Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) : Skazino, la révélation des longues distances

Courses / 24.05.2021

Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) : Skazino, la révélation des longues distances

ParisLongchamp, lundi

Personne n’achète ou n’élève de stayers. Mais lorsqu’on en possède un bon, c’est un vrai bonheur, tant leur programme est riche, notamment à l’international. Si Skazino (Kendargent) a de la tenue dans son pedigree maternel, il fallait beaucoup d’imagination pour le voir briller au-delà de 2.400m. Pourtant, c’est bel et bien un remarquable stayer, comme il vient de le prouver en remportant le Prix Vicomtesse Vigier (Gr2). Un succès qui confirme celui acquis avec autorité dans le Prix de Barbeville (Gr2). Deux victoires décrochées sur des pistes assouplies où le représentant du haras de la Gousserie a un très bel avenir. Sa valeur actuelle n’a plus rien à voir avec celle du cheval qui courait encore le Défi du Galop – sur plus court donc – au mois d’avril. 

Au-dessus du lot. Le futur lauréat a galopé en troisième position, dans les traces de l’animatrice, Karlarina (Le Havre), avec l’imposant The Grand Visir (Frankel) à leur extérieur. Les positions sont restées les mêmes jusqu’à l’entrée de la ligne droite. Mickaël Barzalona a attendu avant de lancer Skazino, alors que Karlarina et The Grand Visir ont commencé à batailler dans la fausse ligne droite. Calé le long du rail opposé aux tribunes, Skazino a rapidement eu la voie libre. Et il a très nettement fait la différence dans la phase finale pour s’imposer de deux longueurs sur Valia (Sea the Stars). Vue dans son sillage, elle n’a rien pu faire lorsqu’il a accéléré. L’anglais The Grand Visir est troisième à six longueurs.

En pensant à 2022. Tout en tenant son cheval en main, Cédric Rossi a déclaré : « Bravo à ma femme et à mon maréchal. Sans son fer collé, il n’aurait pas pu courir. On a vraiment trouvé sa distance. Il a montré de la classe. C’est moi qui ai fait l’erreur de le courir sur trop court par le passé. » Son propriétaire, Kamel Chehboub nous a confié : « Par le passé, c’était déjà un bon cheval, qui nous faisait grandement plaisir. Mais désormais, c’est une révélation sur la distance. Il montre qu’il vaut les meilleurs français dans cette catégorie. Nous allons prendre notre temps avec lui car il donne vraiment tout à chaque course. Il est trop tôt pour aller à l’étranger. Mais déjà, en fin d’année, il courra une belle. Pour l’instant, il va sûrement prendre un break. Nous sommes vraiment heureux. Et nous espérons que cela va continuer. Nous avons du temps pour penser à son programme. Mais ce qu’il a fait, c’est déjà exceptionnel. Je souhaite à tout propriétaire d’avoir un cheval comme ça. Depuis ce début, il nous comble. Avec Paul Nataf et Guy Pariente, nous nous connaissons depuis un moment. Et cela fonctionne bien. Il y a un peu de chance et pas mal de travail... »

La bonne rentrée de Valia. Lauréate du Qatar Prix Chaudenay (Gr2), Valia s’est ensuite classée deuxième du Prix Royal-Oak (Gr1). Alain de Royer Dupré, son entraîneur, nous a confié : « Je suis content. Faire une rentrée sur une piste très profonde et une distance un peu longue n'est pas une chose facile. Valia a manqué un peu d'oxygène à un moment. La jument avait très belle action, elle était très souple. Elle a eu un parcours idéal. Le gagnant vient de s'envoler par deux fois : je crois que c'est un vrai spécialiste des terrains souples. C'est quand même le propre frère de Skalleti. Valia est gagnante de Gr2, et le but est de lui faire gagner un Gr1. Nous avons aussi Ebaiyra (Distorted Humor), donc il va falloir répartir le programme entre les deux. Au départ, Valia devait courir le Prix Corrida (Gr2), mais Ebaiyra était aussi engagée et nous avons dû faire un choix. Valia peut faire de 2.400m jusqu'à 3.000m. Mais pas moins. Alors qu'Ebaiyra semble désormais plus efficace sur 2.000m que sur 2.400m. Cela change la donne ! »

