Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L, haies) : Et un, et deux, et trois Cottin !

Courses / 22.05.2021

Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L, haies) : Et un, et deux, et trois Cottin !

Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L, haies)

Et un, et deux, et trois Cottin !

Gagnante pour ses débuts du Prix Wild Monarch (L), le 25 avril, Matilda du Berlais (Martaline) n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires dans le Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L), s’imposant en très bonne pouliche. Son entraîneur, David Cottin, présentait également dans cette épreuve La Boétie (Saint des Saints) et Saintamarin (Saint des Saints), respectivement deuxième et troisième. Un véritable festival !

Une promenade de santé. Félix de Giles a monté une belle course d’attente en selle sur Matilda du Berlais qu’il a placée dès le départ en cinquième position. Il a commencé à la faire progresser en dehors entre les deux derniers obstacles de la ligne opposée, se retrouvant au troisième rang dans le tournant final. À l’entrée de la dernière ligne droite, la représentante de Magalen Bryant a progressé d’elle-même sans effort entre les deux pouliches de tête, La Boétie et Lady Martaline (Martaline). Prenant l’avantage entre les deux ultimes difficultés, sur une simple reprise de rênes, Matilda du Berlais s’est détachée en toute quiétude et a rallié le poteau avec dix longueurs d’avance sur La Boétie qui découvrait Auteuil après deux victoires en autant de sorties sur les haies de Fontainebleau et de Compiègne. Félix de Giles a déclaré au micro d’Equidia : « L’objectif était de lui donner une bonne leçon. C’est une pouliche tardive qui a énormément d’action. Elle est encore très immature, et il faut faire en sorte qu’elle prenne les courses dans le bon sens. Matilda du Berlais a gagné car elle est très bonne. Elle le fait juste avec son action : sur ce type de terrain, il n’est pas nécessaire d’avancer. » Longtemps en avant-dernière position, Saintamarin a fourni un honorable effort final pour s’emparer de la troisième place à six longueurs, elle qui avait débuté par une troisième place dans le Wild Monarch. Lady Martaline a cédé pour finir après avoir animé la majeure partie de l’épreuve, terminant quatrième à sept longueurs, tandis que la cinquième et dernière place est revenue au loin à Idylle du Seuil (Gris de Gris). Sideralis (Kapgarde) a chuté au dernier obstacle de la ligne opposée, alors qu’elle pouvait encore espérer une place. Quant à Mi Aime A Ou (Jeu St Éloi), placée en dernière position au départ, elle était déjà décollée après la troisième haie et a été arrêtée devant l’obstacle suivant.

La grande classe ! David Cottin, entraîneur des trois premières, nous a confié : « Matilda du Berlais est une championne. Les trois sont bonnes, mais Matilda, c’est la grande classe ! Elle a la classe de sa maman. Elle peut tout faire, elle peut même partir devant, car elle est très sereine. Elle a encore besoin de prendre de la maturité et de durcir ; si elle récupère bien, elle ira sur le Prix Sagan (Gr3). La Boétie court top pour une première à Auteuil : elle a été un peu brillante et ne s’est pas trop oxygénée, mais elle n’a pas craqué. Elle aussi va aller sur le Sagan. Quant à Saintamarin, elle devait courir une course plus facile le 17 mai à Compiègne, mais nous avons eu un contretemps. Nous allons essayer de lui faire gagner sa course avant l’été. Les trois sont des pouliches d’avenir, nous ne sommes pas pressés avec elles. »

Une superbe souche du Berlais. Élevée au haras du Berlais par Jean-Marc Lucas, Matilda du Berlais est une fille de Martaline (Linamix) et de la championne Nikita du Berlais (Poliglote), gagnante des Prix Georges de Talhouët-Roy, Léon Rambaud (Grs2), de Compiègne (Gr3) et de Chambly (L, à l’époque), mais aussi deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Matilda du Berlais est le troisième produit vivant de Nikita du Berlais et sa première gagnante. La poulinière, qui a une 2ans nommée Angela du Berlais (Great Pretender), a été saillie en 2020 par Born to Sea (Invincible Spirit). La deuxième mère, Chica du Berlais (Cadoudal), a conclu cinquième lors de son unique sortie à 3ans dans le Prix Finot (L). Outre Nikita du Berlais, elle a donné quatre autres black types : le champion Bonito du Berlais (Trempolino), gagnant du Prix Cambacérès et deuxième du Prix Ferdinand Dufaure (Grs1), Carlita du Berlais (Soldier of Fortune), meilleure pouliche de 3ans au printemps 2015 et dont la carrière a été interrompue prématurément, Bonita du Berlais (King’s Theatre), lauréate du Prix de Chambly (L, à l’époque), et Morito du Berlais (Turgeon), troisième de Listed sur les claies de Cheltenham. Plus loin dans la famille, on retrouve les noms de Karoo du Berlais (Indian River) et Enzo du Berlais (Mansonnien), deux très bons éléments, mais surtout de Chimère du Berlais (Martaline), lauréate du Cambacérès, et de Shinco du Berlais (Indian River), vainqueur du Prix La Barka (Gr2) et quatrième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1).

Mendez

Linamix

Lunadix

Martaline

Sadler’s Wells

Coraline

Bahamian

MATILDA DU BERLAIS (F3)

Sadler’s Wells

Poliglote

Alexandrie

Nikita du Berlais

Cadoudal

Chica du Berlais

Chica Bonita