Oaks (Gr1) : Snowfall, vroum vroum… Et seize longueurs !

International / 04.06.2021

Oaks (Gr1) : Snowfall, vroum vroum… Et seize longueurs !

Epsom (GB), vendredi

Seize longueurs ! C’est du jamais-vu dans l’histoire des Oaks (Gr1). Snowfall (Deep Impact) a perdu en route ses rivales dans les derniers 400m du classique. Elle bat un record qui appartenait jusque là à Snow Princess (English Prince), lauréate par douze longueurs de l’édition 1983. Deux autres pouliches ont remporté les Oaks par dix longueurs : Jet Ski Lady (Vaguely Noble) en 1991 et Noblesse (Mossborough) en 1963. Love (Galileo), qui nous avait séduits l’année dernière, avait mis neuf longueurs aux autres pouliches. Si le chrono de la course (2’42”67) est 42 centièmes plus lent que celui de la Coronation Cup, il faut souligner que le peloton des pouliches a emprunté le chemin du rail des tribunes, en parcourant plus de terrain pour en chercher un meilleur.

Une pointe de vitesse décoiffante. Snowfall, qui avait gagné de bout en bout, dans une course tactique, les Musidora Stakes (Gr3), a été montée en position d’attente par Lanfranco Dettori, qui voulait lui donner un parcours propre et sans encombre. Elle est parvenue sans effort sur Mystery Angel (Kodi Bear), qui avait imposé le train sous la pression de Sherbet Lemon (Lemon Drop Kid) et La Joconde (Frankel). Ce long démarrage n’a donné lieu à aucune histoire de malchance. La favorite, Santa Barbara (Camelot), était à la queue de Snowfall quand la future gagnante a attaqué, faisant la différence en quatre foulées. Mystery Angel n’a pas lâché le morceau et a continué jusqu’au bout, alors que la silhouette de Snowfall s’éloignait peu à peu. Elle a conservé la deuxième place sur Divinely (Galileo), qui a refait du terrain tout comme Save a Forest (Kingman). Si on enlève Snowfall, cette édition des Oaks est relativement moyenne et est remportée par une pouliche courageuse.

Vingt et un pour Lanfranco. Malheureusement pour les autres, mais heureusement pour nous : Snowfall était là. Lanfranco Dettori, qui a enregistré son sixième succès dans le classique, a déclaré : « Le train a été beaucoup trop rapide. Quand ma pouliche est arrivée sur l’animatrice, je n’arrivais pas à y croire. Je me faisais du souci, car Santa Barbara était derrière nous. Mais en jetant un rapide coup d’œil, j’ai été rassuré et je me suis dit : on y va. Je n’ai jamais gagné un classique si facilement. » Pour Lanfranco Dettori, c’est aussi un 21e classique. Il égale ainsi le score du légendaire Fred Archer. Il lui en manque neuf pour atteindre le record de Lester Piggott.

Quarante pour Aidan. C’est un record aussi pour Aidan O’Brien, qui est arrivé à quarante classiques en Angleterre comme John Scott, sur la période 1827-1863. Il a expliqué : « On l’a toujours beaucoup estimée à 2ans, c’était une pouliche de Gr1 à mes yeux et elle avait couru dans toutes les bonnes courses mais, pour une raison ou une autre, ça s’était mal passé. Elle a pris de la force cet hiver et avait gagné les Musidora de façon impressionnante. La pouliche nous avait fait plaisir après son succès à York, elle a progressé. J’étais inquiet en raison du terrain mais elle est pétrie de classe et possède beaucoup de tenue. Quand le terrain est comme aujourd’hui les marges se font plus larges. »

Elle est à 5/1 dans l’Arc de Triomphe. Les seize longueurs donneront la migraine aux handicapeurs. Si l’on prend en repère le rating d’avant-course (100) de Mystery Angel, qui avait terminé quatrième à quatre longueurs dans les Musidora, Snowfall explose à 124 et sans lui faire de cadeau. Les bookmakers ne font pas de cadeau non plus et ils ont baissé sa cote dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe jusqu’à 5/1.   

Le croisement de Saxon Warrior. Il s’agit d’un 27e gagnant classique, dont cinq l’ont été en Europe, pour le regretté Deep Impact (Sunday Silence). Snowfall répète le croisement Deep Impact – Galileo qui a déjà offert à Coolmore le classique Saxon Warrior, qui n’avait pas apprécié Epsom et n’avait pas tenu. La pouliche est le premier produit de Best in the World (Galileo), qui a décroché son Groupe dans les Give Thanks Stakes (Gr3) en affichant un rating de 108. C’est une propre sœur de la championne Found, qui a remporté le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, la Breeders’ Cup Turf et deux autres Grs1 en trois campagnes. La deuxième mère, Red Evie (Intikhab), a gagné les Lockinge Stakes face aux mâles et les Matron Stakes (Grs1) avant d’être achetée par Coolmore. Elle a rencontré neuf fois Galileo et le croisement a produit quatre gagnantes de Groupe.

Best in the World a un 2ans par Deep Impact, nommé Newfoundland, et un yearling par Dubawi (Dubai Millennium).