Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1) : St Mark’s Basilica, beau comme un bronze, gagnant en or

Courses / 16.05.2021

Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1) : St Mark’s Basilica, beau comme un bronze, gagnant en or

ParisLongchamp, dimanche

Si vous avez la chance de vous rendre à Venise, visitez la basilique Saint-Marc, joyau de la cité des Doges et admirez les magnifiques chevaux de bronze surplombant l’entrée du bâtiment… St Mark’s Basilica (Siyouni) aurait pu servir de modèle ! Beau poulain, il est compact et puissant mais pas lourd pour autant, avec cette belle tête expressive que l’on retrouve souvent chez les produits de Siyouni. Considéré comme le meilleur 2ans européen l’an passé suite à sa victoire dans les Dewhurst Stakes (Gr1) avec un rating de 120, St Mark’s Basilica effectuait sa rentrée dans l’Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1).

On dira que depuis Vettori (Machiavellian) en 1995, faire sa rentrée dans la Poule n’a jamais marché… Mais nous parlons d’un pensionnaire d’Aidan O’Brien qui sait comment préparer des poulains pour des rentrées victorieuses dans des Guinées ! Le score de l’entraîneur dans la version anglaise parle de lui-même : dix gagnants, qui faisaient tous leur rentrée dans le classique. Cela se vérifie moins avec la Poule d’Essai des Poulains, où trois de ses gagnants avaient pris la route du Prix de Fontainebleau (Gr3), ainsi que le cas particulier de The Gurkha (Galileo) qui n’avait débuté qu’à 3ans. Mais pour comprendre la trajectoire de St Mark’s Basilica, il faut se référer aux dires de l’entraîneur : « Mes 3ans ont été entraînés en vue de Newmarket mais ils ne pouvaient pas tous y aller donc il a fallu choisir qui allait où. » Une préparation de 2.000 Guinées pour la Poule d’Essai : St Mark’s Basilica avait l’atout gagnant.

Bravo Ioritz ! Cela ne s’est pas passé comme prévu pour St Mark’s Basilica, comme l’a expliqué son jockey, Ioritz Mendizabal : « J’ai parlé avec Aidan ce matin. Nous avions deux poulains qui avaient de la vitesse en sortant des boîtes et l’idée était de patienter derrière eux, en troisième ou quatrième position. Mais il est sorti doucement, peut-être parce qu’il faisait une rentrée. Il n’y a pas eu beaucoup de rythme et je ne l’ai pas réveillé car je ne voulais pas qu’il soit sur le mors. Il y a eu un mouvement dans la fausse ligne droite et cela m’a presque aidé puisque j’ai pu reprendre et me placer dans le sillage de Christophe Soumillon [en selle sur Sealiway ** (Galiway), qui a un peu penché et créé une vague, ndlr]. À partir de là, j’ai vraiment bien voyagé. Dans la ligne droite, j’ai un peu patienté car le poulain faisait une rentrée et il a ensuite fait la différence facilement. »

C’est Colosseo (Street Boss) qui prend la deuxième place à une longueur trois quarts, après avoir été vu dans le groupe de tête dans une course peu rythmée. Breizh Eagle ** (Bow Creek), après avoir attendu à l’arrière-garde, a tracé une ligne droite de toute beauté pour prendre la troisième place à une courte encolure, devant l’immense Policy of Truth (Siyouni), contrarié par le manque de rythme. Enfermé au sein du peloton, le colosse n’a pas dû avoir toutes ses aises. Parchemin (Lope de Vega) est cinquième à un nez, après avoir plongé dans l’open-stretch. C’est très serré pour les places puisque Poetic Flare (Dawn Approach) est sixième à une courte encolure devant Normandy Bridge ** (Le Havre), dont le jockey, Gérald Mossé, a frôlé le vol plané lors de la bousculade dans la fausse ligne droite et qui a tracé une belle fin de course. Sealiway est huitième à une encolure, restant là pour finir.

Le Jockey Club en option. L’avenir dira quels enseignements tirer de la Poule d’Essai des Poulains, qui n’a pas été très sélective. Mais St Mark’s Basilica est certainement un bon gagnant de l’épreuve. L’impression dans la ligne droite a été très bonne avec, si l’on en croit les données tracking, un passage en 11’’14 du poulain sur les 400m à 200m.

