L'Australie et ses 3ans : Explosive Jack, la machine à gagner les Derby

International / 26.05.2021

L'Australie et ses 3ans : Explosive Jack, la machine à gagner les Derby

Un Derby c’est un Derby... ne faites pas les difficiles ! Ce samedi à Eagle Farm, le poulain Explosive Jack (Jakkalberry) peut réussir un exceptionnel coup de quatre. Il va courir le Queensland Derby (Gr1), une course dans laquelle il sera le grand favori, au sein d’un lot de 18 partants. Son nom était passé un peu aux oubliettes après sa victoire dans l’Australian Derby (Gr1). C’était lors de la première réunion de The Championships. Et à Royal Randwick, le grand public n’avait d’yeux que pour le Doncaster Mile (Gr1) et les T.J. Smith Stakes (Gr1) sur le sprint. Les professionnels, eux, avaient les yeux rivés sur les Sires’ Produce Stakes (Gr1), la deuxième étape de la Triple couronne des 2ans. Admettons-le, aux antipodes, les courses de 3ans sur 2.400m ne sont pas très populaires…

De la campagne à la Tasmanie. Explosive Jack n’était pas assez "vite et précoce" pour courir à 2ans. Ses entraîneurs Ciaron Maher et David Eustace ont décidé de le débuter à la campagne, dans le petit hippodrome de Swan Hill, à plus de quatre heures de camion de Melbourne. Et il a ouvert son palmarès le 25 novembre, ce qui correspond à un maiden pour 3ans de la fin avril chez nous. Explosive Jack est ensuite parti pour Sydney. Après une cinquième place dans une course à condition – toujours à la campagne –, il a gagné sa première épreuve importante, un handicap à Kembla Grange. Un Derby reste un Derby, même en Tasmanie. Et Explosive Jack est parti pour l’hippodrome de Hobart où il s’est promené dans le Tasmanian Derby (L). Une épreuve offrait 90.000 AU$ (57.000 €) au gagnant.

Les choses sérieuses commencent. Pour ses propriétaires, c’était déjà bien. En quatre courses, le poulain avait gagné l’équivalent de son prix d’achat – 100.000 NZ$ (59.000 €) – à la vente de Karaka. Le président du syndicat qui le fait courir, Mick Johnson, était déjà associé sur son père, l’italien Jakkalberry (Storming Home). Après son succès dans le Gran Premio di Milano (Gr1 à l’époque), sous la férule d'Endo Botti, il avait fait le tour du monde pour son cousin Marco. Jakkalberry a gagné aux États-Unis et à Meydan. Mais il a aussi couru au Japon, à Hongkong et surtout en Australie, où il s’est classé troisième dans la Melbourne Cup (Gr1).

Le fils, Explosive Jack, a abordé son premier Gr1, l’Australian Derby, après une place dans un Gr2 à Mooney Valley, et une autre dans le Bendigo St Leger Trial. Proposé à 15/1, il avait tiré le 15 à la corde. Une très mauvaise place, car les courses australiennes sur 2.000m et plus sont très tactiques. Encore loin et en épaisseur dans le dernier tournant, il a refait le peloton pour s’imposer d’une courte tête. Les offres de Hongkong sont arrivées. Mais ses 14 propriétaires ont eu le courage de répondre "non merci".

Et de trois… Le poulain aurait eu droit à des vacances. Mais Ciaron Maher en a décidé autrement et l’a aligné dans le South Australian Derby (Gr1). Explosive Jack a dominé la course. Une performance historique : aucun poulain n’avait gagné trois Derby avant lui. Le légendaire Kingston Town (Bletchingly) en avait remporté deux, l'Australian Derby et le Queensland Derby, en 1979 et 1980. Mais il avait échoué d’une encolure dans le Victoria Derby (Gr1). En Australie, on dénombre pas moins de sept Derby ! Mais il est impossible de tous les courir. Le Victoria Derby est en novembre (début avril chez nous). Le Tasmanian Derby est en février. L’Australian Derby et le Western Australian Derby (Gr2) sont le même jour en avril. Le South Australian Derby est situé début mai. Et le Queensland Derby (Gr1) le dernier samedi du mois. Le dernier Derby est dans le nord, à Darwin. Il se disputera cette année fin juillet, quand la saison se termine.

Samedi, c’est le Queensland. Quatre Derby, ce serait énorme. Après le South Australian Derby, Ciaron Maher a expliqué  à la presse australienne : « Explosive Jack est un poulain très fiable, bien dans sa tête et il continue à progresser. Je n’aime pas trop envoyer les 3ans de son profil au paddock pendant l’hiver (australien). On risque de ne pas les avoir affûtés pour les grandes courses de printemps [automne chez nous, ndlr]. Il a couru huit fois, avec de bons intervalles entre chaque sortie. Et il sera en  forme pour le Queensland Derby (Gr1). Son grand objectif est la Melbourne Cup (Gr1). »

Le rêve Melbourne Cup. Le copropriétaire Mick Johnson est revenu sur l’achat d’Explosive Jack : « Avant de reprendre sa carrière d’entraîneur, Peter Moody s’est rendu à la vente de Karaka. Et il m’a passé un coup de fil pour me signaler un fils de Jakkalberry qui lui plaisait. J’ai donné mon feu vert, il a acheté Explosive Jack. Je l’ai syndiqué avec des amis. Il faut toujours rêver et le rêve de tous – dans les courses – est d’avoir un partant dans la Melbourne Cup. Si tout se passe bien, il peut avoir sa chance le premier mardi de novembre. » En attendant le quatrième Derby et la Melbourne Cup, Explosive Jack a déjà gagné 1,73 million de dollars australiens  (1,02 M€).

La Nouvelle-Zélande, terre de la tenue. Explosive Jack, comme la majorité des bons chevaux de tenue en Australie, est un produit de l’élevage de Nouvelle-Zélande. Son père, Jakkalberry, avait atteint un rating de 120 lors de son succès dans le Gran Premio di Milano. Il a eu une carrière très solide, mais n’avait pas assez de précocité et de vitesse pour les éleveurs d’Europe et d’Australie. Explosive Jack a trouvé sa place à Novara Stud en Nouvelle-Zélande, où il est malheureusement mort après quatre saisons. La mère, Extra Explosive, gagnante de Listed en Nouvelle-Zélande, est issue d’Ekraar (Red Ransom), qui avait remporté le Gran Premio del Jockey Club (Gr1) pour la casaque du cheik Hamdan Al Maktoum. Il a fait la navette entre l’Italie et la Nouvelle Zélande avant de rester dans l’hémisphère Sud. Une demi-sœur d’Extra Explosive, Explosive Dancer (San Luis), a donné Vin de Dance (Roc de Cambes), lauréat du New Zealand Derby (Gr1). Explosive Jack ne pouvait venir que de Nouvelle-Zélande… le pays de la tenue.