 2]

Matt Eves : « C’est vraiment un travail collectif »

L’originalité de Star Bloodstock tient dans le fait que cette consignation est en fait le cumul du travail de quatre personnes, en Angleterre, en Irlande et aux États-Unis.

Ces dernières années, Star Bloodstock est sur le devant de la scène. Avec A'ali (Society Rock), lauréat des Norfolk Stakes, des Sapphire Stakes, des Flying Childers Stakes et du Prix Robert Papin (Grs2). Mais également grâce à Duhail (Lope de Vega), lauréat du Prix du Muguet (Gr2). Lundi, Matt Eves nous a confié : « Nous avons acheté Duhail, en tant que yearling, pour 150.000 €, alors qu’il était yearling, en août chez Arqana. À l’amiable, car il a été racheté sur le ring. L’année suivante, il est revenu pour la breeze up à Deauville. Et Al Shaqab l’a acheté pour 300.000 €. Nous étions doublement ravis. Du fait qu’il atteigne ce prix. Mais aussi qu’il aille chez André Fabre. J’espère qu’il va gagner les Sussex Stakes (Gr1) cet été. C’est mon rêve ! » Concernant le fonctionnement de Star Bloodstock, Matt Eves détaille : « C’est vraiment un travail collectif. Diego Dias prépare les chevaux en Irlande. Byron Rogers achète les yearlings… et je m’occupe des finances ! Cette année, le marché est bon. La Craven breeze up s’est bien passée pour nous. Et comme toujours en pareille circonstance, nous allons réinvestir dans les yearlings. Quand les gens des breeze up s’en sortent, les éleveurs peuvent avoir le sourire. Tout le monde est gagnant…»

La méthode. Matt Eves poursuit : « Duhail est la bonne illustration de notre savoir-faire. Notre but est de sortir plusieurs chevaux de stakes. C’est un défi car nous avons un nombre de chevaux réduit, pas plus d’une quinzaine... Nous essayons d’acheter le meilleur cheval possible aux ventes. Nous procédons à de nombreux tests. Et nous enchérissons sur ceux qui rassemblent le plus de nos critères de sélection. C’est comme ça que nous avons trouvé Duhail, A’ali ou encore Lady Penelope (Nigh of Thunder), vendue chez Arqana et qui a gagné les Polonia Stakes (L).

Lorsque nous avons acheté A’ali, son père n’avait pas encore la réussite qu’on lui connaît. Nous l’avions payé 35.000 £ et revendu 135.000 £. Il avait une super attitude, même si ce n’est pas simple à déterminer chez un yearling. C’est un challenge. »

Détecter les bons étalons. Lors de la breeze up Arqana, Star Bloodstock présente trois produits de l’étalon du moment, Mehmas (Acclamation). Mais aussi un Dark Angel (Acclamation), un Siyouni (Pivotal) et un Profitable (Invincible Spirit). Matt Eves détaille : « Nous avons un analyste qui travaille pour nous, afin de nous aider à identifier de manière précoce les étalons qui ont la meilleure probabilité de réussir. C’est ainsi que nous avons beaucoup investi sur les produits de Night of Thunder (Dubawi) et de Mehmas. Ses conseils ont bien fonctionné ! » Le lot 7 est une fille de l’étalon de Tally Ho Stud, et Matt Eves explique : « Elle a vraiment tout pour elle, avec un physique remarquable. Mais aussi un superbe pedigree, étant d’une grande souche Bolger. Sa mère est une sœur de Steip Amach (Vocalised), gagnante de Killavullan Stakes et des Amethyst Stakes (Grs3), mais également placée des Prix Rothschild et Jean Romanet (Grs1). La page va continuer à se noircir car Steip Amach est saillie par les meilleurs étalons européens. Son frère vient de gagner son maiden à Naas. »

Jet Setting, la belle histoire. Le lot 22 est un fils de Dark Angel (Acclamation) et Jet Setting (Fast Company), lauréate des 1.000 Guinées d’Irlande (Gr1). Matt Eves nous a confié : « Dans ce cas, l’histoire est vraiment particulière. Je faisais partie du premier groupe de propriétaires de Jet Setting, Equinegrowthpartners Syndicate. Nous l’avions achetée 12.000 Gns à l’automne de ses 2ans. Et elle a fait la carrière qu’on lui connaît à 3ans. Le China Horse Club l’a alors achetée 1,3 million de livres. J’ai donc suivi sa production avec attention. Nous avons acheté son fils pour 180.000 £, ce qui nous apparaît un bon prix compte tenu de sa qualité. Il breeze magnifiquement bien. Son électrocardiogramme est exceptionnel. » Le lot 111 est un Siyouni. Il est issu d’une sœur d'Ectot (Hurricane Run), gagnant des Joe Hirsch Turf Classic Stakes et du Critérium International (Grs1), mais également de Most Improved (Lawman), lauréat des St. James’ Palace Stakes (Gr1). Matt Eves explique : « Nous l’avons acheté yearling à Deauville. Il a été élevé à l’écurie des Monceaux. C’est un poulain en plein progrès et avec de la vitesse. Peut-être plus typé 3ans. C’est vraiment le profil pour Arqana. »