Aidan O’Brien était « delighted » après le succès du poulain. Il a indiqué au Racing Post : « L’an dernier, le plan était de l’amener en France pour le Lagardère mais cela n’a évidemment pas pu se faire [en raison de la contamination des aliments GAIN, ndlr]. Il a donc été redirigé vers les Dewhurst Stakes pour lesquels nous avions Wembley (Galileo) [deuxième de St Mark’s Basilica dans les Dewhurst, ndlr]. Donc tout avait changé à la fin de la saison. St Mark’s Basilica a très bien accéléré : nous allons réfléchir à la suite. Il y a l’option des St James’s Palace Stakes (Gr1) ou alors de revenir en France pour le Prix du Jockey Club (Gr1). Le plan original était de courir la Poule d’Essai puis le Jockey Club. Nous aviserons. Il travaillait très bien. Nous avons bien vu la façon dont il avait progressé tout au long de l’année dernière. Mes 3ans ont été entraînés en vue des Guinées mais ils ne pouvaient pas tous y aller donc il a fallu choisir qui allait où. Il était censé venir en France l’an dernier et nous avons suivi ce plan-là. John, Michael et Derrick pensaient qu’il était mieux de venir en France avec lui. »

Le joker Mendizabal. Ioritz Mendizabal, l’an dernier, avait remporté le Prix du Jockey Club (Gr1) en selle sur Mishriff (Make Believe) : David Eagan et Frankie Dettori ne pouvaient se déplacer pour monter le poulain de John Gosden à Chantilly. Il avait aussi récupéré la monte d’Audarya (Wootton Bassett), lauréate du Darley Prix Jean Romanet (Gr1) et troisième du Prix de l’Opéra (Gr1)… Mais la Covid-19 lui a ensuite coûté la monte de la même Audarya aux États-Unis, où elle a remporté le Breeders’ Cup Filly and Mare Turf (Gr1).

En 2021, le jockey basque remporte un nouveau classique en mode joker : Ryan Moore pouvait difficilement se déplacer en raison des quarantaines en France, puis, de retour en Angleterre, et Pierre-Charles Boudot est suspendu. Aidan O’Brien a déjà fait appel à Ioritz Mendizabal l’an passé, pour Lope Y Fernandez (Lope de Vega) dans le Qatar Prix Jean Prat (Gr1), dont il a pris la deuxième place derrière Pinatubo (Shamardal). Ioritz Mendizabal, caché derrière son masque façon passe-montagne, a commenté : « Gagner la Poule d’Essai, c’est fantastique. Mais vous ne pouvez savoir l’émotion à n’avoir ne serait-ce que votre nom dans la même ligne, sur un programme, que celui d’Aidan O’Brien. C’est le meilleur entraîneur du monde ! J’ai su que je montais St Mark’s Basilica vendredi à 14 h, c’était une réelle surprise. Pierre-Alain Chereau est un agent hors norme et qu’Aidan O’Brien fasse appel à moi est une grande satisfaction. Selon moi, St Mark’s Basilica peut sans problème aller sur plus long pour une course comme le Prix du Jockey Club. » Le jockey a remporté deux Grs1 dimanche après-midi à ParisLongchamp, puisqu’il était aussi en selle sur Hattal (Mahaab) dans la President of UAE Cup - Coupe d’Europe des Chevaux Arabes (Gr1 PA).

Colosseo fait vibrer l’Italie ! Nous ne savons pas ce qui était dit mais, après le passage du poteau, une voix tonitruante, en italien, résonnait dans les tribunes ! Peut-être pas celle de Gianluca Bietolini mais celle d’un des heureux propriétaires de Colosseo… Sur le papier, cela s’annonçait difficile pour le poulain mais l’entraîneur y croyait et il a eu bien raison ! Vendredi, à Saint-Cloud, il était possiblement l’une des personnes les plus heureuses du monde en voyant tomber la pluie, son poulain étant mieux en terrain bien assoupli. Au rond, il était fou de joie.

Gianluca Bietolini nous a dit : « Je n'ai plus de voix ! Je suis hyper content. Je savais que le cheval allait être à 100 % aujourd'hui, et il l'a prouvé. Il est un peu difficile à préparer, car il a pas mal besoin de travailler le matin : il a un physique vraiment impressionnant. En dernier lieu, le terrain était trop rapide pour lui : il aime les terrains très, très souples. C'est un américain atypique ! L'assouplissement du terrain a été un avantage, ainsi que son numéro dans les boîtes. Sa condition aujourd'hui était vraiment optimale et je savais qu'il allait donner le maximum. La seule chose dont j'étais sûr, c'est qu'il allait très bien courir face aux français. Il est battu par un très bon cheval. C'est un poulain pour 1.400m à 1.600m, le mile étant sa distance maximale. Nous allons discuter avec ses propriétaires avant de décider de la suite. Bravo à sa cavalière, Anaïs, qui le monte tous les matins. »

