Un dimanche Ama.zing !

Courses / 16.06.2021

Un dimanche Ama.zing !

Prix de Diane Longines - J-3

Dimanche, la casaque de l’écurie Ama.zingteam sera représentée dans le Prix de Diane Longines (Gr1) par Burgarita (Sea the Stars), invaincue en deux sorties. Ce sera une première dans le Gr1 pour une écurie qui reste mystérieuse et dont le président est le Saoudien Abdullah bin Mutaib Al Saud. Michael Donohoe, consultant bloodstock pour Ama.zingteam et l’un des hommes de BBA Ireland, nous en dit plus.

Par Anne-Louise Echevin

Burgarita, une première dans le Diane avec une belle chance. Burgarita sera le premier partant dans le Diane de l’écurie Ama.zingteam. On sait peu de choses sur l’écurie, si ce n’est le nom de son président, et un parfum de mystère continue de planer. Michael Donohoe nous a indiqué : « Ama.zingteam est une écurie dont les propriétaires sont basés au Moyen-Orient. Pour l’instant, tous leurs chevaux sont basés en Europe, entre la France, l’Irlande et le Royaume-Uni. Ils ont des chevaux de course depuis 2019. Leur premier gagnant remonte à 2019 avec une pouliche nommée Mitty’s Smile, une fille de No Nay Never que je leur ai achetée à l’amiable et qui a gagné deux fois à 2ans sous l’entraînement d’Archie Watson. C’était la première année où ils ont eu des chevaux et, en 2019 également, Ama.zingteam a gagné avec Jam and Mam (Invincible Spirit) en France [sous l’entraînement d’Henri-François Devin, ndlr]. C’est vraiment enthousiasmant d’avoir un partant dans une course comme le Prix de Diane après si peu de temps. Burgarita a le profil pour continuer à progresser encore : le meilleur reste à venir. Nous savons que ce sera un vrai challenge dimanche : il est toujours difficile de gagner un Gr1, n’importe où dans le monde ! Mais elle est en progrès et elle a peu couru : je pense que nous ne connaissons pas encore ses limites. Nous aurons déjà une première idée à ce sujet dimanche. Elle s’est bien entraînée en vue de la course. Mickaël Barzalona ne pourra pas la monter dimanche [il y a la Godolphin Philomène ** dans le Diane, ndlr] donc, normalement, ce devrait être Maxime Guyon en selle. »

Repérée yearling. Il y avait de bons bruits avant les débuts de Burgarita dans le Prix de Chaillot (Inédites) au mois d’avril à ParisLongchamp. La pensionnaire d’André Fabre s’était imposée devant Khalidiya (Oasis Dream), l’espoir Aga Khan/Royer Dupré dans le Diane. Pour sa sortie suivante, elle a battu une autre prétendante au Diane, Natsukashi (Motivator), dans le Prix de la Seine (L). Burgarita, élève de Dayton Investments, avait été présentée par Ballylinch Stud yearling à la vente de décembre de Tattersalls, où Tally Ho Stud a dépensé 95.000 Gns pour l’obtenir. Elle est bien née : c’est une sœur d’Aquamarine (Deep Impact) et elle appartient à la souche des "A" Wildenstein. Michael Donohoe nous raconte comment il l’a achetée : « J’avais vu Burgarita yearling à Tattersalls et je l’avais beaucoup aimée. Mon client, à l’époque, a décidé à la dernière minute de ne finalement pas l’acheter. Mais elle était dans mon radar. Burgarita est allée à Tally Ho Stud, qui l’avait achetée, et les informations en provenance de Tally Ho étaient rapidement très positives. Ils l’aimaient beaucoup. Puis il y a eu la pandémie de Covid-19 et donc beaucoup d’incertitudes autour de la tenue des ventes. Alors nous nous sommes rapprochés de Tally Ho et nous l’avons achetée. C’est une belle pouliche par un étalon extraordinaire, Sea the Stars. »

