Fans de Pasquier

Courses / 10.05.2021

Fans de Pasquier

Par Adeline Gombaud

Samedi, il remportait son 200e Quinté, un record. Dimanche soir, il cassait son cinquième poste de télévision devant le match PSG - Rennes. Lundi matin, il était sur les pistes des Aigles… Et avant d’honorer ses montes à Saint-Cloud, Stéphane Pasquier a pris le temps de répondre à nos questions. À écouter dans le Talk #31 de JDG Radio (lien), ou à lire ci-dessous !

(Photo Stéphane Pasquier)

Ses montes dans les classiques

  • Poule d’Essai des Pouliches : King’s Harlequin

« Elle a effectué une très bonne rentrée. Je dois la travailler mardi matin, mais je sais qu’elle est bien. Elle a fait une saison de 2ans plus que propre et je pense que c’est une bonne pouliche. Elle a été extrêmement malheureuse dans le Marcel Boussac. Elle avait gagné d’une très belle manière le Prix d’Aumale et méritait largement de participer activement à l’arrivée du Gr1. »

  • Poule d’Essai des Poulains : Prince Lancelot

« Dans la Poule d’Essai des Poulains, je devrais être associé à Prince Lancelot, pour Fabrice Chappet. Il a effectué une bonne rentrée en ligne droite à Deauville, dans le Prix Djebel, où il n’a pas été très heureux. Je l’ai galopé lundi matin. Il a bien travaillé. La distance est un petit point d’interrogation. Il est né pour faire de la vitesse, il a un physique pour cela aussi, petit et trapu. Mais il a un bon mental, et si l’on doit essayer quelque chose, c’est lors de la Poule ! Pour cette course, il faut évidemment pouvoir tenir les 1.600m mais il faut aussi de la vitesse. C’est un peu particulier les Poules à Longchamp… 

  • Prix de Diane : Harajuku

« C’est une petite pouliche qui avait montré un peu de talent à 2ans. Je pense que je lui ai donné des courses un peu dures, surtout dans le Prix d’Aumale où je l’avais secouée un peu ! Elle n’a été que l’ombre d’elle-même dans le Marcel Boussac. C’est normal : je lui avais fait mal. Je suis le premier fautif. Elle a fait une rentrée sage, en finissant très fort en dedans, sans faire de bruit. Elle est arrivée sur le Cléopâtre avec beaucoup de sérénité, très calme. Elle était plus jolie, plus épanouie. Cela lui a permis d’accélérer très fort. Je pense que les 2.000m sont bien plus faits pour elle que les 1.600m. »

  • Prix du Jockey Club : Ninth Titan

« Ninth Titan, alias El Monstro, devrait courir le Jockey Club. Il a joué de malchance en dernier lieu à Chantilly. J’étais un peu désabusé après la course. Je voulais avancer dans cette course que je voyais sans rythme, et son entraîneur m’a demandé de patienter pour lui apprendre à courir. Il a très, très bien terminé dans une course pas rythmée. Pour un cheval de ce modèle, c’est très rare d’avoir cette capacité d’accélération. Il a un physique incroyable : il doit mesurer 1,73m mais se déplace tellement bien. Sa fluidité de mouvement est troublante. C’est une preuve de talent. S’il venait à bien courir dans le Jockey Club, ce ne sera pas une surprise pour moi. »

Ceux qu’il devra laisser aux autres…

  • Baby Rider, le chic poulain

« Baby Rider a beaucoup de tenue. Il a montré, lors de sa rentrée et en remportant le Prix Greffulhe, qu’il pouvait aller plus haut. C’est vraiment un chic poulain. Il fait tout ce qu’on lui demande. Il a pour lui sa maniabilité. Quand on gagne un Greffulhe, on a forcément un bon cheval. Il a très bien accéléré dans une course sans temps mort. On est allé en enroulant tout le temps. »

  • Fénelon, la force de la nature

« Fénelon, il a une force énorme. Il est moins grand que Ninth Titan, mais il a plus de force. Il est très, très immature. Il ne sait rien faire… sauf accélérer ! Et quand il accélère, il a un équilibre parfait. Il est dans tous les sens, comme un gamin, avant et pendant la course. Dans la ligne droite, quand je serre un peu les talons, c’est quelque chose ! Il déménage. Avant le Prix de l’Avre, au canter, je n’étais pas maître à bord : j’ai failli refaire un tour. Il a vraiment une moelle de taureau. Mais il a fait quelque chose d’impressionnant. Je suis passé de la dernière à la première place en vingt mètres de temps ! C’est un très, très bon cheval. »

On a retrouvé Gold Trip !

« Dans l’Harcourt, Gold Trip n’était pas prêt à encaisser une course sans temps mort comme nous l’avons eue. Quand les autres me sont tombés dessus, cela l’a un peu dégoûté. Il s’est racheté dans le Ganay. On va avoir un super cheval pour l’automne et donc pour l’Arc. J’ai retrouvé mon cheval. »

Pasquier sans filtre

  • Le parcours des 1.600m grande piste de ParisLongchamp

« Il faut avoir les 1.600m dans les jambes, mais il faut aussi de la vitesse pour pouvoir prendre un bon départ. Avec un numéro à la corde au-delà de huit, c’est vraiment très aléatoire. Le virage arrive très vite, puis il y a la descente. Cela reste assez sélectif et il faut surtout des chevaux maniables. Les Poules en ligne droite à Deauville ne m’ont pas réussi, donc je ne vais pas vous dire que c’est mieux ! L’open-stretch à ParisLongchamp, je ne suis ni pour ni contre. J’étais pour quand j’ai fini deuxième avec Cœur de Beauté dans la Poule d’Essai ; j’étais contre quand j’ai fini quatrième de l’Arc sur Gold Trip avec le meilleur parcours ! Avec l’open-stretch, les courses sont peut-être un peu moins tactiques. »

  • Ordres… ou pas !

« Tous les chevaux vont devant le matin, dans leur rythme à eux, et dès qu’on arrive aux courses, il faut les cacher ! C’est un peu compliqué… Rares sont les entraîneurs qui me donnent des ordres très précis. Parce que le temps que j’aille aux boîtes, j’ai tout oublié ! Plus sérieusement, je monte au feeling. Évidemment, il est important de respecter les indications de l’entraîneur parce que lui sait où il veut aller. Il a son objectif. Mais je pense être assez honnête et objectif pour reconnaître quand j’ai mal monté, ou quand ça s’est bien passé, dire quand il faut rallonger ou raccourcir. »

Photo Supporter indéfectible du PSG

  • Une cinquième TV à l’actif du PSG !

« Je suis triste pour Paris et les supporters du PSG… Triste que les joueurs n’aient pas réussi à se transcender pour ce match. On joue de malchance à chaque fois ! C’est un club encore jeune. Il est né en même temps que moi ou quasiment. Il faut peut-être un peu plus de temps pour créer une âme. On a tout de même remporté une dizaine de titres de champion de France, des Coupes de France en veux-tu en voilà, une Coupe des Coupes… Mais la coupe aux grandes oreilles, on a un peu plus de mal… Je sais qu’on l’aura un jour ou l’autre. Bon, j’en suis à ma cinquième télévision cassée en cinq ans, mais je continue de les soutenir. Ils sont pleins de talent. Ils vont y arriver. Il faut qu’ils jouent les uns avec les autres. Il faut continuer à se battre. Tous les matins, je me lève et tous les matins je me dis que je n’ai pas encore réussi, que je vais gagner mon 201e Quinté aujourd’hui ! »