Le magazine : week-end du Grand Steeple : que nous apprend le tracking ?

Courses / 24.05.2021

Le magazine : week-end du Grand Steeple : que nous apprend le tracking ?

Par Christopher Galmiche

Le tracking s’est aussi immiscé dans la discipline de l’obstacle. Il permet de comparer les deux dernières éditions du Grand Steeple-Chase de Paris et de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Grs1), et d’étalonner les performances des autres gagnants de ce week-end d’exception.

  • GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS

Un vrai copier-coller de l’édition 2020

Docteur de Ballon (Doctor Dino) a été vraiment exceptionnel pour gagner ce Grand Steeple 2021. Exceptionnel, comme sa capacité d’accélération qui lui permet de passer de dernier à premier en moins de 1.000m. Une accélération que l’on voit rarement chez les steeple-chasers marathoniens. Avec Docteur de Ballon, la tactique n’est pas compliquée. Il faut attendre parmi les derniers et bouger après le rail-ditch. C’est le scénario de ses trois succès de Gr1, si bien que visuellement, le Grand Steeple 2020 et 2021 se ressemblent presque comme deux gouttes d’eau pour le Docteur.

Le tracking ne dit pas autre chose. En 2020 comme en 2021, c’est lors des mille derniers mètres qu’il a été le plus rapide du peloton avec un temps de 1’11’’49 cette année contre 1’08’’48 l’an dernier. Le temps final est quasi similaire à celui du Grand Steeple 2020 (7’41’’59 en 2021 contre 7’40’’90 en 2020) sur une piste qui était similaire en termes de pénétrométrie.

Pourtant, avec une qualité de lot supérieure à l’édition 2020 et un rythme de course qui semblait plus élevé, on s’attendait à ce que le chrono s’affole un peu plus cette année. Malgré des adversaires encore meilleurs, Docteur de Ballon n’a eu qu’à répéter sa performance de l’an dernier pour gagner. C’est dire sa classe !

La réduction kilométrique a été la même à peu de choses près (1’16’’80 en 2020 contre 1’16’’90 en 2021). Son parcours détaillé par le tracking est le strict copier-coller du 18 octobre 2020 : il galope parmi les derniers jusqu’au rail-ditch et entame son effort seulement après cet obstacle. C’est durant les derniers mille mètres que sa vitesse maximale est atteinte. Mais c’est là qu’intervient une différence entre ses deux succès dans le Grand Steeple. En 2020, il avait dépassé les 58 km/h sur cette partie du parcours. En 2021, sur un terrain légèrement plus rapide, il lui a suffi d’évoluer à 55km/h pour l’emporter.

Conclusion : pour donner chaud au Docteur, il faut avoir un cheval capable de prendre vingt longueurs au peloton sur la piste extérieure en les maintenant jusqu’au bout. Ou alors un cheval qui peut attendre et finir fort après l’avoir pisté. Mais dans les deux cas, ce cheval n’existe pas, pour le moment !

Galléo Conti **, la belle impression. En dehors de Docteur de Ballon évidemment, la belle impression de ce Grand Steeple a été Galléo Conti ** (Poliglote). Depuis ses 3ans, ce frère du champion Silviniaco Conti (Dom Alco) respire la classe. Les 6.000m ne lui ont pas fait peur et il a fini fort pour accrocher la troisième place. Grâce au tracking, cette belle impression est confirmée par les données. De fait, il a conclu son parcours à une vitesse moyenne de 47,4km/h. Seul Docteur de Ballon est allé plus vite. À seulement 5ans, Galléo Conti a de grandes choses à accomplir devant lui.

  • GRANDE COURSE DE HAIES D’AUTEUIL (Gr1)

La domination de L’Autonomie ** confirmée par les temps

La Grande Course de Haies d’Auteuil 2021 a été exceptionnelle avec une victoire par K.O. de L’Autonomie ** (Blue Brésil), pour laquelle les petits détails ont fait la différence le jour J. Elle a écœuré ses rivaux au terme d’une course sans concession. Sur le moment, on a pensé qu’elle n’était jamais allée aussi vite. Mais l’étude du tracking contredit cette impression. Son temps est de 6’19’’82 en 2021 contre 6’06’’88 en 2020 lorsqu’elle a conclu deuxième derrière Paul’s Saga ** (Martaline), laquelle avait signé un temps de 6’06’’76. Sur une piste collante, donc plus souple que samedi, L’Autonomie s’était plus usée en allant devant. Elle avait d’ailleurs été la plus rapide sur tous les tronçons de la course l’an dernier, jusqu’aux mille derniers mètres où Paul’s Saga avait pris le relais. Sa réduction kilométrique de 1’11’’90 est là pour le prouver. Logiquement, ça lui avait coûté cher en fin de parcours.

