Pour son premier épisode, Guest Star place la barre très haut

Autres informations / 07.05.2021

Pour son premier épisode, Guest Star place la barre très haut

Des sportifs de premier plan se lancent dans les courses. Equidia leur consacre une émission, la première avec le perchiste Renaud Lavillenie. Carine Galli, animatrice venue des médias sportifs, a répondu à nos questions.

Par Guillaume Boutillon

Jour de Galop. – L’émission Guest Star sera diffusée samedi sur Internet et dimanche soir sur Equidia. Quel est le concept ?

Carine Galli. - L’idée est de montrer à quel point un sportif de haut niveau peut être passionné et investi dans les courses hippiques. Et surtout qu’il partage avec nous sa passion. Ces sportifs ont l’habitude d’être interrogés sur leur sport. Lorsqu’ils se confient sur autre chose, ils ont souvent les yeux qui brillent. Ils se livrent bien plus. On les découvre sous un nouvel angle et c’est très rafraîchissant. Pour eux, derrière cette passion des courses, il y a souvent une histoire qui remonte à l’enfance. Et eux-mêmes souhaitent la transmettre à leurs enfants.

Comment s’est passé le tournage de ce premier épisode ?

Nous sommes donc allés à Montigny-sur-Canne, dans la Nièvre, chez Thierry Cyprès, à la tête du domaine du Pont. Nous y avons été super bien accueillis. C’est là que nous avons rencontré Renaud Lavillenie. Nous avons choisi de commencer par lui car l’arrivée dans les courses de ce grand champion n’est pas passée inaperçue. Il a été très heureux de participer à l’émission. L’idée était donc qu’il se confie sur sa passion et qu’il nous montre comment, par exemple, il apprenait au contact de Jules Cyprès, perchiste de haut niveau lui aussi et fils de Thierry. C’est lui qui le guide. Le voir évoluer dans un univers qui est loin du saut à la perche est aussi assez saisissant. Son père avait un centre équestre. Mais les courses, c’est tout nouveau pour lui. Lorsque nous l’avons filmé, il venait juste d’obtenir l’agrément de France Galop et de choisir ses couleurs. C’était vraiment le début de l’aventure pour lui. Et puis, quelque part, tout a un lien. Lui qui était champion de saut à la perche est propriétaire de sauteurs ! C’est plutôt amusant.

Cette nouvelle émission va-t-elle s’inscrire dans le temps ? D’autres sujets sont-ils en préparation ?

Oui, nous espérons diffuser un épisode par mois. Le premier, avec Renaud Lavillenie, dure 26 minutes. Pour les autres, nous adapterons le format. Le deuxième, déjà tourné, sera consacré au footballeur de Reims Mathieu Cafaro. Ce qui était génial avec lui, c’est qu’il envisage, une fois sa carrière terminée, de devenir driver amateur. Lundi, nous allons tourner un épisode consacré à l’ancien gardien de but Lionel Charbonnier. Pour la suite, nous avons beaucoup d’idées car de plus en plus de sportifs investissent dans les courses : Astier Nicolas, Antoine Griezmann, Clément Lenglet, Tony Parker…

Comment est née l’idée d’une telle émission ?

D’une réflexion avec Arnaud de Courcelles [directeur du pôle médias des institutions hippiques, ndlr]. Il me connaissait du monde du foot. Ensuite, j’ai été amenée à faire l’émission Top Départ sur les courses lorsque M6 a récupéré les droits. Il savait que j’avais envie d’aller dans l’échange. Vers un programme où une personnalité nous parle de sa passion. Je caricature un peu, mais cela fait 11 ans que j’évolue dans le foot et, parfois, on a un peu l’impression lorsqu’on interroge un footballeur de lui "demander un rein". Lorsque vous interviewez un sportif de haut niveau au sujet des courses, vous obtenez une réponse beaucoup plus positive. C’est très appréciable, et j’avais vraiment envie d’aller là-dedans. Cet échange qu’on ne peut plus forcément avoir dans le milieu du foot, du moins qui devient de plus en plus rare, je le retrouve complètement ici.

Il y a encore 2 ans, vous ne connaissiez pas du tout les courses. Quel regard portez-vous sur cet univers aujourd’hui ?

Je ne suis pas du tout une spécialiste, mais j’ai découvert un monde bien plus ouvert que je ne le pensais. J’ai vécu en Australie et, là-bas, les courses sont totalement démocratisées. Je m’y rendais avec des amis. En France, j’en avais une image beaucoup plus feutrée, fermée. Avant d’animer Top Départ, je ne m’étais jamais rendue sur un hippodrome français. Les gens que j’ai pu rencontrer jusqu’à maintenant ont juste envie de transmettre leur passion et de parler au plus grand nombre. L’image que j’en ai désormais est totalement différente. C’est même l’inverse !

Diffusion en avant-première samedi 8 mai 18 h 30 sur Facebook et YouTube

Diffusion dimanche 9 mai à 20 h 30 sur Equidia

Pour découvrir la bande-annonce de l’émission, cliquez ici https://www.youtube.com/watch?v=188s3zrSzuk