Le mot de la fin : coup de tonnerre

Le Mot de la Fin / 09.05.2021

Le mot de la fin : coup de tonnerre

Dans l’après-midi de dimanche, soit la matinée aux États-Unis, la rumeur a commencé à se propager sur les réseaux sociaux : Bob Baffert est arrivé à Churchill Downs en présence de son avocat. Aïe. Dans la foulée, l’entraîneur donne rendez-vous aux médias à 9 h 30 du matin, devant son barn. Re-aïe… Et l’annonce tant crainte est tombée. Bob Baffert a parlé pendant une dizaine de minutes : samedi, il a reçu les résultats du contrôle antidopage de Medina Spirit (Protonico), gagnant du Kentucky Derby une semaine auparavant. Ils sont positifs à la bétaméthasone, un corticostéroïde. C’est un coup de tonnerre pour les courses américaines…

Bob Baffert clame son innocence : « Tout ce que je peux vous dire, c’est que la bétaméthasone est une médication thérapeutique autorisée mais que nous n’en avons pas donné à ce cheval. De fait, Medina Spirit n’a jamais reçu de la bétaméthasone en traitement. Je n’arrive pas à croire que je sois là, en face de vous. Hier, j’ai reçu le plus gros coup de poing de ma carrière, pour quelque chose que je n’ai pas fait. » Le problème est qu’il s’agit d’un nouveau cas de cheval positif entraîné par Bob Baffert. Ces dernières années, Justify (Scat Daddy), Gamine (Into Mischief – à deux reprises) ou encore Charlatan (Speightstown) ont tous aussi testés avec des seuils de médication supérieurs à la limite autorisée après une course. Bob Baffert a toujours plaidé son innocence et la contamination accidentelle et n’a jamais été sanctionné que par des amendes (les autorités du Kentucky ayant fait sauter une suspension de quinze jours). Medina Spirit a été testé avec 21 picogrammes de bétaméthasone dans son système. Il n’a pas été (encore ?) disqualifié, dans l’attente des résultats de l’échantillon B.