Bilan 2020 des prélèvements biologiques et des contrôles anti-dopage

Institution / Ventes / 08.06.2021

Bilan 2020 des prélèvements biologiques et des contrôles anti-dopage

ACOMMUNIQUÉ DE FRANCE GALOP

Un budget de neuf millions d’euros a été consacré en 2020 par la Fédération nationale des courses hippiques à la lutte contre le dopage dans les courses hippiques. L’objectif de cette surveillance est de veiller à la régularité des courses, de protéger la santé des chevaux et de respecter les intérêts des parieurs.

Au cours de l’année 2020, marquée par deux mois d’interruption des courses en raison des mesures gouvernementales face à la situation sanitaire, 99,36 % des 5.978 courses de galop organisées en France ont malgré tout pu être contrôlées. Au total, 9.252 prélèvements ont été effectués sur les chevaux les jours de courses, mais aussi à l’entraînement et à l’élevage, ainsi que 700 prélèvements sur les jockeys.

En 2020, on dénombre 34 cas positifs (contre 19 en 2019) dans les courses de galop, dont près de la moitié est due à une contamination alimentaire détectée en octobre 2020.

Depuis près de 50 ans, le Code des courses au galop oblige à ce que tout traitement médicamenteux administré à un cheval soit prescrit par un vétérinaire et soit éliminé au moins trois jours avant une course.

Depuis janvier 2020, il est interdit d’administrer à des poulains ou pouliches de moins de 4ans des biphosphonates ou les substances apparentées appartenant à la même classe thérapeutique. Toute détection lors de contrôles à l’issue des courses publiques, à l’entraînement, ou à l’élevage, est susceptible d’être sanctionnée par une interdiction de courir, pouvant aller jusqu’à plus d’un an de suspension. Pour rappel, en cas de contrôle positif, le cheval est distancé et son entourage perd les gains de courses et peut faire l’objet de sanctions. Dans la filière du galop, les contrôles se déroulent tout au long de la carrière du cheval : à l’élevage, à l’entraînement, y compris en sortie provisoire, et le jour de la course (avant ou après l’arrivée).

Le laboratoire des courses hippiques de Verrières-le-Buisson, qui analyse les prélèvements, fait partie des cinq laboratoires au monde certifiés à l’international.

Des contrôles anti-dopage systématiques en compétition. En 2020, 99,36 % des 5.978 courses de galop organisées en France ont été contrôlées et 9.552 prélèvements (sang et/ou urine) ont été réalisés sur les galopeurs en 2020, avant et/ou après les courses.

Lors d’une réunion, le dispositif de lutte anti-dopage prévoit généralement le prélèvement des :

- cinq premiers chevaux pour le Quinté+,

- trois premiers des courses du Gr1,

- deux premiers des courses du Gr2,

- pour les autres courses, au moins un cheval contrôlé,

- en plus, sur chaque course, les Commissaires de courses peuvent ajouter un ou des contrôles aléatoires,

- 700 prélèvements en 2020 sur les jockeys.

Et à l’entraînement. Plus de 1.000 chevaux sont contrôlés chaque année à l’entraînement et en sortie d’entraînement provisoire. Depuis 1995, un dispositif de contrôles inopinés (278 visites en 2020) a été mis en place pour les chevaux à l’entraînement afin d’éviter l’usage de médicaments injustifiés, prévenir notamment l’automédication et contrôler l’absence d’utilisation de substances interdites. La France est l’un des pays qui réalisent le plus de contrôles inopinés hors compétition. Des contrôles sont également réalisés à l’élevage.

Pour consulter le bilan annuel en matière de lutte antidopage, cliquez ici

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Tableau-BILAN-ANNUEL-2020-CONTROLE-ANTI-DOPAGE.pdf