The Grand Visir retrouve la France avec bonheur. Remarquablement bien né, cet élève de l’écurie des Monceaux et de l’écurie Skymarc court pour une association entre Andy Bell et Fergus Lyons. Outre-Manche, il alterne entre plat et obstacle (au niveau Groupe). Formé à l’école des handicaps de tenue anglais – qui sont des épreuves de haut vol –, il restait sur une bonne deuxième place dans l’important Chester Cup Handicap. À ce jour, The Grand Visir n’avait jamais couru dans son pays de naissance. Un déplacement fructueux avec une troisième place à la clé. Lundi à ParisLongchamp, Rupert Pritchard Gordon représentait son entourage et il nous a dit : « Selon Maxime Guyon, le cheval a été très courageux. On sait qu'il a beaucoup de tenue : il fait 4.000m et a probablement moins de kick que les deux premiers. The Grand Visir résiste bien et est battu par un cheval en plein progrès, ainsi que par une bonne pouliche. Il est polyvalent et courageux, efficace dans ces terrains-là et il s'est bien comporté. »

PEDIGREE WEATHERBYS :

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/SKAZINO-1.pdf

Il y a de la tenue dans son papier maternel. Skazino a été élevé par Guy Pariente, qui est actuellement tête de liste des éleveurs de plat en France. Acheté 22.000 € par Paul Nataf aux ventes de yearlings d'octobre Arqana, alors qu’il était présenté par le haras de Colleville, il a ensuite été racheté 150.000 € par Cédric Rossi à la vente de l’Arc 2019.

Skazino est un fils de l’étalon du haras de Colleville Kendargent (Kendor). Sa mère, Skallet (Muhaymin), s’était classée troisième du Prix Pénélope (Gr3) avant de courir à réclamer en juin 2011. Guy Pariente avait alors été très inspiré en mettant un bulletin à 42.100 €. La pouliche a ensuite gagné sa Listed – le Prix Occitanie – sous sa casaque, et elle est montée sur le podium des Prix Fille de l’Air et André Baboin (Grs3). La jument est donc montée trois fois sur le podium au niveau Groupe, sur 2.000m et plus.

Plus important encore, Skallet se révèle une poulinière au palmarès impeccable : trois produits vus en piste – tous par Kendargent – et trois black types ! Outre Skazino, elle a en effet donné le septuple lauréat de Groupe Skalleti (Kendargent), lauréat notamment du Prix Dollar (Gr2) à deux reprises et du Prix d’Harcourt (Gr2), mais aussi deuxième des Champion Stakes (Gr1), et Skalleto (Kendargent), troisième du Prix du Ranelagh (L). Après deux années sans production, Skallet a eu un 2ans par Kendargent, Skalli. Elle a de nouveau visité Kendargent cette année.

La deuxième mère, Siran (R B Chesne), a gagné 16 courses de 2ans à 8ans, sur des distances comprises entre 1.400m et 2.700m. Elle a conclu deuxième du Vase d’Argent (L), mais aussi troisième du Grand Prix Gaston Defferre (L, à l’époque). Outre Skallet, Siran a donné Faylan (Indian Rocket), troisième du Critérium du Fonds Européen de l’Élevage et du Prix de Pontarmé (Ls). Siran est une sœur de Percent Premium (Johann Quatz), gagnant du Derby du Languedoc (L), mais aussi deuxième du Prix du Cher (L) sur les haies d’Enghien.

 

 

 

Kenmare

 

 

Kendor

 

 

 

 

Belle Mécène

 

Kendargent

 

 

 

 

 

Linamix

 

 

Pax Bella

 

 

 

 

Palavera

SKAZINO (H5)

 

 

 

 

 

 

A.P Indy

 

 

Muhaymin

 

 

 

 

Shadayid

 

Skallet

 

 

 

 

 

R.B Chesne

 

 

Siran

 

 

 

 

Surubinha


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 2’25’’14

1.000m à 600m : 25’’01

600m à 400m : 12’’97

400m à 200m : 11’74

200m à l’arrivée : 12’’33

Temps total : 3’27’’19