Craon : feu vert pour la modernisation de l’hippodrome

Courses / 16.06.2021

Craon : feu vert pour la modernisation de l’hippodrome

EN RÉGION

Après des années d’attente, le projet de modernisation de l’hippodrome de Craon peut enfin être relancé. Soulagé, Hugues Crosnier, le président de la société de courses, nous en a dévoilé les grandes lignes à quelques heures de la première réunion de la saison.

Par Guillaume Boutillon

Le dossier, monté il y a des années, était jusque-là bloqué en raison d’un bras de fer entre l’ancienne majorité municipale et les élus communautaires. Mais, le 2 juin, tout s’est accéléré lorsque les élus de Craon ont voté à l’unanimité la rétrocession d’une parcelle de terrain route de Segré à la communauté de communes du Pays de Craon. Hugues Crosnier, dont c’est le troisième mandat à la tête de la société de courses, nous explique : « Le changement de municipalité en 2020 a dénoué l’imbroglio, et la ville de Craon a dès lors indiqué vouloir accompagner le développement de l’hippodrome. Aujourd’hui, le porteur du projet n’est pas la société de courses, mais la communauté de communes du Pays de Craon. Cette dernière s’est aperçue qu’elle n’avait plus de réserve foncière au niveau des terrains industriels. Les élus ont donc cherché des terrains pour accueillir de nouvelles entreprises. Il y avait une zone proche de l’hippodrome, mais pour pouvoir la desservir il fallait créer une route. Nous nous sommes positionnés en disant que, si une route était faite, nous aimerions être pris en considération. Cela nous offre la possibilité d’améliorer notre piste, notre dernier tournant et ainsi de créer un outil performant dans l’Ouest. En ce sens, nous avons le soutien de notre Fédération Anjou-Maine. Joël Bourgeois et Daniel Théard, le vice-président, m’ont même assuré qu’il s’agissait d’un projet de toute une région car l’Ouest a besoin de cet outil. »

Un parcours de 1.600m avec un seul tournant. Hugues Crosnier poursuit : « Il faut être honnête, nous ne faisons pas toujours l’unanimité auprès des entraîneurs parisiens. Il est donc grand temps que l’on s’améliore. Aujourd’hui, dans l’Ouest, nous avons beaucoup de beaux hippodromes, mais bon nombre ont des pistes de taille moyenne. Dans le Sud-Ouest, on trouve davantage de pistes avec de grandes lignes. Aujourd’hui, nous sommes à 1.850m de tour de piste et la modernisation va nous permettre d’atteindre les 2.300m. Nous allons passer à une ligne droite de 550m contre environ 350m aujourd’hui. Cela va nous permettre d’avoir un parcours de 1.600m avec un seul tournant. Nous aurons alors une piste sélective capable de préparer aux belles courses parisiennes. Ce projet aura une toute petite incidence sur le parcours de cross, mais rien d’autre. »

Une "survie" en jeu. Au-delà d’une montée en gamme certaine, ce projet va également permettre à Craon de conserver ses belles courses. Hugues Crosnier nous confie : « Aujourd’hui, nous avons trois Listeds, le Critérium de l’Ouest, le Défi du Galop et le Point du Jour, sachant que nous avons aussi perdu deux Quintés de plat. On se rend compte que, sans cette dynamique d’avoir un outil capable de répondre à la demande des professionnels, on se met en danger. L’objectif dans un premier temps est de conserver nos belles courses. Je pars du principe qu’en province nous devons garder nos courses de référence pour exister. »

Opérationnel en 2023 ou 2024. Si la parcelle a été achetée pour 14.000 € par la communauté de communes, le projet, lui, coûte 1.200.000 €, dont 30 % financés par le fonds commun, 20 % par la région et 30 % par la communauté de communes et la société de courses. Hugues Crosnier précise : « Le montage financier nous concernant n’est pas encore défini. Mais les grandes manœuvres ont déjà commencé et un avant-projet devrait être présenté aux élus à la fin du mois. Notre souhait est que les travaux des routes démarrent à la fin de l’année, sachant que nous ne serons pas impactés par la création de la route. Une fois qu’elle sera créée, nous pourrons démarrer nos travaux. De toute façon, nous pourrons normalement continuer à courir, même lorsque nos travaux seront lancés ou seront en phase de stabilisation. »

Un parcours de haies d’ici l’automne. En attendant, une grande nouveauté attend tout de même Craon cette saison. En effet, en plus des courses plates, du steeple et du cross, l’hippodrome va de nouveau organiser des courses de haies. Comme il y a un peu plus de vingt ans. Hugues Crosnier nous explique : « Cela aussi va apporter une nouvelle dynamique. Nous allons remettre les haies au goût du jour car nous nous sommes rendu compte que les conditions des courses que nous proposons sont un peu redondantes, avec des parcours similaires. L’idée est, sur une course, de rassembler deux conditions de courses (steeple et cross) pour en faire une avec un nombre de partants un peu plus important. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec France Galop, la Fédération Anjou-Maine et les représentants des entraîneurs pour établir un parcours ensemble. Mais attention, le calendrier est déjà assez dense et l’idée n’est pas de créer des réunions supplémentaires. »

Jauge à 1.000 pour la première réunion. La première des dix réunions de l’année aura lieu jeudi. Le président nous a confié à ce sujet : « Nous sommes très contents de reprendre, d’accueillir notre fidèle public et nos sociétaires. L’an dernier, nous avons organisé douze réunions – c’est deux de plus que ce que nous avons traditionnellement l’habitude d’organiser. La moitié s’est déroulée à huis clos. La piste devrait être parfaite, malgré la météo capricieuse. Tout est mis en œuvre en tout cas. Comme beaucoup, nous avons attendu avec le cahier des charges du 9 juin. Le cahier des charges à 5.000 personnes est beaucoup plus restrictif celui à 1.000. Nous nous interrogeons vraiment sur la pertinence d’une ouverture à 5.000 et, pour la journée du 17 juin, il a été décidé d’ouvrir à 1.000. Notre objectif est septembre avec notre moment fort des Trois Glorieuses, pour lequel nous remettrons le même dispositif qu’en 2019 en matière d’animations. »