Axelle Nicco garde son titre à ParisLongchamp

Courses / 23.07.2021

Axelle Nicco garde son titre à ParisLongchamp

Axelle Nicco garde son titre à ParisLongchamp

Lauréate du Prix de La Vénus de Paris - Grand Prix des Femmes Jockeys (Quinté) en 2020, Axelle Nicco a conservé sa couronne jeudi soir à ParisLongchamp, en selle sur Golden Rajsa (Rajsaman). Une victoire surprise puisque la jument, qui avait hérité du numéro 16 sur 16 dans les stalles, était proposée à la cote de 34/1 !

Jour de Galop. - Que représente pour vous le fait d’enlever pour la deuxième année de suite ce Quinté pour femmes, vous qui vous étiez imposée en 2020 avec Plantlove ?

Axelle Nicco. - Cela me fait très plaisir d’avoir gardé mon titre ! C’est ma deuxième victoire de Quinté, c’est quelque chose d’exceptionnel. Ce Quinté, c’est LA course des femmes de l’année, et nous étions toutes contentes d’y participer. Malgré la cote de Golden Rajsa et son numéro de corde, j’y croyais un peu quand même. Sa propriétaire-entraîneur, Pauline Mengès, était assez confiante, car la jument avait été pas mal baissée sur l’échelle des valeurs et était très bien le matin. Il s’agissait de sa dernière sortie car elle part au haras, et c’est super qu’elle termine sa carrière par une victoire.

Avec 23 victoires en 2021 à ce jour, vous êtes bien partie pour faire au moins aussi bien qu’en 2020. Vous aviez terminé la saison avec 47 succès, et ce malgré un accident…

Oui, c’était un accident bête. Je m’étais fracturé le pied à cheval le matin, sans être tombée : une fracture de fatigue, je pense. J’ai été arrêtée pendant un mois, mais j’avais bien rebondi et fait une très bonne fin d’année. Là, ça se passe très bien. J’ai perdu ma décharge le 20 juin à Aix-les-Bains avec Stratégie Bleu (Anabaa Blue), un pensionnaire de mon ancien patron, Mathieu Pitart. C’est avec lui que j’ai signé ma première victoire PMU et que j’ai participé à mon premier Quinté, c’est donc un cheval de cœur. Depuis la perte de ma décharge, je monte toujours autant et j’espère que ça va continuer. Mon agent, Antoine Morteo, fait du très bon travail. Je le remercie pour ça, car c’est en grande partie grâce à lui que j’arrive à perdurer.

Quels sont vos objectifs pour la seconde partie de l’année ?

Je suis entrée au service d’Alessandro & Giuseppe Botti au mois de mars, dans le but d’élargir ma clientèle. À Chantilly, c’est là que tout se passe, et il y a de plus en plus de professionnels qui me font confiance. Mais je ne vise rien de spécial : j’essaye juste de continuer sur ma lancée, de remporter régulièrement des courses et d’être constante. Marie Vélon a beaucoup d’avance dans la course à la Cravache d’or féminine [avec 43 succès, ndlr], et Maryline Éon est également au-dessus de moi dans le classement [avec 30 victoires, ndlr]. Je vais faire des allers-retours pendant le meeting de Deauville, en espérant continuer sur cette bonne dynamique.