San Siro 4.0 : plat, trot, obstacle et concours

International / 07.05.2021

San Siro 4.0 : plat, trot, obstacle et concours

La cathédrale du galop italien a fêté son centenaire en 2020. Snaitech, la société qui possède l’hippodrome, a présenté un projet pour réunir toutes les activités hippiques. Fin 2022, un même lieu rassemblera des courses de plat, d’obstacle, de trot et des concours hippiques. Les commerçants et les entrepreneurs qui ont fait la force de la ville avaient choisi de garder toutes les disciplines bien séparées. Ces pères fondateurs ont investi leur argent pour construire un magnifique hippodrome de galop. Avec une piste qui a formé des cracks comme Nearco (Pharos) et Ribot (Tenerani). Et, de l’autre côté de la rue, les trotteurs. Le monde change, certains parlent d’évolution…

Avec les trotteurs. Le point fort du projet San Siro 4.0, c’est la piste de trot. L’ancien hippodrome a fermé ses portes en 2012. Il s’est vite transformé en une ruine couverte de mauvaises herbes. Milan a renoué avec le trot en 2015 grâce à l’hippodrome champêtre de La Maura. Il a été construit sur un des terrains d’entraînement proches de San Siro. Les turfistes n’ont jamais apprécié sa micro-tribune de 400 places et, faute d’éclairage de la piste, Milan a perdu plusieurs de ses grands rendez-vous. La nouvelle piste de trot, de 1.000m, sera tracée à l’intérieur de San Siro, à la place de la pelouse d’autrefois. Les courses, comme le veut la tradition en Italie, se dérouleront corde à gauche. Et les spectateurs seront logés dans la vieille Tribuna Secondaria. Elle sera réhabilitée après plus de dix ans d’abandon. Or les trotteurs évolueront à presque 100m de cette tribune.

Une PSF pour l’hiver et l’été. La célèbre pista grande, celle dont Federico Tesio disait qu’elle était la plus sélective du monde, ne sera pas affectée par le projet. Tout comme la pista media, le tracé pour les courses du quotidien. La bonne nouvelle pour les entraîneurs et les propriétaires du nord de l’Italie vient de la construction d’une nouvelle PSF de 1.800m qui doit permettre la poursuite de l’activité dans le froid de l’hiver milanais. Tout comme l’été pour les nocturnes avec éclairage. Le tracé, sur le premier projet, mesure 18m de largeur.

Le concours hippique rêve d’un cinq étoiles. Un terrain pour le CSO sera bâti à l’intérieur de la piste du trot. Avec possibilité d’installer deux tribunes provisoires qui pourront loger 10.000 spectateurs. Le rêve est d’organiser en 2023 un CSI 5 étoiles. C’est à côté de la piste du trot que seront installés les 100 boxes pour loger les trotteurs de passage. Une bonne chose, car cela évitera de massacrer le gazon avec le passage des chevaux et des sulkys.

L’obstacle. Il reste à trouver une manière de préserver les parcours d’obstacle. Ils sont tracés, avec des diagonales, à l’intérieur des pistes en gazon. Avec la nouvelle PSF et la piste du trot, il n’y a pas beaucoup de place… mais les ingénieurs sont au travail. Il ne s’agit pas d’une tâche facile. Il faudra un petit génie pour trouver de la place pour quatre sports si différents, dans un hippodrome créé pour le plat avec un peu d’obstacle. Mais Snaitech pense que c’est possible. Sous le feu de la crise, deux autres hippodromes italiens ont fait le choix d’installer une piste de trot à l’intérieur de celle de galop : Rome et Florence. Les résultats sont catastrophiques. Milan est une ville ouverte au changement. Mais elle aussi très fière de ses traditions…