Greffulhe (Gr2) : Baby Rider, 25ans après Ragmar !

Courses / 01.05.2021

Greffulhe (Gr2) : Baby Rider, 25ans après Ragmar !

Saint-Cloud, samedi

Un mois après sa victoire à Saint-Cloud dans le Prix Tourbillon (Classe 1), Baby Rider (Gleneagles) n’a pas manqué ses débuts au niveau black type en triomphant dans cette 135e édition du Prix Greffulhe (Gr2). Il a ainsi apporté une deuxième victoire dans l’épreuve au triptyque formé par Jean-Louis Bouchard, Pascal Bary et Gérard Larrieu, déjà lauréats en 1996 avec Ragmar (Tropular), futur lauréat du Prix du Jockey Club (Gr1). Jean-Louis Bouchard garde son titre par la même occasion, lui qui s’était imposé en 2020 avec Gold Trip (Outstrip).

Il a fallu lutter. Bien parti, Baby Rider a longtemps galopé en deuxième position nez au vent à l’extérieur de l’animateur, Smile Makers (Kendargent). Accélérant sèchement côté corde à 500m du but, ce dernier a vu le futur lauréat arriver à sa hauteur à 150m du but. Les deux poulains se sont rendu coup pour coup, mais Baby Rider a fini par prendre l’avantage à 50m du poteau, en s’imposant d’une encolure. Son jockey, Stéphane Pasquier, qui le montait pour la deuxième fois de suite, a commenté au micro d’Equidia : « La course a été régulière. Les deux chevaux de tête ont accéléré fort sur toute la ligne droite. Ils ont été très puissants jusqu’en haut et c’est plutôt bon signe. Baby Rider est maniable, comme beaucoup de chevaux entraînés par Pascal Bary. Je passe un message à toute l’équipe car ils font du très bon boulot, et c’est très agréable. Il y a beaucoup de 3ans cette année mais je pense que lui, il fait quelque chose. Déjà, il confirme sa bonne rentrée. » Le favori, Martial Eagle (Adlerflug), a bien conclu en dehors pour compléter le podium à deux longueurs et demie, à l’issue d’un parcours en avant-dernière position. Pouvoir Royal (Mayson), lui aussi attentiste, a pris la quatrième place devant Cash Equity (Toronado).

Il n’a pas encore tout montré. Deuxième de Normandy Bridge (Le Havre) à ParisLongchamp dans le Prix de Fontenoy (Inédits), le 3 septembre, Baby Rider n’a plus connu la défaite depuis. Gagnant d’un maiden le 16 octobre à Fontainebleau, il a ensuite effectué une rentrée victorieuse le 3 avril dans le Prix Tourbillon (Classe 1). Il ne gagne jamais de très loin, mais l’important est de gagner ! Engagé dans le Prix du Jockey Club et le Grand Prix de Paris (Grs1), Baby Rider sera revu le 6 juin dans le classique cantilien, comme l’a confirmé Pascal Bary : « Je suis très content. Baby Rider a fait sa rentrée il y a un mois, et je pense qu’il pourrait être encore mieux que maintenant. Il y a très longtemps que je l’aime bien. Le poulain m’avait déçu à Fontainebleau quand il avait gagné à l’arraché ; mais l’autre jour, il a vraiment bien gagné, comme aujourd’hui. Je ne pense pas qu’il a eu une course trop dure. Rendez-vous désormais à Chantilly ! » Vingt-trois poulains ont réussi le doublé Greffulhe/Jockey Club, le dernier en date étant Study of Man (Deep Impact) en 2018, lequel était entraîné par Pascal Bary… et monté par Stéphane Pasquier !

