Prix d’Hédouville (Gr3) : In Swoop, le King of cool

Courses / 13.05.2021

Prix d’Hédouville (Gr3) : In Swoop, le King of cool

Prix d’Hédouville (Gr3)

In Swoop, le King of cool

C’est sous un ciel d’orage que le Prix d’Hédouville (Gr3) s’est élancé. In Swoop (Adlerflug), au rond, n’était troublé ni par le tonnerre qui grondait, ni par les quelques éclairs zébrant le ciel, marchant avec sa bonhomie attachante. En piste, la coolissime attitude du représentant du Gestüt Schlenderhan est plus angoissante !

La course a été animée par Nagano Gold (Sixties Icon), vite venu relayer Influx (Golden Horn), In Swoop patientant dans le sillage de ce dernier. In Swoop a suivi tranquillement et, dès la fausse ligne droite, Olivier Peslier a dû commencer à l’actionner. Et le jockey a fait de la musculation jusqu’au passage du poteau ! In Swoop s’impose d’une longueur un quart devant The Good Man (Manduro), bon finisseur. Sublimis (Shamardal), à l’arrière le long de la corde, est troisième à une longueur et demie, prenant une courte tête à Influx.

Chantilly ou Epsom. Le King of cool est normalement Steve McQueen mais, du côté équin, nous avons bien envie de décerner le surnom à In Swoop ! Pour son entourage comme pour les parieurs, il y a de quoi avoir des sueurs froides. Avec le Prix d’Hédouville, In Swoop renoue avec le succès, lui qui ne s’était pas imposé depuis le Derby allemand (Gr1). Mais on se souvient bien de ses deuxièmes places dans le Grand Prix de Paris puis dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Grs1).

In Swoop restait sur une deuxième place dans le Prix Lord Seymour (L) pour sa rentrée, où il était battu de trois quarts de longueur par Sublimis en lui rendant un 1,5 kg. L’imposant poulain a progressé sur cette sortie et il doit encore avoir de la marge, comme l’a dit son entraîneur Francis-Henri Graffard : « Ce n’est pas vraiment un plaisir de le regarder courir (rires) ! C’est un peu stressant, il faut l’empoigner fort ! Il ne gagnera jamais de loin. Il est monté sur sa rentrée et je pense qu’il va encore beaucoup progresser sur cette course. Je le préfère en terrain souple car il aime cela, il est un peu raide. Cela l’aide. Pour la suite, il y a deux options : le Grand Prix de Chantilly (Gr2) qui arrive dans la foulée et il est engagé dans la Coronation Cup (Gr1) à Epsom. Nous allons en discuter avec le propriétaire et nous aviserons. Concernant Epsom, c’est surtout une question de tenue. Nous prenons le programme comme il vient et suivons le plan établi durant l’hiver, où je pensais le rentrer dans la Listed puis courir ici. Dès le début de l’année, il était prévu de le garder sur 2.400m. »

The Good Man en progrès. Vu dans les Quintés depuis le début de l’année (une troisième place puis deux victoires), The Good Man ne cesse de repousser ses limites : en mars, il était en 35 de valeur, avant de progresser à 38 puis à 42,5. Le pensionnaire de Stéphane Wattel fait très plaisir à son propriétaire, Adrian Pratt, membre du Jockey Club britannique et directeur de l’hippodrome de Plumpton. Il était très ému lorsque nous l’avons contacté au téléphone : « C’est un cheval que nous avons acquis à l’amiable grâce à son co-éleveur Gérard Larrieu, sur suggestion de Stéphane Wattel. The Good Man a progressé depuis le début de la saison de manière remarquable et il devient black type après deux succès. Il a pris trois centimètres cet hiver et progresse de course en course. Stéphane Wattel a fait un travail merveilleux avec lui. Passer d’une victoire de Quinté à une bonne deuxième place derrière un cheval de la classe d’In Swoop, c’est remarquable. J’ai même du mal à le croire ! Nous courions pour la cinquième place ! J’ai eu de bons sauteurs, mais celui-là est mon meilleur cheval de plat. Même si j’ai eu des parts dans Waterway Run (Arch), lauréate des Oh So Sharp Stakes (Gr3). »

Sublimis mieux en bon terrain. Sublimis venait de battre In Swoop dans le Lord Seymour, en bon terrain et en recevant du poids de son rival. Il avait montré une très belle accélération ce jour-là, et jeudi, il a été moins percutant sur une piste jugée à 3,5 (souple). Représentante en France de Godolphin, Lisa-Jane Graffard nous a dit sur le pensionnaire d’André Fabre : « Nous sommes satisfaits. Il est peut-être moins efficace sur pistes assouplies. Nous allons réfléchir pour la suite, il n’est pas impossible de le revoir sur plus long. André Fabre décidera. » Sublimis avait notamment pris la troisième place du Prix Gladiateur (Gr3) l’an passé, avant d’échouer dans un Qatar Prix du Cadran (Gr1) disputé en terrain lourd et à un rythme effréné.

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/IN-SWOOP.pdf

Le produit de deux classiques. In Swoop a été élevé par le Gestüt Schlenderhan… comme son père, le gagnant du Derby allemand (Gr1) Adlerflug (In the Wings) et sa lignée maternelle sur sept décennies ! On regrette d’autant plus son géniteur qu’il réalise une magnifique saison 2021 (quatrième étalon européen selon le pourcentage de black types par partants).

Iota (Tiger Hill), la mère a remporté le Preis der Diana (Gr1) en 2005, l’une des deux éditions disputées à Hambourg. On lui doit aussi Igraine (Galileo), gagnante de Gr3 en Nouvelle-Zélande et Iniciar (Galileo), deuxième du Prix André Baboin (Gr3). Sa 3ans par Australia (Galileo) est à l’entraînement chez Gavin Hernon. La jument a été saillie par Highland Reel (Galileo) en 2020. Iota est par ailleurs déjà la deuxième mère de deux autres black types : Ison (Wiener Walzer), deuxième du Prix Max Sicard (L) et In Memory (Reliable Man), troisième du BBAG Diana Trial (L) à Mulheim.

La deuxième mère, Iora (Konigsstuhl), a aussi produit Ioannina (Rainbow Quest), troisième du Preis von Europa (Gr1) et Illo (Tertullian), deuxième du Westminster Preis Der Deutschen Einheit (Gr3, 2.000m) à 4ans.

La famille remonte à une jument achetée en France par le Gestüt Schlenderhan dans les années 1940. Il s’agit de Yonne (Indus), une élève de François Dupré qui avait remporté la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) en 1939 !

Sadler’s Wells

In the Wings

High Hawk

Adlerflug

Last Tycoon

Aiyana

Alya

IN SWOOP (M4)

Danehill

Tiger Hill

The Filly

Iota

Koniggstuhl

Iora

Incitation

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’36’’67

De 1.000m à 600m : 24’’27

De 600m à 400m : 12’’59

De 400m à 200m : 11’’37

De 200m à l’arrivée : 11’’91

Temps total : 2’36’’81