Derby (Gr1) : Adayar, le Godolphin à la toque rouge

International / 06.06.2021

Derby (Gr1) : Adayar, le Godolphin à la toque rouge

Cazoo Derby (Gr1)

Adayar, le Godolphin à la toque rouge

Après sa défaite dans le Chester Vase (Gr3), la présence d’Adayar (Frankel) dans le Derby (Gr1) semblait assez improbable. Le gros poulain, un peu lent à enclencher, avait déjà montré ses limites dans le Classic Trial (Gr3). Son entraîneur, Charlie Appleby, pensait le courir dans le Queen’s Vase (Gr2) à Royal Ascot. Le jockey Adam Kirby, quant à lui, devait monter John Leeper (Frankel) mais s’est retrouvé sans cheval après le jeu des… selles musicales de mercredi. Jeudi, tout a changé : Kirby a récupéré la monte d’Adayar (qui était promis à Oisin Murphy) et il a gagné son Derby avec. C’est la magie des courses…

Le soutien des parieurs. Adam Kirby a monté la course parfaite en selle sur le poulain de Godolphin, en principe le troisième choix de l’équipe comme l’indiquait la toque rouge, mais qui a trouvé le soutien des parieurs qui ont fait tomber sa cote de 40 à 16/1. Il est bien parti et il a suivi le long du rail le train modéré de Gear Up (Teofilo). Quand le peloton a affronté le Tattenham Corner, avec le favori Bolshoi Ballet (Galileo) nez au vent en troisième épaisseur, on a eu un instant l’impression d’assister au replay du succès de Galileo, il y a vingt ans. Quelques secondes plus tard, on a compris que l’histoire était bien différente. Kirby a infiltré Adayar dans un trou de souris, Bolshoi Ballet n’a pas accéléré, John Leeper est resté sur place. Adayar a pris l’avantage aux derniers 400m, et il a continué avec ses grandes foulées, pour s’imposer par quatre longueurs et demie. Le maiden Mojo Star (Sea the Stars) est sorti du peloton pour s’emparer de la deuxième place, alors que Hurricane Lane (Frankel), le capitaine de Godolphin, s’est classé troisième sans vraiment changer de vitesse. Mac Swiney (New Approach), un peu gêné, a terminé quatrième.

Le bon choix du cheikh Mohammed. Adam Kirby ne trouvait pas de mot pour un succès qui marque une carrière. Le pilote, qui a monté plus de cent gagnants par an neuf fois en dix-huit saisons, a dit : « J’ai toujours pensé qu’un Derby vaut plus qu’une Cravache d’or. » Charlie Appleby, qui remporte son deuxième Derby après celui de Masar (New Approach), a expliqué : « Tout le mérite revient au cheikh Mohammed. On a discuté mercredi soir, après les derniers breezes des poulains et je lui ai dit que les trois étaient au top mais qu’Adayar me semblait plutôt un candidat au St Leger. Il m’a répondu : "Charlie, il faut le courir, il y a un seul Derby." Il avait raison. Adam connaît ce poulain mieux que tout le monde, il l’avait monté au débourrage ! Il a monté une super course. Maintenant on va prendre notre temps. On avait toujours pensé à lui comme à un cheval pour le St Leger, l’option alternative au Derby était le Queen’s Vase (Gr2) à Royal Ascot. » Adayar est le favori à 3,5/1 du St Leger et il est offert à 8/1 dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Il a bien gagné, d’accord, mais la pouliche Snowfall (Deep Impact), vendredi, a fait une tout autre impression, même sans compter les seize longueurs.

Bolshoi Ballet, pas d’excuses. La grosse déception est arrivée de Bolshoi Ballet. Aidan O’Brien rêvait d’un neuvième Derby, le résultat est que, pour la cinquième fois, Ryan Moore a été battu en selle sur un favori de Ballydoyle. L’entraîneur a dit : « Il n’a pas eu l’étincelle et je n’ai pas d’explications. Je ne cherche pas d’excuses car je ne veux pas enlever un quelconque mérite aux autres. Il était dans la position parfaite. C’est un poulain de vrai bon terrain et ça explique peut-être sa contre-performance. »

Le premier Derby de Frankel. Adayar appartient à la cinquième génération du crack Frankel (Galileo). Il avait eu jusqu’alors quatre partants dans le Derby, dont Cracksman, troisième en 2017. Cette année, il en comptait quatre. Mohaafeth a déclaré forfait en raison du terrain, John Leeper a déçu et Hurricane Lane s’est classé troisième. Adayar est son 46e lauréat de Groupe, le 14e de Gr1 et le cinquième classique après Soul Stirring (Japanese Oaks), Anapurna (Oaks), Hungry Heart (Australian Oaks) et Logician (St Leger). Le croisement avec une poulinière par Dubawi (Dubai Millennium) avait déjà donné un gagnant de Gr1, Dream Castle. Parmi les pères de mères qui figurent dans la liste des gagnants de Gr1 par Frankel, Dubawi est en deuxième place derrière Pivotal (Polar Falcon) qui en compte trois.

La mère, Anna Salai, a gagné le Prix de la Grotte. La mère, Anna Salai (Dubawi), a gagné le Prix de la Grotte (Gr3) sous la férule d’André Fabre et avait une chance dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), mais elle a quitté la cour de Chantilly et a couru les 1.000 Guinées irlandaises (Gr1) sous l’entraînement de Mahmoud Al Zarooni en se classant deuxième, battue dans la dernière foulée par Bethrah (Marju). Elle a couru à 4ans mais sans confirmer sa valeur. Adayar est son troisième produit et le premier gagnant. Les deux autres sont Anna Sophia (Sea the Stars), quatrième de sa seule sortie à Clairefontaine pour l’entraînement d’Henri-Alex Pantall, et Indian Road (Invincible Spirit), qui a pris 289 £ en six courses pour Mark Johnston.

La deuxième mère, Anna Palariva (Caerleon), a gagné le Prix d’Aumale (Gr3) en s’alignant grande favorite dans le Prix Marcel Boussac (Gr1). Elle a terminé avant-dernière et n’a plus couru. Elle a donné dix gagnants, dont les black types Iguazu Falls (Pivotal) et Advice (Seeking the Gold). Anna Palariva a produit aussi l’inédite Angel Falls (Kingmambo), mère du lauréat du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) et étalon National Defense (Invincible Spirit).

Anna Salai a une 2ans par Teofilo (Galileo) et un yearling par Frankel.