Et Breizh Eagle fait vibrer la Bretagne ! Il y avait des doutes sur la capacité de Breizh Eagle à se sortir d’une piste bien assouplie. Il les a en partie levés en prenant la troisième place de la Poule d’Essai, finissant à toute allure à l’extérieur. La piste était assouplie mais elle était aussi neuve, en parfait état : cela ne décollait pas dans la ligne droite et les temps partiels des deux Poules d’Essai indiquent une piste tout de même assez roulante. Alors oui, Breizh Eagle perd son invincibilité mais cette troisième place est presque comme une victoire, surtout lorsque l’on regarde les 400 derniers mètres décoiffants du poulain ! Son entraîneur, Joël Boisnard, nous a dit : « Il était allant durant le parcours mais court super bien. Sans avoir beaucoup de métier. C'est un poulain sur la montante, qui va encore progresser. Il n'était pas affuté. Je pense qu'il va rester sur le mile. Nous aviserons. Le terrain ne l'a pas dérangé mais il sera certainement encore meilleur en bon terrain. Lors de son dernier travail à Senonnes, on voyait qu'il piochait dans les parties plus souples. Aujourd'hui, ce n'était pas lourd. J'essaye tous les chevaux qu'on me propose. Ensuite, je trie en fonction de ce que les poulains montrent à l'entraînement. Je suis entraîneur, pas hôtelier. »

Policy of Truth pas aidé par le manque de rythme. Policy of Truth n’a pas paru heureux durant le parcours, se battant avec la main de son jockey, Maxime Guyon. Comme lors de sa rentrée dans le Prix de Fontainebleau (Gr3), il a aussi fait quelques manières pour rentrer dans sa stalle et, vu le modèle, nous n’avons pas envie d’être à la place des pousseurs devant l’inciter à entrer dans les boîtes ! Coentraîneur de Policy of Truth, Pia Brandt nous a dit : « Maxime a trouvé qu’il n’y avait pas assez de rythme. Il y en avait en tout cas moins que lors du Prix de Fontainebleau. Peut-être qu'avec plus de train, il aurait pu prendre la deuxième place. Mais il court très bien jusqu’au bout. Nous ne savons pas encore quelle sera la suite de son programme. Nous en discuterons tous ensemble. »

PEDIGREE WEATHERBYS :

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/STMARKSBASILICA.pdf

Le plus cher a gagné ! Acheté 1,3 million de guinées lors du book 1 de Tattersalls, St Mark's Basilica était le plus cher des partants de ce classique… C’est un élève de l’Australien Robert Scarborough, notamment président de l’hippodrome de Moonee Valley. Après avoir élevé 14 gagnants de Gr1 dans l’hémisphère Sud, Cabaret (Galileo) lui a donné un premier classique européen en 2019 avec Magna Grecia (Invincible Spirit). St Mark's Basilica lui offre un deuxième deux ans après ! Ses cinq juments européennes sont basées en Irlande à Norelands Stud.

L’éleveur a failli jeter l’éponge. John Magnier a signé le bon à 300.000 € pour Cabaret, chez Goffs, alors qu’elle était yearling. À 2ans, elle a gagné les Silver Flash Stakes (Gr3), sans confirmer l’année suivante. Robert Scarborough l’a achetée 600.000 Gns en décembre 2011 à Newmarket. Aucun des quatre premiers produits de la jument n’a pu décrocher du caractère gras. Perdant patience, Robert Scarborough l’a fait inscrire à la vente de décembre 2018 à Tattersalls… avant de se raviser. Car entretemps, Magna Grecia (Invincible Spirit) a gagné le Racing Post Trophy (Gr1). Et l’année suivante, il a remporté les 2.000 Guinées (Gr1) !

La deuxième mère, Witch of Fife (Lear Fan), est une élève de Darley. Troisième des Solera Stakes (L) à 2ans, elle a donné neuf gagnants, dont Drumfire (Danehill Dancer), gagnant des Solario Stakes (Gr3, 1.400m, 2ans) et qui a terminé sa carrière sur les obstacles, ainsi qu’Ho Choi (Pivotal), lauréat de la Queen's Silver Jubilee Cup (aujourd’hui Gr1, 1.400m) à Sha Tin, mais également deuxième des Gimcrack Stakes (Gr2, 1.200m).

Cinq classiques pour Siyouni. St Mark's Basilica est le cinquième lauréat classique de Siyouni (Pivotal). L’étalon du haras de Bonneval a déjà donné Dream and Do ** (Poule d'Essai des Pouliches, Gr1), Ervedya (Prix Poule d'Essai des Pouliches, Gr1), Laurens (Prix de Diane, Gr1) et Sottsass (Prix du Jockey Club, Gr1). Le croisement de Siyouni sur les filles de Galileo (Sadler’s Wells) est représenté par 22 partants seulement et déjà deux gagnants classiques en France… Sottsass et St Mark's Basilica.

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Siyouni

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Sichilla

 

 

 

 

Slipstream Queen

ST MARK'S BASILICA (M3)

 

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Galileo

 

 

 

 

Urban Sea

 

Cabaret

 

 

 

 

 

Lear Fan

 

 

Witch of Fife

 

 

 

 

Fife


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 40’’33

De 1.000m à 600m : 24’’12

De 600m à 400m : 12’’37

De 400m à 200m : 11’’36

De 200m à l’arrivée : 11’’97

Temps total : 1’40’’15