Mention très bien pour Smile Makers. Smile Makers est vraiment un chic poulain : en huit sorties, le représentant du haras de la Gousserie n’est jamais descendu du podium. Deuxième en fin d’année du Prix Delahante (L), il a signé deux victoires cette année : l’une dans un maiden à Marseille-Vivaux, l’autre dans une Classe 2 bellifontaine. Entre ces deux succès, Smile Makers avait conclu très proche troisième du Prix Tourbillon. Son entraîneur, Frédéric Rossi, nous a dit : « La ligne du Prix Tourbillon répète, c’est positif. Il avait été battu par Baby Rider dans une course qui s’était jouée sur un sprint et il n’est pas taillé pour ça, d’autant plus que le terrain était léger. Mais il avait tracé de très beaux derniers 200m. Ensuite, il est allé à Fontainebleau et j’avais déjà l’idée du Greffulhe en tête : comme j’ai la chance d’avoir une antenne à Chantilly, j’avais demandé à Juan [son assistant, ndlr] de préparer un box s’il venait à gagner facilement à Fontainebleau. Et son propriétaire n’a pas peur des défis ! Nous sommes ravis de cette deuxième place. Il avait une belle action, une bonne locomotion. Le Jockey Club est possible. Il faut souligner tout le travail de l’équipe avec lui : on a mis longtemps à trouver les bons boutons, il était très caractériel. Il court avec le bonnet mais nous pourrions le lui enlever un jour. Il a pris de la maturité. Nous l’avons toujours aimé puisqu’il a été engagé dans les classiques. »

Martial Eagle desservi par la distance et le terrain. Après deux places sur 2.000m et 2.200m, Martial Eagle avait fait très forte impression en ouvrant son palmarès par trois longueurs et demie dans un maiden clodoaldien sur 2.400m, le 6 avril. Le terrain était annoncé bon ce jour-là à 3,2, soit le même indice pénétrométrique que samedi. Son entraîneur, Francis-Henri Graffard, pense néanmoins que Martial Eagle sera meilleur sur une piste plus souple. Il nous a dit : « C’est un poulain de 2.400m et de terrain souple. Il court bien. Je suis persuadé qu’il pourra remporter son Groupe à l’automne. Nous allons discuter avec le propriétaire pour la suite. Le Derby allemand (Gr1) pourrait être une option. »

Sa mère est placée du Prix Cérès (L). Baby Rider, un élève d’Aliette et Gilles Forien, a été vendu 220.000 € à Gérard Larrieu lors de la vacation d’août. C’est un fils de l’étalon de Coolmore Gleneagles (Galileo), dont il est le cinquième gagnant de Groupe individuel. Sa mère, Gyrella (Oasis Dream), a gagné une course F pour ses débuts au printemps de ses 2ans, sur les 1.000m de Chantilly, ainsi qu’une autre course F en fin d’année de 3ans, sur les 1.400m du Mans. Gyrella a terminé sa carrière par une troisième place dans le Prix Cérès (L). Baby Rider est le quatrième produit de la jument et son deuxième gagnant après Mythic (Camelot), lauréate de deux courses à conditions à 2ans et à 3ans sur 1.600m et 2.000m, mais aussi cinquième des Prix Bertrand de Tarragon (Gr3) et des Lilas (L). Gyrella a une yearling par Cracksman (Frankel) et un foal par Cloth of Stars (Sea the Stars). Elle doit être saillie par Romanised (Holy Roman Emperor).

Gyrella est une propre sœur de Torentosa, deuxième du Critérium de Vitesse (L). Mais c’est surtout une sœur de l’étalon Wings of Eagles (Pour Moi), vainqueur du Derby d’Epsom et troisième de l’Irish Derby (Grs1). La deuxième mère, Ysoldina (Kendor), a gagné à 2ans et s’est classée deuxième du Prix de la Grotte (Gr3) et troisième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). C’est une propre sœur de Causa Proxima, troisième du Prix la Sorellina (L), mais aussi une sœur de Belle et Célèbre (Peintre Célèbre), lauréate du Prix Saint-Alary (Gr1), et des gagnants de Groupe Whortleberry (Starborough), Appel au Maître (Starborough) et Valentino (Valanour).

PEDIGREE WEATHERBYS

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/BabyRider.pdf

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Galileo

 

 

 

 

Urban Sea

 

Gleneagles

 

 

 

 

 

Storm Cat

 

 

You’resothrilling

 

 

 

 

Mariah’s Storm

BABY RIDER (M3)

 

 

 

 

 

 

Green Desert

 

 

Oasis Dream

 

 

 

 

Hope

 

Gyrella

 

 

 

 

 

Kendor

 

 

Ysoldina

 

 

 

 

Rotina

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’09”29

De 1.000m à 600m : 25”85

De 600m à 400m : 11”61

De 400m à 200m : 11”43

De 200m à l’arrivée : 11”93

Temps total : 2’10”12