Les courses… et l’élevage. Ama.zingteam est une jeune écurie de courses mais avec déjà un projet en place : les courses mais aussi l’élevage. Ils ont d’ailleurs déjà des juments au haras, comme nous l’a expliqué Michael Donohoe : « L’idée, dès le départ, était d’acheter des pouliches bien nées et de les exploiter en course. Jam and Mam, qui est une sœur de Channel (Nathaniel), est leur première poulinière. Elle est basée à Barroda Stud et est pleine de Night of Thunder. Nous avons ensuite acheté l’an dernier, à Tattersalls, une belle jument nommée It’s Magic (Galileo) [moyennant 260.000 Gns, ndlr], qui est une sœur de Mukhadram (Shamardal). Elle est pleine de Siyouni et elle est d’ailleurs en France, à Sumbe, mais elle reviendra peut-être en Irlande par la suite. Pour le moment, Ama.zingteam a juste trois poulinières mais ce nombre va certainement grandir avec les pouliches qui sont actuellement à l’entraînement. Une pouliche comme Burgarita est une magnifique broodmare prospect. »

Ama.zingteam n’a pas que des pouliches à l’entraînement. Ils ont eu des poulains en France pour commencer et, côté mâles, l’écurie investit mais en cherchant des éléments ayant un profil pour devenir étalons. Michael Donohoe explique : « Nous achetons des poulains et des pouliches. Pour commencer, il y a eu Allez Barza (Dabirsim), qui a gagné en France et que nous avons vendu, et nous avions aussi chez André Fabre Numéro Dix (Territories) qui a depuis été vendu pour courir aux États-Unis. L’an dernier, nous avons acheté quelques beaux poulains. Parmi eux, il y a Bicep (Mehmas), qui a été le premier d’entre eux à courir et est au départ aujourd’hui [lire mercredi, ndlr] des Windsor Castle Stakes (L). Je l’ai acheté à Goffs [pour 47.000 £, ndlr] pour eux et il va monter de catégorie à Royal Ascot mais nous pensons qu’il sera un bon poulain pour le futur. Donc oui, nous pouvons acheter quelques mâles et l’idée est de trouver des stallion prospects. À Arqana, l’an passé, j’ai acheté pour Ama.zingteam un beau yearling par Kingman [pour 220.000 €, ndlr], nommé Mathletic, qui est désormais chez André Fabre. En Angleterre, ils ont aussi un très beau poulain chez Archie Watson, Archiano, un fils de Kodiac, qui n’a pas encore couru. Mais nous avons beaucoup d’espoirs avec lui. Évidemment, dans le but de trouver des poulains pouvant devenir étalons, il faut trouver des profils plutôt commerciaux et, pour cela, on sait qu’il faut de la vitesse. »

Le choix de l’Europe. Ama.zingteam est une écurie d’investisseurs du Moyen-Orient mais, pour exploiter en course, c’est l’Europe qui a été choisie. La casaque est présente dans les trois principaux pays de courses européens et huit chevaux sont déclarés en France : quatre chez André Fabre, quatre chez Francis-Henri Graffard. Michael Donohoe nous a dit : « La France a des atouts : les allocations sont bonnes et il y a un excellent programme, ils en sont bien conscients. Les chevaux d’Ama.zingteam sont entraînés par André Fabre et Francis-Henri Graffard. Le choix d’André Fabre est assez simple car il est tout simplement l’un des meilleurs entraîneurs du monde. Et Francis-Henri Graffard fait lui aussi du très bon travail ; les résultats le montrent. D’un point de vue personnel, cela rend mon travail plus facile : je sais que les chevaux que j’achète sont ensuite entre de très bonnes mains. »

Sur les autres chevaux à l’entraînement en Europe, Michael Donohoe précise : « En Irlande, ils sont sous la responsabilité de Ken Condon et Jessica Harrington. Chez Ken Condon, il y a une très bonne pouliche nommée Teresa Mendoza (Territories) et elle va peut-être courir la semaine prochaine dans les Sapphire Stakes (Gr2). Elle est très régulière et reste sur une troisième place dans les Ballyogan Stakes (Gr3). Avec Jessica Harrington, nous avons un 2ans nommé Confident Star (Lope de Vega) et deux autres chevaux. Au Royaume-Uni, tous leurs chevaux sont à l’entraînement chez Archie Watson, dont Parent’s Prayer (Kingman), qui a remporté les Princess Elizabeth Stakes (Gr3) à Epsom et qui est au départ des Duke of Cambridge Stakes (Gr2) aujourd’hui [lire mercredi, ndlr]. » Est-ce que Ama.zingteam prévoit d’avoir une écurie encore plus importante en nombre ? A priori, pas tout de suite : « Je crois que, pour le moment, Ama.zingteam souhaite rester avec un nombre de chevaux à l’entraînement similaire à ceux qu’ils ont actuellement. L’idée est de viser la qualité avant la quantité. »