En 2021, le scénario a été différent. Le terrain était moins pénible (indice de 4,1), la réduction kilométrique a été de 1’14’’50 et c’est Galop Marin (Black Sam Bellamy) qui l’a emmenée. Elle ne s’est pas bagarrée avec lui et au lieu d’avoir été la plus rapide sur quasiment tous les tronçons, elle a attendu la fin de course pour passer à l’attaque. Sa vitesse moyenne a été moins élevée en 2021 qu’en 2020 (46,1 km/h contre 48,9 km/h). En revanche, ce qui est saisissant avec L’Autonomie et ce qui témoigne de sa grande classe, c’est qu’elle est en mesure de maintenir une vitesse moyenne assez élevée. Elle peut aussi avoir une vitesse maximum de plus de 58 km/h, comme dans les deux dernières éditions de la Grande Course de Haies d’Auteuil. Cela explique beaucoup de choses quant à sa capacité à détruire l’opposition. Elle est simplement dans son train à une vitesse élevée, train que les autres ne peuvent pas suivre sans se mettre dans le rouge. C’est d’ailleurs ce que disait Kévin Nabet, jockey de Paul’s Saga, lauréate en 2020 et deuxième en 2021 : « J'aurais préféré garder les deux premiers à portée de fusil, mais ce n'était pas possible. Ma jument était dans son train et les deux animateurs se sont tapé une drôle de course. »

  • PRIX ALAIN DU BREIL - COURSE DE HAIES DE PRINTEMPS DES 4ANS (GR1)

Hermès Baie, de la trempe des grands

Hermès Baie (Crillon) règne vraiment sur les hurdlers de 4ans. Le seul qui l’a approché de très près, Haut les Cœurs ** (Saddler Maker), est sur la touche actuellement. Lors de sa victoire dans le Prix Alain du Breil (Gr1), il a pris la tête en face et s’est amusé de ses rivaux pour finir. C’est d’ailleurs lui qui a été le plus rapide lors des derniers 2.000m. Sa vitesse moyenne n’a fait qu’augmenter durant le parcours, ce qui n’est pas commun depuis que l’on dispose du tracking en obstacle. Sa réduction kilométrique est très bonne également puisqu’elle est de 1’12’’20. Avec cette réduction kilométrique, Hermès Baie aurait en théorie fini dans les cinq premiers du Prix Hypothèse (Gr3). En effet, dans cette course, L’Autonomie avait signé une réduction de 1’11, pas si éloignée de celle d’Hermès Baie. La musique du représentant de la famille Papot laisse présager que c’est un champion en herbe. Et le tracking confirme cette impression.

  • PRIX FERDINAND DUFAURE (GR1)

Le Listrac, un bon leader

Bien sûr, il faut tenir compte de l’absence de Metasequoia (Joshua Tree), mais Le Listrac (Balko) a gagné son statut de leader de la promotion des steeple-chasers de 4ans en gagnant le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) après son succès dans le Prix Jean Stern (Gr2). Fidèle à ce qui a fait sa force dans le Jean Stern, il a attendu longtemps avant de finir fort. C’est d’ailleurs lui qui a signé la fin de course la plus rapide. Malheureusement, on ne peut pas comparer son succès avec le Maurice Gillois (Gr1) de Le Berry ** (Gémix) ou d’autres Groupes pour les steeple-chasers de 4ans. Donc nous avons pris pour référence un Groupe pour chevaux d’âge, couru sur le même parcours : le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) remporté par Feu Follet ** (Kapgarde). Il ne faut pas oublier que ces 4ans sont appelés à venir grossir les rangs des prétendants au Grand Steeple ! Comparaison n’est pas raison, mais Le Listrac a une réduction kilométrique de 1’19’’50 ce dimanche contre 1’19’’00 pour Feu Follet. De même sa vitesse moyenne est de 55,84 km/h contre 55,80 km/h pour le représentant de Pierre Pilarski. Ce qui est aussi intéressant avec le pensionnaire de François Nicolle, c’est qu’il est capable de maintenir une vitesse élevée (au-dessus de 50 km/h) en fin de parcours, à partir du mur en pierre. Et sa tactique peut lui permettre de durer et de s’imposer face aux chevaux d’âge l’année prochaine. Les dauphins de Le Listrac ont aussi des profils pour faire de bons chevaux d’âge. Dans l’ordre, il s’agit de L’Aubonnière ** (Doctor Dino), Hadès ** (Masterstroke) et Gold Tweet (On Est Bien). L’Aubonnière a fini le plus vite et c’est elle qui a la deuxième meilleure vitesse moyenne (58,54 km/h) de la course. Quand elle peut attendre comme dimanche, elle peut faire de grandes choses. Dans un style différent, Hadès part vite et peut maintenir longtemps son allure. Quant à Gold Tweet, il est monté en puissance au fil du parcours, accentuant sa vitesse jusqu’au bout.

  • LES 3ANS

Matilda du Berlais ** et Paradiso **, maîtres incontestés

Ce week-end à Auteuil, les 3ans – poulains et pouliches – s’affrontaient séparément. Les pouliches étaient en piste samedi dans le Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L) et les poulains dans le Prix Stanley (L), dimanche. Le verdict de ces deux courses a confirmé que David Cottin était le maître chez les 3ans avec Matilda du Berlais ** (Martaline) et Paradiso ** (Kapgarde). Les deux partagent plusieurs points communs. Ils sont très bien nés, ont débuté victorieusement dans le Prix Wild Monarch (L) et ont été très impressionnants en piste. Mais ça ne s’arrête pas là. Via le tracking, on s’aperçoit qu’ils ont réalisé la même réduction kilométrique (1’13’’60), quasiment la même vitesse maximale (57,64 km/h pour Matilda du Berlais contre 57,46 km/h pour Paradiso) et presque la même vitesse moyenne (48,6 km/h pour la femelle, 48,1 km/h pour le poulain). Paradiso a fini plus vite sur le plat, mais son jockey, Kévin Nabet, l’a fait travailler alors que la représentante de Magalen Bryant a terminé son parcours en roue libre. Par les impressions visuelles comme par les temps, Paradiso et Matilda du Berlais sont au-dessus de leur promotion pour le moment. Si un match a lieu entre eux deux dans le Prix Cambacérès (Gr1), ça pourrait être explosif !