Tokyo Gold galope vers deux autres Derby

Courses / 26.05.2021

Tokyo Gold galope vers deux autres Derby

Satoshi Kobayashi a retrouvé Tokyo Gold (Kendargent). C’est ce poulain qui lui a offert son premier Groupe et surtout un premier Derby, dimanche à Capannelle. L’élève de Teruya Yoshida est bien rentré à Chantilly après un long voyage. Son entraîneur peut regarder  l’avenir avec confiance. Mercredi, il nous a confié : « Son succès dans le Derby Italiano (Gr2) lui ferme beaucoup de portes. En France, il a le Prix Guillaume d’Ornano (Gr2). Je ne le juge pas assez prêt pour attaquer les Grs1 dès à présent. J’en ai discuté avec monsieur Yoshida. Il m’a suggéré le Belmont Derby. Il s’agit d’un Gr1, à l’affiche le 10 juillet, avec un million de dollars d’allocations, et sur 2.000m. Je pense qu’il peut bien s’adapter aux États-Unis car il aime les courses avec beaucoup de train. Il l’a prouvé à Capannelle. C’est un coup jouable : le niveau des courses sur le gazon aux États-Unis n’est pas le même qu’en Europe. »

Le Qatar en fin de saison. Tokyo Gold est sorti du Derby Italiano avec un rating de 104. Et il a de la marge. Satoshi Kobayashi a ajouté : « Il a décroché une valeur qu’il mérite. Rien à dire. Il aurait pu gagner avec plus de marge. Mais il faut aussi tenir compte du niveau de l’opposition qu’il a battue. Je garde la satisfaction d’avoir gagné mon premier Derby. En espérant en remporter d’autres. En fin de saison, il y a le Qatar Derby (Gr1 local). Encore une course dans les cordes de Tokyo Gold, si tout se passe bien d’ici là. » Pour la petite histoire, en 2017 Mac Mahon (Ramonti), avait gagné le Derby Italiano pour la casaque du japonais Takaya Shimakawa. Il était associé à Cristian Demuro. Et ensuite il s’était imposé à Doha.

Bon Appetit, la petite sœur. Satoshi Kobayashi a pris sa licence en 2014. Cette année, il compte une petite dizaine de 2ans dans sa cour. Parmi eux, il y a Bon Appetit (Kendargent), la propre sœur de Tokyo Gold. L’entraîneur nous a dit : « Elle montre des belles choses le matin. Mais je ne veux pas lui mettre la pression tout de suite. C’est une pouliche pour l’automne et il ne faut pas oublier qu’elle a un peu de caractère. Comme Tokyo Gold et toute la famille. La mère, Biancarosa (Dalakhani), que j’ai vue dans son paddock, est aussi un peu spéciale. »