Tribune libre : Passe sanitaire pour les propriétaires

Autres informations / 16.06.2021

Tribune libre : Passe sanitaire pour les propriétaires

Par Annie Michel, propriétaire, ex-présidente de la commission des propriétaires au sein de France Galop

« À partir du 30 octobre 2020 les réunions de courses se déroulèrent sans public, dans le cadre d’un strict huis clos. Seuls les intervenants ayant une fonction opérationnelle lors de la réunion étaient admis sur l’hippodrome. La FNCH écrivait alors : « Il ne s’agit pas de manifestations, mais de l’exercice d’une activité professionnelle et économique. » Bizarrement, les propriétaires ne furent pas considérés comme exerçant à ce titre une activité professionnelle, alors même que beaucoup le sont du point de vue fiscal. 

Il fallut attendre le 18 avril 2021 pour que cette « erreur » soit en partie réparée : pour chaque cheval partant, le propriétaire ou son représentant fut admis sur l’hippodrome à la seule condition de déclarer sa présence avant 14 heures la veille de la réunion. Seuls les propriétaires venant de l’étranger devaient présenter un test PCR.

À partir du 19 mai 2021, ce fut la réouverture progressive des hippodromes au public, et ce dans la limite de 1.000 personnes. Les propriétaires ne furent pas pris en compte dans cet effectif, considérant qu’ils occupent des espaces spécifiques sur l’hippodrome. Toutefois les accompagnants potentiels du propriétaire entraient dans le décompte de la jauge des 1.000 personnes.

Le 9 juin, les conditions d’accès évoluèrent à nouveau. Les propriétaires furent encore ignorés puisque assimilés au public et considérés comme totalement étrangers au fonctionnement de l’institution des courses, contrairement aux prestataires des hippodromes et aux journalistes par exemple. Une situation qu’il paraîtrait normal de rectifier ainsi dès maintenant : les jours de semaine où la jauge est maintenue à 1.000 personnes sans passe sanitaire, tous les propriétaires, avec ou sans partant, doivent être prioritaires jusqu’à concurrence de ces 1.000 personnes (à la condition de déclarer leur présence à France Galop avant 14 heures la veille de la réunion).

Enfin, durant les week-ends et les jours fériés, puis chaque jour à partir du 1er juillet, le passe sanitaire sera imposé à tout propriétaire ayant un partant. Un retour en arrière étonnant sachant que, précédemment, à une période où la pression du virus était plus forte, on ne lui demandait rien et que l’on ne demandera toujours rien aux prestataires, journalistes, etc.

Il serait normal que l’on revienne à la règle en vigueur le 19 mai et que l’on permette toujours, sans condition aucune, l’accès aux propriétaires ayant un partant. Et au-delà, il serait même envisageable, dès que la jauge sera portée à 5.000 personnes pour le public, que les propriétaires (donc titulaires d’une carte officielle de propriétaire délivrée par France Galop) ne soient pas soumis au passe sanitaire dès lors qu’ils sont moins de 1.000 et se cantonnent aux espaces qui leur sont réservés sur l’hippodrome. Situation relativement comparable à celle mise en place le 19 mai. Ainsi, toutes celles et ceux qui, pour une raison ou une autre, n’auraient pas un schéma vaccinal complet et ne pourraient pas, ou ne souhaiteraient pas, faire un test PCR toutes les 48 heures, auraient néanmoins la possibilité d’accéder aux hippodromes de France Galop en juillet et août.

Une possibilité méritée pour eux sans qui les courses n’auraient pas lieu. »