Robson Aguiar, de Sao Polo à Mullingar

Pour les breeze up, il faut de très bons cavaliers : l’exercice est exigeant. Si bien que dans les campagnes irlandaises, on trouve beaucoup de jockeys venus d’Amérique du Sud. Certains deviennent à leur tour consignataires. C’est le cas de Robson Aguiar.

L’homme d’Aguiar Bloodstock connaît une période faste. L’an dernier, il a présenté deux chevaux chez Arqana, dont Cordouan (Shalaa). Ce poulain, après deux deuxièmes places à 2ans, a gagné pour sa rentrée à 3ans. Parmi les chevaux qui font briller sa consignation, il faut citer The Lir Jet (Prince of Lir), gagnant des Norfolk Stakes (Gr2), Summer Sands (Coach House), brillant lauréat de Listed à Redcar, Queen Jo Jo (Gregorian), gagnante des Summer Fillies' Stakes (Gr3), Devilwala (Kodiac), deuxième des Gimcrack Stakes (Gr2), ou encore Star of Emaraaty (Pride of Dubai), une lauréate des Sweet Solera Stakes (Gr3) qui a été acquise par Terruya Yoshida. Une réussite d’autant plus remarquable que l’entité Aguiar Bloodstock n’existe que depuis 2019.

Ses chevaux pour Arqana. Robson Aguiar a quatre chevaux dans la vente de cette semaine. Notamment un Ribchester (Iffraaj) de la famille de Mother Earth (Zofanny), la gagnante des 1.000 Guinées (Gr1). Mais aussi une Dark Angel (Acclamation), sœur de black type et fille de Lady Springbank (Choisir), lauréate des Leopardstown 1.000 Guineas Trial Stakes (Gr3). Et aussi un Farhh (Pivotal) dont la mère est une sœur d'Altyn Orda (Kyllachy), gagnante des Nell Gwyn Stakes (Gr3). Et enfin, une Lope de Vega (Shamardal) qui est la sœur de deux chevaux bien connus en France, Plaza Mayor (Kyllachy), troisième du Prix de la Vallée d'Auge (L), et Baby Foot (Footstepsinthesand), gagnant du Prix de la Californie (L)…

Formé dans les meilleures maisons. Robson Aguiar a déclaré : « J’ai commencé avec deux ou trois chevaux tous les ans. Et puis je suis monté en puissance. J’aime ce que je fais et j’aime préparer des poulains pour les breeze up. Pour être bon, il faut beaucoup travailler. Je fais tout pour sortir du lot. J’ai commencé à l’école des courses de Sao Polo à l’âge de 16 ans. C’était l’époque de Silvestre de Sousa et Joao Moreira. J’ai monté beaucoup de gagnants, 220 en cinq années. Comme beaucoup, j’ai saisi l’opportunité de partir à l’étranger. Pour des raisons de poids car il faut être très léger au Brésil, où la concurrence est vraiment rude. » Après trois années chez Paul Deegan, Robson Aguiar a intégré l’équipe de Ballydoyle durant cinq années : « C’était une très bonne expérience. Avec Aidan O’Brien, vous apprenez beaucoup. Les chevaux et les installations sont exceptionnels. J’ai monté Excelebration (Exceed and Excel), Camelot (Montjeu), Magician (Galileo)… Plus de 150 yearlings arrivaient chaque année. En observant leur locomotion et leur comportent, j’ai vraiment appris à voir à quoi ressemblait un bon cheval. J’ai ensuite fait la rencontre de Roger O’Callaghan. Il m’a donné l’opportunité de lancer ma propre écurie l’après-midi, après la matinée de travail à Tally-Ho Stud. Roger O’Callaghan m’a aidé à démarrer. Et il m’aide toujours. Nous nous rendons des services mutuels. Les O’Callaghan sont des grands travailleurs. »