SPONSORING 48 H DES AQPS : De bonnes indications pour l’automne

Magazine / 14.06.2021

SPONSORING 48 H DES AQPS : De bonnes indications pour l’automne

SPONSORING 48 H DES AQPS

De bonnes indications pour l’automne

Christopher Galmiche

Cinq Groupes étaient au programme samedi à Auteuil pour la dernière réunion de gala du premier semestre sur la butte Mortemart. Avec l’aide du tracking, nous avons choisi de revenir sur les trois Groupes réservés aux jeunes sauteurs (Aguado, Sagan et

Questarabad), dont les enseignements sont plus parlants que chez les chevaux d’âge.

LES 3ANS

Paradiso pour l’impression visuelle, La Boétie pour le temps

Les deux championnats pour 3ans sur les haies avaient lieu ce samedi à Auteuil avec le Haras d’Étreham Prix Sagan (Gr3) et le Prix Aguado (Gr3). David Cottin a été le maître aussi bien chez les poulains que les pouliches. Grâce au tracking et au fait que les deux Groupes se disputent sur le même parcours (3.500m), on peut facilement comparer les données des deux champs de partants. Mais justement, dans cette catégorie, le tracking peut montrer ses limites si on le prend au pied de la lettre. Dans l’Aguado, Paradiso (Kapgarde) s’est imposé de ce que son jockey Kévin Nabet a voulu. Ce dernier avait prévenu David Cottin qu’« il ne pousserait pas le cheval car il avait confiance en Paradiso» Il n’a pas eu besoin de bouger pour que le poulain de Génétique Obstacle s’envole de lui-même.

À l’inverse, La Boétie (Saint des Saints), gagnante du Sagan devant Matilda du Berlais (Martaline), a dû batailler pour l’emporter. Elle est très bonne aussi. La plupart des données chiffrées la concernant sont meilleures que celles de Paradiso comme la réduction kilométrique (1’13’’80 contre 1’12’’60 pour La Boétie) et le temps total (4 secondes d’écart). Mais la raison est simple : La Boétie a dû se battre jusqu’au bout face à une Matilda du Berlais qui l’a fait galoper. Alors que Paradiso était au canter entre les deux dernières haies et sur le plat, il s’est détaché sans être sollicité. Impressive (Kapgarde) a essayé de le défier, et c’est son dauphin légitime. Il n’a pas pu cependant le menacer. En revanche, alors qu’il a fini son parcours en roue libre, Paradiso est crédité d’un dernier kilomètre à 1’10’’44 contre 1’10’’82 pour La Boétie. Cette donnée est très intéressante car le fils de Kapgarde (Garde Royale) a justement conclu son parcours sans être à fond.

On penche pour Paradiso. Qui est le meilleur de Paradiso et La Boétie ? Difficile à dire car ils ne se sont jamais rencontrés. La Boétie a les temps pour elle, mais Paradiso a l’impression visuelle. Si l’on devait choisir entre les deux, nous irions du côté de Paradiso. Il est invaincu en trois sorties et il est de plus en plus impressionnant. Il a gagné à chaque fois en ayant encore plusieurs vitesses à passer. Il est économe dans un parcours, dans sa manière de galoper, quand on étudie son nombre de foulées dans le parcours (558 contre 615 pour La Boétie et 573 pour Matilda du Berlais). Ses limites sont inconnues.

On dit souvent, avec raison, qu’il faut avoir couru au printemps et pris ainsi de l’expérience pour remporter le Prix Cambacérès (Gr1). À l’heure qu’il est, on voit mal qui pourrait battre Paradiso dans la Grande Course de Haies des 3ans. La Boétie est très bonne, elle a une vraie accélération et elle s’est imposée de la tête et des épaules samedi. Mais Matilda du Berlais, la gagnante du Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L), s’est tenue loin samedi et elle a refait beaucoup de terrain à la fin, sans puiser dans ses réserves. Son jockey l’a respectée à la fin, mais Matilda du Berlais a réalisé ses 1.000 derniers mètres avec un meilleur temps (1’10’’34) que La Boétie et surtout que Paradiso ! Il y aura donc de la revanche dans l’air entre les deux protégées de David Cottin à l’automne.

LES 4ANS

Raffles Face a tout pour devenir un grand hurdler

« Avec Hermès Baie (Crillon) et Raffles Face (Authorized), nous pouvons leur faire mal à l’automne» Jockey de Raffles Face, vainqueur du Prix Questarabad (Gr3), Gaëtan Masure a bien résumé ce qui pourrait arriver cet automne : la domination des pensionnaires de François Nicolle sur les bonnes courses de haies de 4ans. Le leader de la promotion, Hermès Baie, a été intouchable, visuellement, et par les temps. D’autant plus lorsque l’on regarde ses chronos dans le Prix Alain du Breil (Gr1), 1’12’’20 de réduction kilométrique et les 1.000 derniers mètres en 1’07’’95 sur une piste collante.

Raffles Face a pour sa part réalisé une réduction de 1’12’’10 et les 1.000 derniers mètres en 1’09’’05 sur un bon terrain dans le Prix Questarabad. Hermès Baie comme Raffles Face seront encore meilleurs en terrain lourd. Le poulain de la famille Papot est un solide leader, mais celui de Simon Munir et Isaac Souede peut devenir son dauphin officiel après la blessure survenue à Haut les Cœurs (Saddler Maker). Raffles Face a un rythme élevé et c’est peut-être le seul qui peut vraiment suivre Hermès Baie.

Il y a une vraie bonne note dans le Prix Questarabad : Hurrick des Obeaux (Saddex). C’est lui qui est allé le plus vite du départ à 2.000m de l’arrivée. Toute la route, il a maintenu une vitesse de croisière très haute et son dernier kilomètre est très proche de celui de Raffles Face. S’il reste sur les haies, car le steeple est l’option privilégiée pour le moment, il peut faire de grandes choses face aux meilleurs.